En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les travaux de recherche français sur les sols concordent avec le projet de Directive européenne

À l'occasion du colloque de restitution des travaux du programme GESSOL, les équipes de recherche ont déclaré être en accord avec la proposition de la Commission Européenne du projet de Directive Cadre sur la Protection des sols.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Alors qu'ils répondent à de nombreuses fonctions dans l'écosystème, les sols sont soumis à une dégradation plus ou moins réversible qui pourrait compromettre les activités humaines qui en sont dépendantes. En effet, les sols sont à l'origine de la production des aliments, stockent, filtrent et transforment les minéraux, l'eau, les substances organiques, les gaz, etc. Ils sont également source de matières premières et constituent la plate-forme de l'activité humaine. Cependant, ils sont de plus en plus exposés à de nombreuses menaces : érosion, perte de matière organique, contamination, imperméabilisation, diminution de la diversité biologique, salinisation, inondations, glissements de terrain, etc. Tous ces phénomènes s'accélèrent et menacent de plus en plus les sols qui ne peuvent pas faire face dans la mesure où des centaines d'années sont nécessaires pour qu'ils se renouvellent ou augmentent de quelques centimètres. À l'heure actuelle, on estime que 115 millions d'hectares, soit 12 % de l'ensemble de la superficie de l'Europe, sont touchés par l'érosion due au ruissellement et que 42 millions d'hectares souffrent de l'érosion par le vent.

Si cette dégradation des sols est un problème identifié depuis longtemps par la communauté scientifique, la question émerge seulement depuis quelques années dans la société. Contrairement à l'eau et l'air, les sols ne font encore l'objet d'aucune législation ou mesure de préservation spécifique. Face à ces constats inquiétants, l'Union européenne a proposé en septembre dernier une stratégie de protection des sols européens comprenant un projet de Directive Cadre sur la Protection des Sols. Cette stratégie européenne a pour objectif de mettre en place un cadre d'action commun au niveau de l'UE, destiné à préserver, à protéger et à restaurer les sols, tout en laissant aux États membres une marge de manœuvre suffisante pour l'appliquer de la manière la mieux adaptée aux conditions locales.

En France, le projet de Directive Cadre a été confronté récemment aux différents résultats de recherches du programme GESSOL. Lancé en 1999, ce programme doit fournir des outils de gestion et des indicateurs d'évolution des sols en insistant sur leurs fonctions. 27 projets y sont déjà rattachés. Ils portent sur la qualité chimique des sols, la qualité de l'eau, l'effet des pratiques agricoles sur la biodiversité des sols ou encore sur le thème « recyclage des déchets et qualité des sols ». Ce programme apporte par exemple des données précises pour la gestion des sols sur les sites pollués, sur l'effet des polluants sur le potentiel microbien des sols ou encore pour la mise au point de méthodes utilisables en routine pour l'analyse de la taille, de la biodiversité et des activités microbiennes des sols.
À l'occasion d'un colloque de restitution des travaux liés au programme GESSOL, la communauté scientifique a estimé que le projet de Directive Cadre sur la Protection des Sols de l'UE reflète une prise de conscience des politiques d'une véritable problématique environnementale liée aux sols. De plus, selon eux, les outils d'aide à la décision développés dans le programme GESSOL répondent aux enjeux de cette future Directive Cadre. Néanmoins les chercheurs français ont insisté sur la nécessité d'un travail commun avec les décideurs, les acteurs et les gestionnaires des sols afin de préparer dès aujourd'hui la mise en application de la future Directive européenne. La communauté scientifique souhaite proposer le plus tôt possible des mesures adaptées et s'engager dans la sensibilisation de la population aux impacts des activités humaines sur la qualité des sols (pratiques agricoles et forestières, activités industrielles, développement touristique et urbain, épandages). Selon eux, des recherches en soutien aux politiques publiques sont donc nécessaires afin de garantir une utilisation durable des sols et de préserver leurs multifonctionnalités.

Réactions1 réaction à cet article

 
les sources

Bonjour,

Il serait intéressant de citer les sources pour pouvoir consulter ces documents.

sebb
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager