En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le ministre de l'Économie autorise le développement du Flex-Fuel

Dans la lignée des objectifs ambitieux de développement de la filière biocarburant, le gouvernement souhaite favoriser le lancement des véhicules Flex-Fuel en France et autorisera l'installation de 500 pompes vertes au bioéthanol (E85) en 2007.

Agroécologie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Conformément aux objectifs de la directive communautaire 2003/30/CE, le taux d'incorporation des biocarburants, carburants d'origine agricole et obtenus à partir de matières organiques végétales ou animales, dans l'essence et dans le gazole devrait atteindre 5,75% exprimé en valeur énergétique en 2010, mais en 2004, ce taux n'atteignait en France que 0,8%.

Pourtant, la France s'est dernièrement fixé des objectifs ambitieux en termes d'incorporation de biocarburant : il conviendra d'atteindre 5,75 % en 2008, 7 % en 2010 et 10 % en 2015, soit une anticipation de deux ans pour la première de ces échéances par rapport à la directive européenne.

Pour ce faire, dans un contexte de hausse du cours du baril de pétrole, de lutte contre l'effet de serre et de révision de la politique agricole commune, Dominique Bussereau, ministre de l'Agriculture et de la Pêche et François Loos, ministre délégué à l'Industrie, avaient réuni, en novembre 2005, à Bercy, les acteurs du monde agricole et du secteur pétrolier, les constructeurs et équipementiers automobiles ainsi que les professionnels du machinisme agricole. Estimant que le développement du carburant E85 - essence à 85% d'éthanol utilisable dans des véhicules dits « Flex-Fuel » disposant de moteurs adaptés et utilisant indifféremment l'E85 ou l'essence sans plomb normale - représentait une voie intéressante pour l'avenir, les ministres s'étaient engagés à mettre en place un groupe de travail interministériel visant à préciser les perspectives de développement de cette filière.
Le 7 juin dernier, Thierry Breton a demandé à Alain Prost d'animer ce groupe de travail et de proposer un plan d'action opérationnel pour le développement de ce carburant à l'horizon 2010. L'objectif du gouvernement : autoriser complètement ce carburant à compter du 1er janvier 2007 et encourager le développement d'un réseau de pompes vertes pour le distribuer sur l'ensemble du territoire français.

Après trois mois de travail avec tous les acteurs, Alain Prost a remis aujourd'hui à Bercy, et ce, juste avant le Mondial de l'Automobile qui débute samedi à Paris, ses premières conclusions à Thierry Breton et à Dominique Bussereau. Lors d'une conférence de presse, l'ancien pilote automobile a rappelé que ce type de carburant était déjà utilisé avec succès aux Etats-Unis, au Brésil, en Suède, en Allemagne et en Pologne.

Thierry Breton a donc affirmé sa volonté de soutenir sans réserve le développement de ce nouveau carburant dans l'intérêt du pouvoir d'achat des consommateurs, de l'indépendance énergétique de la France et des filières agricoles et industrielles. Nous lançons aujourd'hui, à grande échelle le premier carburant de l'après-pétrole pour les automobilistes français, a-t-il déclaré. Dominique Bussereau a quant à lui indiqué que le développement de cette filière est une nouvelle étape pour le développement des biocarburants. Il leur donne une visibilité plus grande en permettant aux consommateurs de faire le choix entre l'énergie fossile et l'énergie renouvelable. Les biocarburants, je le rappelle, apportent une contribution extrêmement importante pour le secteur des transports à l'atteinte de nos objectifs de réduction de gaz à effet de serre et permettent de lutter efficacement contre le changement climatique, a-t-il souligné.

Dans le respect du cadre fixé par la communauté européenne, le rapport recommande que la fiscalité de l'E85 soit très incitative pour que le prix de ce nouveau carburant soit réellement très avantageux pour l'automobiliste.
Pour accompagner le développement de cette filière, le rapport préconise également des mesures ciblées en faveur des flottes de véhicules de société et par la politique d'achat de la puissance publique. Thierry Breton a indiqué que le gouvernement arrêterait très prochainement une décision afin que le régime fiscal de l'E85 soit fixé par la loi avant la fin de l'année 2006.

Cinq constructeurs automobiles dont PSA et Renault devraient vendre en France des véhicules pouvant utiliser ce carburant en 2007, alors que 500 pompes devraient également fournir de l'E85 dès l'an prochain. Objectif tout à fait réalisable selon le champion du monde de Formule 1.

L'éthanol incorporé dans l'E85 est un alcool principalement produit par la fermentation et la distillation de grains riches en sucres et en amidon, c'est-à-dire à partir de betteraves à sucre ou de céréales. Sept producteurs* se partagent la production française d'éthanol qui atteignait 100.000 tonnes en 2005. Grâce à d'importants investissements et la mise en service de six nouveaux outils de production, la production devrait passer à 900.000 tonnes en 2008. Les débouchés actuels de l'éthanol résident essentiellement dans son incorporation dans l'essence sous forme d'Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE) et sous sa forme pure à hauteur de 5% voire 10%, même si en France les pétroliers y sont toujours opposés. L'utilisation de l'E85 constitue donc un nouveau débouché pour ce produit, mais reste intimement liée au développement de la technologie Flex-Fuel. Or, jusqu'à présent, constructeurs automobiles et pétroliers sont restés frileux sur le sujet. C'est dans ce contexte que les ministres ont demandé à Alain Prost de proposer à tous les partenaires de s'engager à signer, dans les prochaines semaines et aux côtés de l'Etat, une « Charte pour l'Ethanol E85 ». Celle-ci formalisera les engagements précis et concrets de chacun des partenaires de ce grand projet pour notre pays et pour les Français, indique le ministère de l'économie et des finances.

Rappelons que pour le moment, seuls Ford et Saab commercialisent des véhicules équipés de cette technologie sur le marché français tandis que Renault et Peugeot font des promesses pour 2007 : dans le cadre des engagements de son plan de relance Renault Contrat 2009, l'entreprise s'est engagée à ce qu'en 2009, 50% des véhicules à moteurs essence proposés à la vente en Europe disposent d'une offre alternative pouvant fonctionner avec un mélange d'essence et d'éthanol. L'entreprise présentera au Mondial de l'Automobile de Paris une Mégane fonctionnant au bioéthanol (E85) qui devrait être vendue en Europe en 2007. Dès la mi-2007, PSA devrait proposer, en Europe, des modèles Peugeot 307 et Citroën C4 Flex-Fuel.

Largement répandue en Suède et au Brésil, cette technologie présente l'intérêt d'être simple d'utilisation sans être plus chère qu'un moteur classique même si elle nécessite des matériels spécifiques et non une simple adaptation des véhicules existants. Sur le plan écologique, l'utilisation de l'éthanol permet de réduire la part des émissions de CO2 issue du carburant fossile. Le pouvoir calorifique de l'éthanol étant inférieur à celui de l'essence, la consommation moyenne est légèrement supérieure quand le conducteur utilise exclusivement de l'E85 plutôt que du carburant classique. Cependant, les émissions de NOx restent nettement inférieures et les véhicules répondent aux normes Euro IV.

Mais alors que certains se sont réjouis de cette annonce et notamment l'association générale des producteurs de blé (AGPB), d'autre se montrent moins enthousiastes.
Pour la Coordination Rurale notamment, les espoirs mis par le gouvernement dans le développement des filières industrielles de biocarburants sont déraisonnables. Il est illusoire de penser que les usines d'éthanol règleront les problèmes de l'agriculture française. Il est regrettable que l'on n'ait pas évalué le réel intérêt des biocarburants, tant pour les agriculteurs que pour l'économie et l'environnement, avant d'engager notre pays dans des investissements coûteux et de rentabilité douteuse, indique-t-il dans un communiqué. Se pose également le problème du bilan global du cycle de vie des biocarburants qui est loin de faire l'unanimité. Génération écologie juge par exemple que plusieurs interrogations restent en suspens et ajoute que l'éthanol nécessite des terres cultivables en grande quantité et que la consommation de notre pays en pétrole est telle (près de 50 millions de tonnes de pétrole par an) que la superficie de terres arables de notre pays ne suffirait largement pas à produire la quantité équivalente. Jean-Marc Jancovici, consultant sur le changement climatique et co-auteur du livre « Le Plein s'il vous plait ! » , avait de même déclaré à Actu-Environnement dans une interview, que si le Brésil disposait de terres suffisantes pour satisfaire à sa consommation, la France était loin d'être dans le même cas. De plus, pour Génération écologie, ces cultures non destinées à la consommation provoquent un recours important à l'irrigation et aux produits phytosanitaires, contaminant par la même les milieux naturels.
Enfin, malgré ses promesses, le constructeur automobile PSA émet lui aussi des réserves. Pour obtenir une introduction massive des biocarburants, l'approche de faibles taux de biocarburants sur de grands volumes à la pompe reste la voie la plus efficace et la moins coûteuse,a confié le groupe à l'AFP en raison des importants investissements nécessaires pour modifier les moteurs et adapter les circuits de distribution.


*Cristal Union, Saint Louis-Sucre, Société Vermandoise Industries, Sucrerie de Bourdon, Sica de la Vallée du Loing, Téréos, Tate & Lyle.

Réactions27 réactions à cet article

 
le blé,symbole de vie devient un agent mortel !!!!

Le blé ne nourrit plus, il devient un vecteur de mort (5000 morts / France) et 18000 blessés grave. (2 millions de morts par an dans le monde ) Sans compter les impacts de la pollution (pm2.5 et 10, ozone ...), le CO2, l'exploitation des pays pauvres....

Bravo ... Tristesse...

L'épeautre était très estimé au Moyen-Age. Pour Hildegarde de Bingen : "Le spelta est un excellent grain, de nature chaude, gros et plein de force, et plus doux que les autres grains : à celui qui le mange, il donne une chair de qualité, et fournit du sang de qualité. Il donne un esprit joyeux et met de l'allégresse dans l'esprit de l'homme. Sous quelque forme qu'on le mange, soit sous forme de pain, soit dans d'autres préparations, il est bon et agréable."

tophe | 27 septembre 2006 à 21h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
cannes à sucre

on ne peut pas dire que l'utilisation de biocarburants, ou autres énergies renouvellables permettra de s'affranchir totallement du pétrole et autres dérivés, c'est certain.
mais il y a des avantages à ne pas négliger:
l'agriculture française souffre à cause des quotas,
la canne à sucre aux antilles françaises et autres isles dans la caraïbes n'est pas compétitive pour la production de sucre face aux rendements énormes des producteurs de betteraves en France et autres pays développés.
peut être que la simple incorporation de biocarburants dans les combustibles actuels est une solution simple dans les moteurs de l'automobile, mais par contre, fabriquer des moteurs de type Groupes électrogènes qui génèrent de l'électricité à base uniquement de biocarburants est une réelle et formidable avancée pour nombres pays, plus particulièrement la Martinique ou Guadeloupe et les isles de la Caraïbe.
en effet, notre énergie électrique dépend uniquement du pétrole, nous n'avons pas de centrales nucléaires (avec ces avantages et ces défauts) pour la production d'électricité. par ailleurs, nous pourrions ainsi valoriser considérablement notre agriculture qui a tant de problèmes actuellement.
je vous rappelle par ailleurs que l'agriculture dans la caraïbe basée sur la canne à sucre est un héritage de la colonisation qui a servi en autre à l'enrichissement des pays européens.
la valoriser de cette sorte est un juste retour aux choses.
de plus, la culture de la canne est l'une des cultures des plus écologique économique et culturelle qui existent, car:
elle utilise très peu de d'eau voir pas du tout, contrirement à la banane
on produit de la bagasse (résidus solides)à partir de la canne à sucre, ce qui sert de combustible pour le fonctionnement de l'usine de transformation de la canne,
on produit du jus de canne, excellent jus que vous devriez goûter
et on produit du rhum biensûr
les autres résidus sont donc les vinasses servant à la fabriquation d'éthanol, biocarburant, que demander de plus?

freddo25 | 28 septembre 2006 à 07h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:cannes à sucre

bonjour
Que demander de plus ?
Et bien par exemple,d'inciter les conducteurs à rouler moins vite , d'instaurer des limitations de vitesse plus fortes , de promouvoir les déplacements à vélo ...

kine | 28 septembre 2006 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les carburants bio, oui, mais....

Les secteurs de l'agriculture et de l'automobile voient dans les biocarburants un moyen de relance de leur activité: c'est normal.
L'automobiliste espère une réduction de la pollution et du coût : c'est assez normal
L'écologie alerte sur des effets pervers sur les terres : Besoins d'irrigation, production alimentaire délaissée... : c'est normal.
Mais... quelque soit le carburant utilisé, c'est la circulation même dans les zones fortement urbanisées qui restera source la plus préoccupante de la pollution car elle annihilera l'essentiel des efforts de réduction des G.E.S.
La France sera peut-être bientôt un pays d'Europe modèle pour l'usage des carburants bio (à moins qu'elle ne fasse qu'obéir à des règlements) mais ces carburants ne feront qu'encourager à utiliser sa voiture et la France reste bien en retard sur ses voisins en matière de réduction de la circulation : Sans doute le sujet est-il moins glamour.

michou | 28 septembre 2006 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Besoin de petit éclairage svp

Bonjour à tous,
face à l'actualité, j'ai quand même quelques doutes : j'ai entendu dire qu'avec 1L de biocarburant on faisait moins de km qu'un litre d'essence. Qu'en est-il pour les émissions de GES? émet-on plus, moins ou également de GES en roulant avec du biocarburant que de l'essence?

Je reste, comme certains commentaires précédents, sceptique et surtout déçue qu'on consacre tant d'énergie (sans jeux de mots) à développer le biocarburant. L'automobile (qui rappelons qu'un récent communiqué de presse nous disait qu'elle ne se portait pas bien) serait-elle la seule à profiter de cette action? pourquoi ne développe-t'on pas plus le vélo ou le co-voiturage dans les villes? il y aurait moins de circulation et les bus circuleraient plus vite

Si quelqu'un pouvait m'éclairer avant que je ne vire dans un pessimisme irréversible, je vous en serait très reconnaissante. Merci

Laets | 28 septembre 2006 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Besoin de petit éclairage svp

"Sur le plan écologique, l'utilisation de l'éthanol permet de réduire la part des émissions de CO2 issue du carburant fossile. Le pouvoir calorifique de l'éthanol étant inférieur à celui de l'essence, la consommation moyenne est légèrement supérieure quand le conducteur utilise exclusivement de l'E85 plutôt que du carburant classique. Cependant, les émissions de NOx restent nettement inférieures [...]."

GangrN | 28 septembre 2006 à 11h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Copier coler d'un site de nos amis Suisses.

"Les organisations écologistes se sont réjouies de l'ouverture de la première station service à bio-éthanol de Suisse. Mais elles mettent en garde les consommateurs: les carburants fabriqués à partir de matière organique ne sont pas toujours «bio».

Le WWF et Greenpeace portent un regard critique sur les biocarburants importés, que le Conseil fédéral prévoit de détaxer afin d'encourager leur consommation et de réduire les émissions de CO2. Les matières premières qui servent à leur fabrication ne sont pas cultivées de façon écologique, selon le WWF.

On déboise des parcelles de forêt tropicale pour y planter de la betterave à sucre, du soja ou des palmiers. «Si la demande mondiale en biocarburants augmentait, la pression sur ces forêts s'intensifierait», affirme le WWF.

Selon Greenpeace, pour résoudre le problème du CO2, il ne suffira pas d'encourager les carburants écologiques. «Il faut réduire la consommation de carburants tout court», selon la porte-parole
du WWF. Le WWF exige que la Confédération ne soutienne que les biocarburants qui protègent réellement l'environnement."

A bon entendeur.

Anonyme | 28 septembre 2006 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:cannes à sucre

Quoi qu'on choisisse comme carburant, si l'objectif premier est de permettre à tout le monde de continuer à rouler en voiture comme actuellement, on ne trouvera pas LA solution ultime.
Il me semble même qu'on aura forcément des problèmes puisqu'on consomme trop d'énergie pour nos déplacements !

Non, les biocarburants sont un mirage et un danger (pour la métropole, pour les îles, je ne dis pas), enfin si on souhaite grâce à eux remplacer le pétrole pour tout le monde... Les biocarburants c'est une partie de la réponse, mais il faut penser surtout à changer notre façon de nous déplacer... Oui c'est compliqué mais si c'était facile ça serait déjà réglé !

Les biocarburants comme carburant pour les flottes captives, les bus urbains, les taxis, les agriculteurs et les bâteaux de pêche : OUI !
Les biocarburants pour M. Bidule qui veut pouvoir continuer à prendre l'avion, habiter à 1h de voiture de son travail ou transporter des produits avec son 30 tonnes : NON !

EndyDune | 28 septembre 2006 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Besoin de petit éclairage svp

Bonjour,

Il serait bon aussi de rappeler les points essentiels des biocarburants car, même si tous ne sont pas nommés, il existe une liste des biocarbrants officiels : la directive 2003/30/CE. A cela, s'ajoutent le rapport Ademe 2002 nommé Ecobilan, qui met en avant les bilans énergétiques et environementaux des filières de biocarburants.

Pour les véhicules essence :
Rendement énergétique (énergie restituée/énergie non renouvelable mobilisée) :
Essence : 0,873 (cad 1 TEP consommé pour produire 0,873 TEP),
Bioéthanol : 2,05 (blé - betterave)
ETBE : 1,02 (blé), 1,022 (betterave)

Car le tout n'est pas de moins polluer : il faut aussi veiller à ne pas surconsommer d'énergie en amont (production), autrment dit, ne pas déplacer le problème.

Quid | 28 septembre 2006 à 12h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bioéthanol 85%

La raison du développement de cette filière qui est de loin la plus mauvaise des solutions des biocarburants est due certainement aux lobbies des bettraviers, une des solutions seraient l'autorisation des huiles végétales pures qui pourraient s'incorporer directement de le gasoil, mais cette solution ne semble pas privilègier par notre gouvernement, maitrise de la tipp ( 4è revenu de l'état), lobbie des pétroliers et des constructeurs auto. De plus si cette solution était retenu la demande serait semble t'il très importante ( prix) et à ce moment là, la production ne suivera pas.

dquignon | 28 septembre 2006 à 14h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Toute cette inversion pour un bilan douteux?

Je me demande comment l'utilisation d'éthanol peut-elle réuduire les nuisances à l'environnement, si 1) le mode d'obtention n'est pas écologique et 2) la combustion de l'éthanol produit du CO2. En plus, même si cela peut réduire les émissions de NOx, les émissions de VOC augmentent. Bilan???

Anonyme | 28 septembre 2006 à 17h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Toute cette inversion pour un bilan douteux?

Le biocarburant est issu des plantes qui puisent le CO2 dans l'atmosphère. Quand on brule ce carburant, le CO2 retourne dans l'atmosphère, le cycle est bouclé : il n'y a pas eu d'apport de carbone, contrairement au fait de bruler des combustible fossile qui était jusque là enfouit sous terre.

@+

toto | 28 septembre 2006 à 18h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Toute cette inversion pour un bilan douteux?

Certes, mais la fabrication de l'éthanol passe par une distillation qui, elle, est gournmande en energie. D'où un bilan écologique global très mitigé.

Targol | 28 septembre 2006 à 19h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bioéthanol 85%

Entièrement d'accord avec cette analyse.
Dans tous les cas, et quelle que soit la formule choisie, les bio-carburants ne peuvent être qu'une solution transitoire en attendant de trouver autre chose que les moteurs thermiques.
Nous ne passerons pas à côté d'une nécessité VITALE de changer nos habitudes par rapport à l'automobile...

Targol | 28 septembre 2006 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re cela ressemble aux emprunts d'état

Les biocarburants rejettent un carbone puisé dans l'atmosphère, il y a quelques années à quelques dizaines d'années, c'est vrai . Donc, on consommera ce qui a été économisé ("mis de côté") depuis ce laps de temps, .....en promettant que la nature va refixer du C, etc... c'est un genre de crédit révolving....qui ne pousse pas vraiment à faire des économies.
Michou

michou | 28 septembre 2006 à 20h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et le prix à la pompe dans tout ça?

Bien que convaincu de l'urgence de dépasser l'ère du tout pétrôle, je me pose la question du coût final pour le consommateur. Assistera-t-on à une envollée des prix à la pompe afin de financer les investissements liés à la production de l'E85?
A-t-on déjà des estimations sur ce point?

Anonyme | 28 septembre 2006 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bioéthanol 85%

Vous avez parfaitement tout résumé. L'huile végétale est bien le meilleur des biocarburants côté diesel.

Pour l'essence, les véhicules hybrides actuellement sur le marché représentent la meilleure alternative, bien mieux que le flex-fuel qui génère sur-consommation et pollution des sols de par sa production.

Guillou | 28 septembre 2006 à 23h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Besoin de petit éclairage svp

malgré une consommation légèrement plus importante que par rapport aux dérivés du pétrole, les biocarburants sont moins polluants.
les emissions de CO2 et surtout de NOx sont moins importantes.
je vous rappelle que les gaz à effet de serre sont principalement le CO2 en quantité, par contre les NOx sont plus problématiques, leurs effets de "serre" sont 4 fois plus pénalisants que ceux du CO2, il me semble.

freddo25 | 29 septembre 2006 à 04h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:cannes à sucre

il est évident qu'il faut mettre en place une démarche globale, effectivement, "c'est compliqué mais si c'était facile ça serait déjà réglé".
depuis l'ère industrielle, on construit des voitures, des trains, des avions, des fusées, des machines à laver, des ordinateurs, des... et des ....
je suis assez défaitiste, on ne s'arrêtera jamais.
on sera de plus en plus gourmand en énergie, on ne peut quant même pas empêcher les chinois d'acheter des voitures, en europe, tout le monde a une voiture. ce n'est pas parce qu'ils sont un milliard qu'il n'ont pas droit à une voiture ou un train ou autres.
évidemment, il faut optimiser, mais on n'ira pas loin.
c'est des choses de la vie, c'est la loi de la nature.

quand une espèce domine, elle consomme tout ce qu'elle peut consommer, elle se multiplie jusqu'à épuiser son environnement avant de finalement mourrir et s'éteindre.

ça s'applique de la bactérie dans un incubateur jusqu'à l'homme.

il n'y a qu'à voir, les bactéries qui ont produit l'oxygène présente dans l'atmosphère sont mortes parce que le CO2 source de vie pour elles était épuisé et l'oxygène qu'elles généraient est devenu trop présent et trop toxique.

je ne sais pas combien de temps nous allons vivre, mais en tout cas effectivement il faut se battre pour optimiser nos ressources et notre qualité de vie tout au moins pour nos générations à venir.
un retour en arrière est impossible et ilusoire, j'aime bien ma voiture (C3 diesel avec moins de 140 gCO2/km) avec ma climatisation, que j'utilise de façon intéligente, mais c'est que ça que je peux faire.
aux antilles, il n'y a pas de bus pour aller à tel ou tel endroit autre que la capitale, FDF ou PAP, donc oui j'ai une voiture et je dis oui le biocarburant est une des solutions écolo actuelles économiquement et techniquement disponibles. c'est tout.
on peux discuter des heures et des heures, mais comme je dis souvent, pas à pas l'oiseau fait son nid. on ne peut pas tout révolutionner du seul coup.

un jeune papa.

un peu long le message désolé!

pour finir, le biocarburant ne va pas faire moins d'accident sur la route.
il n'y a pas de raison que tel ou tel automobiliste utilise du biocarburant qu'un autre, mais j'ai bien compris le message, il n'y a pas de soucis.

freddo25 | 29 septembre 2006 à 04h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:cannes à sucre

il est évident qu'il faut mettre en place une démarche globale, effectivement, "c'est compliqué mais si c'était facile ça serait déjà réglé".
depuis l'ère industrielle, on construit des voitures, des trains, des avions, des fusées, des machines à laver, des ordinateurs, des... et des ....
je suis assez défaitiste, on ne s'arrêtera jamais.
on sera de plus en plus gourmand en énergie, on ne peut quant même pas empêcher les chinois d'acheter des voitures, en europe, tout le monde a une voiture. ce n'est pas parce qu'ils sont un milliard qu'il n'ont pas droit à une voiture ou un train ou autres.
évidemment, il faut optimiser, mais on n'ira pas loin.
c'est des choses de la vie, c'est la loi de la nature.

quand une espèce domine, elle consomme tout ce qu'elle peut consommer, elle se multiplie jusqu'à épuiser son environnement avant de finalement mourrir et s'éteindre.

ça s'applique de la bactérie dans un incubateur jusqu'à l'homme.

il n'y a qu'à voir, les bactéries qui ont produit l'oxygène présente dans l'atmosphère sont mortes parce que le CO2 source de vie pour elles était épuisé et l'oxygène qu'elles généraient est devenu trop présent et trop toxique.

je ne sais pas combien de temps nous allons vivre, mais en tout cas effectivement il faut se battre pour optimiser nos ressources et notre qualité de vie tout au moins pour nos générations à venir.
un retour en arrière est impossible et ilusoire, j'aime bien ma voiture (C3 diesel avec moins de 140 gCO2/km) avec ma climatisation, que j'utilise de façon intéligente, mais c'est que ça que je peux faire.
aux antilles, il n'y a pas de bus pour aller à tel ou tel endroit autre que la capitale, FDF ou PAP, donc oui j'ai une voiture et je dis oui le biocarburant est une des solutions écolo actuelles économiquement et techniquement disponibles. c'est tout.
on peux discuter des heures et des heures, mais comme je dis souvent, pas à pas l'oiseau fait son nid. on ne peut pas tout révolutionner du seul coup.

un jeune papa.

un peu long le message désolé!

pour finir, le biocarburant ne va pas faire moins d'accident sur la route.
il n'y a pas de raison que tel ou tel automobiliste utilise du biocarburant qu'un autre, mais j'ai bien compris le message, il n'y a pas de soucis.

freddo25 | 29 septembre 2006 à 04h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est un premier pas mais

C'est aujourd'hui qu'il faut penser à l'aprés pétrole mais le bio carburant n'est qu'un élément de cet aprés pétrole car il est vrai que les surfaces agricoles en France ne seront jamais suffisantes de plus il faut un contrôle de la manière de produire ce carburant et ne pas relancer une forme d'agriculture intensive.
L'aprés pétrole c'est la divercification des énérgies.
Geoffroy

librepenseur | 30 septembre 2006 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Développement des carburants "verts"

Enfin une décision qui va dans le bon sens .
- réduction des émissions polluantes
- utilisations des jachères hors PAC
- redeploiement du secteur agricole
- stabilité des approvisionnements
- stabilité des cours
- maitrise intégrale de la filière de la production à la
pompe.

Il semble que ,cette fois ci l'arbitrage se soit fait au bénéfice de la France, en rupture avec la considération des
intérêts privés qui,jusqu'à présent,verrouillaient la question des carburants .

poirier | 01 octobre 2006 à 09h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bioéthanol 85%

de quelles huilles végétales parlez vous?
pouvez vous me donner plus d'indications?

freddo25 | 03 octobre 2006 à 07h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:bioéthanol 85%

Va voir sur le site oliomobile.org, tu auras toutes les réponses à tes questions.

Targol | 03 octobre 2006 à 11h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ethanol céllulosique

l'Ethanol céllulosique est produit, non pas à partir du sucre seul des végétaux (d'où la bétterave), mais de leur fibres... Cette production d'éthanol est beaucoup moins couteuse en énergie (1w pour 16w), et elle permet d'utiliser une part beaucoup plus importante de la plante, d'où un meilleur rendement CO2. autre intérêt, elle ne nécessite pas forcément de culture spécifique : quasi toute plante est susceptible d'en produire (des mauvaises herbes jusqu'au bois), donc la culture intensive (et subventionnée ?!) peut être évitée.

En résumé, une question : Pourquoi ne pas faire bien tout de suite ?

moole | 04 octobre 2006 à 14h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bio mais pas vraiment bio saug peut être pour HVP?

Les biocarburants sortent de l'ombre grace aux lobbies de la profession agricole. Ethanol 85% est la moins bonne des solutions mais les sucriers ont trouvé de nouveaux débouchés aux bettraves qui se voyaient mort / réforme de la PAC suite aux plaintes de certains pays à l'OMC. La fabrication des biocarburants ( ethanol, diester) via une opération de transformation chimique ne réduit pas les GES, seul les huiles végétales pures pourraient être une solution, mais elle est refussée par l'état (/ tipp:4ème revenu, le carburant c'est 60 à 70% de taxe, les pétoliers qui ont de l'influence sur les politiques qui perdraient du ca alors qu'aujourd'hui ça repasse par eux, et les constructeurs auto qui ne veulent pas concevoir des moteurs spécifiques puisque actuellement le maximum de production de biocarburants est de 20% sans devoir arbitrer entre production alimentaire et énergétique. L'avenir sera certainement sur un mixte de solution ( bio 2è génération, electrique, gaz, hybride, pétrole,..

dquignon | 10 novembre 2006 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ethanol céllulosique

Oui...évidement...seulement l'intérêt des uns n'est pas obligatoirement celui des autres...

...Je possède un véhicule essence qui supporte(erai) 25% E85 eves SP98...seulement on refuse de me le vendre...
Smicart, j'en conclu que je dois acheter une voiture neuve "FlexFuel" à 25000€, ce qui n'arrivera jamais

...Ethanol, l'essence BoBo...

AL1. | 14 mars 2007 à 20h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager