Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Eco-emballage récompense les PME et collectivités engagées dans la prévention et le recyclage des déchets

Pour la 2e année Eco-emballage remet ses trophées Ecotop aux collectivités locales qui ont mené à bien une démarche d'optimisation de leur collecte sélective et des entreprises qui ont développé une démarche de prévention de leurs emballages.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
En organisant la première édition des trophées Ecotop en 2005, Eco-emballages souhaitait créer une passerelle entre les entreprises à l'origine des déchets d'emballages et les collectivités chargées de les collecter efficacement. Les trophées Ecotop ont donc pour objectif de récompenser d'une part les Petites et Moyennes Entreprises qui ont entamé une démarche de réduction des emballages et d'autre part les collectivités locales qui ont optimisé leur collecte sélective.
Pour participer aux Ecotop les collectivités et les entreprises doivent être adhérentes à Eco-emballages. Plus précisément, pour être sélectionnées, les PME doivent afficher un chiffre d'affaire inférieur à 100 millions d'euros, ne disposer au sein de l'entreprise d'aucune personne en charge de l'emballage mais avoir prévu de mener une réflexion sur le sujet. Pour les aider à concrétiser ce projet, Eco-emballages s'est associé à l'ESIEC (Ecole Supérieure d'ingénieurs en Emballage et Conditionnement de Reims) afin de mettre à disposition un élève ingénieur de dernière année.
Pour la deuxième édition des Ecotop, le jury composé de l'ESIEC et d'Eco-Emballages a donc sélectionné 17 entreprises qui ont chacune accueilli pendant 14 semaines un élève ingénieur, dans le cadre de leur projet industriel de fin d'études. Trois d'entre elles ont été choisies à l'issue des soutenances des élèves sur des critères de reproductibilité de la démarche, sur les performances obtenues sur les emballages (recyclabilité, tonnages évités…), l'impact sur les coûts, la créativité du projet et la mise en ouvre effective des recommandations à court ou moyen terme.
Résultat, la Coopérative Laitière de Villefranche (69), spécialisée dans le conditionnement de lait frais et de produits laitiers, et l'élève ingénieur Karine Martin ont ainsi été récompensés pour avoir allégé les bouteilles et bouchons de l'ensemble de la gamme en PET utilisées pour le conditionnement des produits. Avec une réduction de 15% du poids de l'emballage, des gains peuvent être cumulés en matière de transport entre le nouveau fournisseur d'emballages et la coopérative laitière.
La société Covi (44) spécialisée dans les plats cuisinés et Nicolas Monmarthe ont reçu un trophée pour avoir changé l'étui de conditionnement des barquettes. Le nouvel étui nécessite moins de cartons (-50%) et est donc plus léger.
Enfin, la société Maître Pierre (57) spécialisée dans les flammekueche (tartes flambées) surgelées et David Ferrand ont été récompensés pour avoir allégé jusqu'au point critique, l'ensemble des emballages utilisés par l'entreprise : le film plastique pour envelopper les tartes flambées, les étuis en carton dans lesquels elles sont ensuite conditionnées, les caisses qui accueillaient les cartons et les films d'emballage des caisses sur les palettes.

En ce qui concerne les collectivités locales, Eco-emballages sélectionne les communes ayant engagé une opération d'optimisation et récompense les démarches reproductibles et performantes en se basant sur la qualité de la collecte, la communication sur les déchets, la connaissance des coûts… Sur le terrain cela peut se traduire par une réduction des refus de collecte et de tri qui génèrent des surcoûts et démotivent les citoyens, sur la remise en cause de certaines fréquences de collecte qui ne correspondent pas aux besoins réels de la population, sur l'aménagement de certaines procédures, trop rigides, trop courtes ou trop contraignantes ou encore sur l'utilisation de nouveaux outils, informatiques ou techniques, pour trouver des gains de productivité et une meilleure réactivité.
Ainsi, pour cette deuxième édition, le jury, composé du Ministère de l'Écologie et du Développement durable, de l'Association des Maires de France, de l'ADEME et d'Eco-Emballages, a présélectionné 26 collectivités locales à partir de ces performances techniques et économiques et en a récompensé trois.
La communauté d'agglomérations de Pau (64) regroupant plus de 140.000 habitants a reçu un trophée Ecotop pour avoir engagé dès 2003 des efforts d'homogénéisation du service de collecte et introduit d'une redevance spéciale. En 2005 et 2006, les réflexions ont porté sur une meilleure connaissance des coûts, un nouveau plan d'action d'optimisation et un projet d'informatisation des données de collecte. Ces efforts ont porté leurs fruits puisque le taux de refus de tri est en constante régression depuis le début de l'année 2005.
La communauté de communes du pays Yonnais (85) soit 80.000 habitants a été récompensée pour avoir mis en œuvre cinq actions d'optimisation : les ordures ménagères ont été conteneurisées, les flux et les contenants du centre de tri ont été modifiés, le centre de tri a été racheté en régie, un système de collecte en bennes à deux compartiements a été mis en place et une stratégie de communication a été déployée. Une action complémentaire pour les zones d'habitat collectif est actuellement en cours de réalisation. Une septième action est également à l'étude et porte sur l'expérimentation d'une redevance incitative touchant 13% de la population. Les premiers résultats sont encourageants : le coût global de la gestion des déchets a baissé de 7 euros par habitant et par an et le gisement des ordures ménagères a baissé de 8% .
Enfin, le troisième lauréat est le SITOM Sud Rhône (69) regroupant 30 communes soit plus 99.000 habitants. En 2004, le SITOM Sud Rhône a choisi d'étendre la collecte en porte-à-porte et de l'optimiser en passant de trois flux à deux flux. Les performances ont ainsi augmenté de 8 % et le taux de refus en centre de tri a chuté de 40 %, soit un coût brut de la collective sélective en baisse de 10% à la fin de l'année. À partir de 2005, l'accent a été mis sur l'optimisation de la collecte des ordures ménagères, qui s'est concrétisée par une diminution des fréquences, une mutualisation des circuits, une automatisation des refus de collecte et une rationalisation du vidage. Le SITOM Sud Rhône a également participé au programme européen de gestion optimisée des déchets (Optigede-Life).

Pour cette seconde édition Eco-emballages semble satisfait. Le nombre d'entreprises volontaires est passé de 11 l'année dernière à 17 cette année. Plusieurs centaines de collectivités ont également répondu présent contre seulement quelques dizaines en 2005. Une nouvelle édition est déjà prévue pour 2007.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bennes basculantes eco GIO pour le tri sélectif des déchets d\'emballages Goubard