En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Parlement européen souhaite verdir les villes

En réponse à la stratégie thématique pour l'environnement urbain proposée par la Commission, le Parlement européen a adopté un rapport d'initiative préconisant des mesures destinées à améliorer la pollution globale des villes Européennes.

Aménagement  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Les villes impactent considérablement sur l'environnement comme elles génèrent un volume important de gaz à effet de serre, de polluants atmosphériques et de déchets. La réduction de ces incidences avec notamment, la pollution de l'air, le bruit, la circulation automobile revêt un intérêt majeur pour l'amélioration du cadre de vie des citoyens et la préservation de l'Environnement.

C'est dans ce cadre que le Parlement européen a adopté un rapport d'initiative préconisant des mesures destinées à améliorer la situation des villes fortement exposées à la pollution. Celui-ci suggère en particulier de définir un objectif de ''surface d'espaces verts par habitant'' à inclure dans les plans d'urbanisme.

Les députés souhaitent également favoriser le transport public et la bicyclette dans les zones urbaines et appellent les Etats membres à donner la priorité au financement de projets qui mettent en œuvre une gestion urbaine durable et des plans de transport. Les États membres sont invités, en coopération avec les autorités locales, à déployer des efforts en vue de réorienter, dans les centres-villes, 5 % au moins du nombre de passagers-kilomètre vers des modes de transport durables, tels que les transports publics et la bicyclette, pendant la période 2002-2012, indique le communiqué du Parlement européen.

Un amendement propose par ailleurs que la Commission, en coopération avec les autorités nationales, encourage toute agglomération de plus de 100.000 habitants à mettre en place un programme de gestion urbaine durable (PGUD) et un programme de transports urbains durables (PTUD). Ils estiment en outre que les programmes d'urbanisme devraient comprendre une étude du climat urbain afin de répondre aux problèmes de manque de ventilation naturelle pendant les périodes de forte chaleur et de pollution atmosphérique élevée.

Le rapport préconise enfin la remise en état des vieilles conduites d'eau et canalisations des villes et le compostage des déchets végétaux, de préférence à leur incinération afin d'éviter les accroissements localisés de pollutions.

Ce rapport d'initiative de Gyula Heghy* adopté par 448 voix pour, 49 voix contre et 110 abstentions a été élaboré en réponse à la stratégie thématique pour l'environnement urbain proposée par la Commission européenne. Établie suite à une consultation publique lancée en 2005, cette stratégie vise à renforcer l'efficacité de la mise en œuvre des politiques d'environnement et à encourager une planification au niveau local des villes d'Europe. Lors de la consultation du public par l'intermédiaire de l'Internet dans le cadre de la préparation de la stratégie, il est apparu que les citadins jugeaient la qualité de l'environnement dans leur ville généralement mauvaise, en particulier en ce qui concerne le bruit et les transports. Sur certains points (qualité de l'eau, attrait de l'agglomération, qualité des espaces verts, nature et efficacité énergétique), on percevait des améliorations, tandis que sur d'autres (qualité de l'air, niveaux de bruit et trafic routier, volumes de déchets et émissions de gaz à effet de serre), la situation paraissait empirer.


* Rapport d'initiative

Réactions3 réactions à cet article

 
attention aux parcs en ville...

Les parcs et la verdure en ville, c'est parfois une grave erreur. Si le parc remplace des possibilité de construire, ça ne fait qu'agraver le problème globalement. En effet, le besoin de logements, ou d'autres locaux, n'est pas modifié et sera construit tout de même en périphérie de la ville.
A vouloir faire entrer la compagne dans la ville, on met la ville à la compagne, et c'est pas la campagne qui va gagner. Regarder les abords et les entrées de ville... et des villages périurbains.
Et c'est surtout pas en mettant des ceintures vertes qu'on arrange la chose.
C'est pas non plus une raison pour les détruire bien sûr.
Il faut pour sauver la "nature" et nous avec, concentrer les villes. Aussi bizarre que cela peut paraître il faut des tours et du béton, sinon c'est du pavillon de banlieu, du goudrons et des bouchons.
Maintenant, peut-être que les gens du Parlement Européen on pensé à tout ça. Ils sont souvent assez sensés. Mais c'est pas ce qui ressort de l'article et parfois on peut avoir des surprises lors de la traduction de ces souhaits au niveau local.

jeanluc67 | 05 octobre 2006 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:au contraire, il faut des parcs en ville

La vision de Jean Luc est assez effrayante: on ne peut pas faire de la "redensification urbaine" uniquement à coups de calculs inhumains. C'est vrai qu'il faut redensifier les villes, et construire en hauteur, ce qui permet d'économiser de l'espace au sol , sur lequel il est alors absolument indispensable d'intégrer des espaces verts. C'est ce qui peut éviter les norias de voitures de week-endistes partis chercher la campagne et l'air frais pour un jour.
Il faut rechercher la végétalisation de tous les espaces publics disponibles en ville (même les parkings peuvent être végétalisés de nos jours). C'est une question d'écologie urbaine.
Il faut en revanche repenser l'étalement urbain de type pavillonaire, qui consomme énormément d'espace.
Mais les espaces verts sont indispensables en ville, sinon, on construirait des Hong Kong inhumaines et invivables. ce n'est pas un modèle souhaitable.

mariel | 06 octobre 2006 à 13h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Faut être cohérent.

Oui, il faut systhématiquement chercher à végétaliser toutes les surfaces non constructibles, tout en densifiant la construction, sur la hauteur, mais aussi en supprimant tous les espaces intersticiels inutiles : coller les bâtiments les uns aux autres le long des rues, ce qui se faisant automatiquement depuis le moyen âge, et qui ne se fait plus pour des règles d'urbanisme mal adaptées.
Et les lotissements, cela fait 30 ans que presque tout le monde dit que c'est du terrain gaspillé (3 m de gazon de chaque côté d'une maison de 8 sur 8 , et des hectares de voiries ! ).
A côté de ça, on récompense les villes et villages fleuris, qui versent dans la nature des quantités incroyables et non mesurées d'engrais de floraison, et tout le monde applaudit, et je ne parle pas de l'élégance des arangement fleuris qui est un autre problème.
C'est vrai que j'ai une vision effrayante

jean-luc 67 | 06 octobre 2006 à 14h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager