En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Programme Bois-énergie 2000-2006 de l'ADEME a dépassé ses objectifs

Lancé en 2000 afin d'encourager le développement de la filière bois-énergie en France, le programme de l'ADEME fait état d'un bilan supérieur aux objectifs de départ même si la filière nécessite encore des améliorations.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Le Programme Bois-énergie 2000-2006 de l'ADEME a dépassé ses objectifs
   
Dans le cadre des objectifs d'utilisation d'énergie renouvelable que se sont fixés l'Union européenne et la France, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) a lancé depuis 2000 un programme dédié au développement du bois-énergie. Cette énergie renouvelable regroupe toutes les utilisations du bois pour produire de la chaleur, de l'électricité ou les deux simultanément en cas de cogénération. Elle fait appel aux gisements de bois issu de l'entretien des forêts, des rebus de l'industrie forestière et dans une moindre mesure du bois issu des déchets comme ceux du bâtiment par exemple.
Sur le terrain, ce programme encourage l'installation de chaufferies urbaines collectives et industrielles utilisant du bois ou d'autres ressources lignocellulosiques (paille, etc.) ainsi que la modernisation des conditions d'utilisation du bois-énergie sur le marché du chauffage domestique. Il se traduit par des aides financières et de la sensibilisation auprès des collectivités, des industriels et des particuliers.

Mais ce programme arrive à sa fin et l'heure est au bilan. Au regard des dernières informations, il semblerait que la filière bois-énergie soit aujourd'hui professionnalisée et mieux structurée. Le bilan du Programme Bois-Énergie 2000-2006 est jugé très positif par l'ADEME : le bilan est éloquent et montre que l'utilisation de cette ressource renouvelable et locale répond à des besoins bien identifiés et correspond à des marchés réels.
L'objectif principal du Programme Bois-Énergie était de susciter l'installation de 1.000 chaudières à bois sur le territoire national (400 dans le secteur industriel, 600 dans l'urbain et le collectif) afin d'économiser jusqu'à 300.000 tep par an, réduire de 700.000 tonnes les émissions de CO2 et créer jusqu'à un millier d'emplois durables.
Résultats : En six ans, 1.400 chaufferies collectives et tertiaires et 480 chaufferies industrielles ont été financées en 2005 par l'ADEME et les Régions dont certaines rentreront en service cette année. Le parc des chaufferies collectives en fonctionnement fin 2006 représente ainsi 670 MW de puissance thermique installée.

L'objectif du Programme Bois-Énergie consistait aussi à optimiser et professionnaliser la filière bois. Avec plus de 60 sociétés organisant et livrant du bois combustible, plus de 300 organisations institutionnelles et professionnelles intervenant sur ce marché, l'ADEME estime que la filière bois-énergie est devenue une véritable filière structurée, profitable et industrialisée. La professionnalisation de la filière, par son action au niveau des matériels utilisés et des processus d'approvisionnement, aurait contribué à l'amélioration de la compétitivité de cette énergie. Toutefois le coût d'installation des chaufferies urbaines ou collectives reste 3 à 4 fois supérieur à celui d'une chaufferie au gaz ou au fioul. Une aide à l'investissement est donc encore nécessaire. Les économies réalisées sur l'achat du combustible ne suffisent pas à équilibrer le surcoût d'investissement. C'est pourquoi, l'ADEME continuera à soutenir les maîtres d'ouvrage jusqu'à ce que la filière soit totalement autonome.
Surtout que les objectifs globaux sont ambitieux. La loi de programme et d'orientation sur l'énergie a fixé un objectif d'augmentation de 50% de la contribution des énergies renouvelables à la production de chaleur en France en 2010. Concrètement, cela signifie que cette contribution doit passer de 9,7 millions de tep en 2005 à 14,5 millions de tep en 2010. La biomasse, dont le bois-énergie en particulier, devra fournir l'essentiel de cette augmentation. À cet effet, une série de mesures incitatives ont été progressivement mises en place.
Le crédit d'impôt pour les particuliers a été porté à 50 % sur le prix d'achat d'un chauffage à bois, ce qui a permis une rapide progression de la vente de ces équipements pour lesquels des performances énergétiques et environnementales élevées sont exigées. Le crédit d'impôt devrait contribuer à maintenir cette progression et participer au renouvellement du parc, relativement vétuste, par des matériels plus efficaces et moins polluants.
Des appels d'offre pour la production d'électricité et de chaleur à partir de biomasse ont été lancés. 14 projets pour un total de 216MW ont déjà été approuvés. Un second appel d'offres sera lancé prochainement pour un total de 300 MW.
Par ailleurs la TVA sur les abonnements aux réseaux de chaleur quels qu'ils soient a été abaissée de 19,6 à 5,5 %, comme pour les abonnements aux réseaux de gaz et d'électricité. De plus, pour les réseaux approvisionnés majoritairement aux énergies renouvelables au sein desquels le bois prend une part grandissante, la TVA sur la vente de chaleur a également été abaissée à 5,5 %.

Rappelons également que les chaufferies alimentées par énergies renouvelables (bois, géothermie, biogaz) sont éligibles aux Certificats d'Économie d'Énergie (CEE) car les grands réseaux de chaleur sont soumis aux obligations de réduction des émissions de CO2 dans le cadre du Plan National d'Affectation des Quotas (PNAQ).

Malgré tout, si la filière bois-énergie est désormais mieux professionnalisée, il reste encore des défis à relever : intensification de la mobilisation des ressources, amélioration de la synergie de certaines filières…
Avec le doublement de ses crédits en faveur de la chaleur renouvelable annoncé par le Premier ministre le 4 octobre dernier, l'ADEME mise sur un doublement des résultats annuels de l'actuel Plan Bois-Énergie. Selon l'ADEME, la ressource forestière française utilisable pour l'énergie est importante et estimée à 50 millions de mètres cubes par an soit 7 Mtep/an.

Réactions2 réactions à cet article

 
Bois : Quel bois ?

Bonjour,
A la lecture de votre article (que des nouvelles positives !), j'aurais aimé un peu plus de précision sur la composistion du marché du bois énergie en France : quelle part pour les buches traditionnelles, les granules de bois, le bois déchiqueté ?
Si quelqu'un sait ou trouver ces infos...

Groumpf | 19 octobre 2006 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bois : Quel bois ?

Bonjour,

Pour avoir ce type d'infos, contactez l'espace info énergie le plus proche de chez vous
je vous propose le lien suivant : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=14246 puis cliquer sur la carte et secteur qui vous correspond

vir | 19 octobre 2006 à 12h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…