En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le projet de mine aurifère en Guyane est suspendu

Si la décision du MEDD de suspendre le projet d'exploitation aurifère de la société Cambior en raison de son impact néfaste sur l'environnement est bien accueillie, certains veillent car il n'est pas purement et simplement annulé.

Risques  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Le gouvernement français a refusé en l'état le projet d'exploitation aurifère de la société Cambior*, envisagé sur le site de Camp Caïman en Guyane. La décision, annoncée le 12 octobre par le ministère de l'Écologie, a été prise sur la base d'un rapport** d'une Inspection générale de l'environnement et Conseil général des Mines.

Cette décision fait suite aux insuffisances montrées par le projet au sujet de l'impact sur la faune et la flore ainsi que sur les conditions dans lesquelles les eaux contaminées par le cyanure seront rejetées dans la nature. Selon le Ministère, le consortium minier canadien Cambior pouvait répondre sur le plan technique et réglementaire à la plupart des inquiétudes exprimées pendant la procédure, à l'exception de ces deux points.

Dans leur rapport, les auteurs ont souligné les faiblesses de l'étude d'impact concernant les effets du projet sur le milieu naturel, notamment l'importance du risque chronique lié au rejet de cyanure et avait proposé – si toutefois le projet devait être autorisé – de constituer un Comité local d'information et de surveillance.

Le site envisagé pour la mine d'or à ciel ouvert, couvrant une surface de 30 km2 de forêt tropicale primaire, était situé à proximité immédiate de la Réserve naturelle des Marais de Kaw-Roura et de la Réserve naturelle Trésor. Il empiétait à la fois sur le domaine du Parc naturel régional de Guyane et sur une ZNIEFF d'importance majeure (Zone naturelle d'intérêt écologique, floristique et faunistique de type 1), indique le Comité français de l'Union mondiale pour la nature (UICN) qui a alerté aux côtés de nombreuses associations locales et nationales des risques environnementaux que faisait courir le projet.
Situé à 45 km de Cayenne, sur la montagne de Kaw, le site de Camp Caïman est en effet l'un des sites de Guyane dont la valeur écologique et biologique est la plus élevée. Il abrite, selon l'UICN, 700 espèces de végétaux, dont 18 endémiques, près de 100 espèces de mammifères et 254 espèces d'oiseaux, sans compter des milliers d'insectes. Ainsi, outre les risques très élevés liés à l'utilisation de produits nocifs comme le cyanure ou le nitrate de plomb, la réalisation du projet aurait représenté une menace pour un patrimoine biologique exceptionnel, souligne le Comité français de l'Union mondiale pour la nature. Saluant la décision de la Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable, le Comité français de l'UICN espère qu'elle sera confirmée dans les faits afin que la zone naturelle exceptionnelle de Camp Caïman et des Marais de Kaw soit définitivement protégée.

Corinne Lepage présidente du parti politique Cap21, et qui fait partie du collectif « Non à Cambior », a salué cette première victoire mais reste prudente car les atteintes du projet à l'environnement n'ont pas conduit à demander son annulation pure et simple. Benoit Chauvin, responsable Cap21 Outre-Mer craint qu'en réalité , cette décision ne conduise à reporter le projet de quelques mois, le temps de laisser la pression populaire et médiatique retomber et permettre à Cambior de donner des gages de bonne conduite environnementale.

En effet, informée de la décision, la société Cambior a fait savoir dans un communiqué, qu'elle allait déposer de nouvelles demandes de permis lorsque les correctifs appropriés auront été incorporés au projet. De telles demandes de permis révisées devraient faire l'objet d'une nouvelle consultation publique, indique la société. Nous demeurons confiants de la qualité de notre projet et entendons corriger de façon diligente les lacunes identifiées par la commission conjointe et soumettre de nouvelles demandes de permis d'ici la fin de l'année, a déclaré, dans un communiqué, M. Louis Gignac, président et chef de la direction de Cambior


*Cambior inc. est une société internationale aurifère avec des activités d'exploitation, de développement de projets et d'exploration dans les Amériques.

**http://www.minefi.gouv.fr/cambior/rapport_cambior.pdf

Réactions1 réaction à cet article

 
mine d'or guyane

pouquoi refuser l'overture d'une mine sans recher
cher toutes les solutions pour l'environnement,vue
etat qes finances de la france, cela pourrait soula-
ger le plan de restriction ???

baby | 27 septembre 2010 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager