Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Marseille se lance dans la thermographie aérienne pour traquer les déperditions thermiques

Après Dunkerque Gap et Aubagne, la Ville de Marseille a mis au point un service qui permet aux habitants de savoir si leur logement a besoin de travaux d'isolation, grâce à une carte de thermographie aérienne de l'ensemble de la ville.

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Loin devant l'agriculture (2%), l'industrie (23%) et même des transports (32%), le secteur le plus consommateur d'énergie en France est celui du bâtiment (43%) qui regroupe les logements, les bureaux, les commerces et les équipements collectifs. C'est pourquoi maîtriser les dépenses d'énergie dans l'habitat et les entreprises est primordial.

Or il apparaît que 30% des déperditions thermiques des bâtiments sont dues à la toiture. Ainsi connaître le niveau de déperdition de la toiture est un excellent indicateur de la déperdition globale, et donc, de la qualité de l'isolation du bâtiment !

C'est dans ce contexte que la Ville de Marseille a mis au point récemment un service sur Internet* qui permet aux habitants de constater les déperditions de chaleur en toiture établie pour les inciter à engager des travaux qui contriburont à réduire leur facture énergétique. En lançant l'opération thermographie aérienne sur l'ensemble des zones urbaines habitées (140 km2), Marseille s'inscrit dans une dynamique d'économie et d'efficacité énergétique, indique la plaquette de présentation du projet.

Pour réaliser ces vues aériennes un avion équipé d'une caméra a effectué plusieurs survols de la ville lors de l'hiver 2006 pour visualiser les variations de chaleur en toiture et détecter leurs défauts d'isolation. Le traitement de ces informations a permis de créer des images sous forme de cartes thermiques affichant le niveau de déperdition. L'opération qui a coûté 140.000 euros à la municipalité, lui servira d'outil pour répertorier les édifices municipaux à rénover en priorité mais n'entraînera aucune obligation de travaux pour les particuliers, précise la ville de Marseille.

En France, quelques villes (Aubagne, Gap ou Dunkerque) se sont déjà lancées dans une thermographie de leurs bâtiments. Une opération de thermographie aérienne infrarouge avait été menée sur le territoire de la Communauté urbaine de Dunkerque en Février et Mars 2004 permettant de visualiser certaines pertes d'énergie. Ce projet a permis de mettre en évidence des déperditions de chaleur par les toits. Nombreux furent les usagers venus consulter les résultats de la thermographie, indique la Communauté urbaine de Dunkerque. À la suite de cette initiative, certains foyers ont même réalisé des travaux afin d'améliorer l'isolation de leur habitation et réduire leurs dépenses annuelles de chauffage, ajoute-t-elle. Face à l'évolution croissante des tarifs, Dunkerque Grand Littoral a décidé de s'investir davantage en lançant l'opération Réflexénergie. L'objectif : donner les moyens aux citoyens de faire des économies d'énergie. C'est ainsi qu'un fonds d'aides spécifiques aux habitants des 18 communes de l'agglomération fut créé en juin 2006. En conséquence, outre les aides nationales (les crédits d'impôts, la TVA à taux réduit, les aides de l'Agence Nationale de l'Amélioration de l'Habitat) et les aides régionales (le prêt à taux zéro « Isolto »), les habitants de l'agglomération dunkerquoise peuvent d'ores et déjà bénéficier**, selon certaines conditions, d'aides complémentaires de la Communauté urbaine pour leurs travaux d'isolation des toitures et d'installation de chauffe-eau solaire. D'autre part, selon les termes d'une convention de partenariat qui a été signée avec la Communauté urbaine de Dunkerque lors du Salon de l'Habitat, EDF apporte son soutien à cette opération et partage l'effort financier de la CUD en contribuant au fonds communautaire d'aides aux économies d'énergies.
Début février, la ville de Gap a elle aussi réalisé une opération de thermographie aérienne infrarouge afin de déterminer le niveau de déperdition thermique des bâtiments publics et privés de la commune. Pendant quatre matinées, un hélicoptère équipé d'une caméra infrarouge, dotée d'une précision de 0,02 degrés, a survolé les 4200 hectares de la commune. 40 000 images numérisées ont ainsi pu être enregistrées. Elles ont été traitées pour établir des cartes thermiques (140 ha chacune), suivant une échelle de 6 couleurs. Cette opération, d'un coût de près de 109 000 euros HT a bénéficié des subventions de l'Union européenne (50%), de la région (20%) et du conseil général (10%).

*Consulter la thermographie de Marseille

**Renseignements : 0800 283 675

Réactions5 réactions à cet article

 
Une opération qui coûte chère et ne sert à rien!

Bonjour,
Bravo, la ville de Marseille a dépensé (enfin les contribuables) 140.000€ pour rien. Etant dans le monde de la thermographie, cette campagne est vraiment de la "poudre aux yeux".Soyons sérieux ce n'est pas en coloriant des maisons que l'on peut se permettre de déterminer le niveau d'isolation d'une habitation... Sait-on si la maison est occupée? Non. La forme du toit et l'émissivité des matériaux?Mystère. Les déperditions par les fenêtres, portes ou façades?
C'est du n'importe quoi!!!

thermo | 23 octobre 2006 à 19h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
de la poudre aux yeux

effectivement, tout scientifique pratiquant la thermo sait qu'il est impossible de réaliser une étude fiable sans connaitre l'émissivité des matériaux et donc sans aller sur place. C'est un vol manifeste de l'argent des contribuables couvert par l'incompétence de nos politiciens à comprendre le phénomène infra-rouge. Une belle image pour beaucoup de poudre aux yeux et beaucoup de francs.

Mouche | 16 janvier 2008 à 18h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une opération qui coûte chère et ne sert à rien

Je vais vous expliquer quelque chose :en 2009 il va être demandé un bilan thermique pour pouvoir vendre sa maison.Celui çi sera fait (on espére) par des artisans qualifiés et...payant, sans parler des travaux d'isolations qui n'en doutons pas vont être obligés (sous peine de sanctions: sur le modéle des autos + ou - pollueuses)Objectif 2025 des maisons au top de l'isolation qui ne consommerons pas et ne rejetterons pas de CO2. Il est déjà temps que chacun pense à trouver la solution pour économiser l'énergie pour se chauffer, non? Cet outil en accés libre peut être un début (et le particulier est sensé savoir si il a laisser sa maison sans chauffage cet hiver....)

titi | 02 juin 2008 à 18h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Après avoir travaille avec la societe TCC SAS basée à Beauvaix nous déconseillons totalement cette société qui va de litiges en litiges et de contestation en contestation, financier et technique
Ses autres clients que nous avons contacté sont exactement du même avis

Direction des Services Techniques | 01 mars 2011 à 13h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Notre société fait de la thermo depuis 8 ans. D'expérience, donc, Impossible de faire entendre raison aux politiques qui ne veulent étudier les bases scientifiques de la thermo. La vulgarisation faite par de grands comédiens et de grands metteurs en scène autant que la publicité politique générée lors de la diffusion théatrale des résultats ne servent que les intérêts économiques des uns, et les intérets politiques des autres...... avec l'argent du contribuable, ... bien sûr.

NOEL marc | 01 mars 2011 à 16h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager