En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Politique de gestion des déchets ménagers et assimilés

Sur les 650 millions de tonnes de déchets produites chaque année en France « toutes catégories confondues », les déchets des ménages représentent 28 millions de tonnes.

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Sur les 650 millions de tonnes de déchets produites chaque année en France « toutes catégories confondues », les déchets des ménages représentent 28 millions de tonnes. Au total, la quantité de déchets ménagers « et assimilés » pris en charge par les communes s'élève à 47 millions de tonnes. Mais au-delà des quantités, le lien avec la vie quotidienne des Français, le sentiment que ceux-ci ont de pouvoir contribuer concrètement par leur action dans ce domaine au développement durable, et la préoccupation sanitaire aux alentours de certaines installations de traitement rendent ce sujet essentiel

On distingue plusieurs grandes catégories de déchets, en fonction, soit de leur origine, soit de la nature des personnes qui en assurent le traitement.

Les déchets municipaux
47 millions de tonnes (Mt)
Il s'agit des déchets collectés et traités sous la responsabilité des municipalités et leurs groupements qui se décomposent en:
- Ordures ménagères au sens strict : 22 Mt
- Déchets encombrants des ménages et
- Déchets verts des ménages : 6 Mt
- Déchets des activités collectés avec les déchets des ménages : 5 Mt
- Déchets des collectivités : 14 Mt(dont 9 millions de tonnes boues de station d'épuration, 4 millions de tonnes de déchets de voirie et de marchés, et 1 million de tonnes déchets verts).

Les déchets industriels et commerciaux
98 millions de tonnes.
Il s'agit des déchets produits par les activités (hors BTP et agriculture) qui se décomposent en :
- Déchets industriels banals collectés de façon spécifique 89 Mt (dont 43 millions de tonnes de déchets des industries agro-alimentaires)
- Déchets industriels spéciaux : 9 Mt
Les déchets industriels banals (ou « non dangereux ») peuvent être traités sans sujétions particulières : ils peuvent généralement suivre les mêmes filières de traitement que les déchets ménagers.
En revanche, les déchets industriels spéciaux (ou « dangereux ») doivent être éliminés dans des installations dédiées.
Pour mémoire, 5 millions de tonnes de déchets banals des activités (petits commerces, artisans, …) sont collectés par les collectivités (voir ci-dessus). En les comptant, les déchets industriels et commerciaux représentent 103 millions de tonnes.

Les déchets agricoles
375 millions de tonnes qui se décomposent en :
- Déchets des élevages : 275 Mt
- Déchets de culture : 55 Mt
- Déchets de forêts : 45 Mt

Les déchets du BTP
130 millions de tonnes qui se décomposent en :
- Déchets du bâtiment : 30 Mt
- Déchets des travaux publics : 100 Mt

Les déchets d'activité de soin
0,15 millions de tonnes

Production totale de déchets : 650 millions de tonnes par an

Le coût de gestion des déchets a doublé en dix ans. Cette charge, qui correspond souvent à de vraies améliorations, pèse essentiellement sur le contribuable, même si la contribution des producteurs a évolué à la hausse, à travers la mise en place de filières dédiées. Se donner les moyens de mieux connaître ces coûts, pour mieux maîtriser leur évolution, fait partie des priorités de la politique des déchets.
Les prévisions laissent entrevoir pour les prochaines années une situation critique avec des effets écologiques très négatifs.
Il apparaît que 26 départements sont actuellement en situation de pénurie et ne trouvent de solution à leur situation qu'en exportant leurs déchets ménagers dans un autre département, lmitrophe, ou plus éloigné.

Roselyne Bachelot, ministre de l'Ecologie et du Développement Durable, a clôturé les 6èmes Entretiens Ecologiques du Sénat organisés le 4 juin par Onyx, Division Propreté de Veolia Environnement et Valeurs Vertes, en dévoilant sa politique de gestion des déchets ménagers et assimilés de ces prochaines années, présentée le matin même en Conseil des ministres.
Roselyne Bachelot a présenté les priorités de sa politique de gestion des déchets ménagers et assimilés. La priorité absolue pour une gestion responsable des déchets est de minimiser les impacts des installations de traitements sur l'environnement et la santé. Les efforts doivent porter sur la prévention de production de déchets. Il convient d'améliorer la récupération matière en vue de réduire les quantités de déchets mises en décharge ou incinérées et mettre en place une politique face à la pénurie de capacités de traitement prévisible d'ici quelques années. C'est pour cette raison que sera inclus dans le projet de loi sur la décentralisation, le transfert de l'élaboration du plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés aux conseils généraux.
Jérôme Jaffré, président du Centre d'Etudes et de Connaissances de l'Opinion Publique (CECOP), a présenté en avant-première les résultats du quatrième Observatoire Onyx de l'opinion publique sur les déchets :
55% des Français interrogés se déclarent prêts à mettre leurs déchets dans une poubelle collective de quartier et 83% sont très satisfaits de la collecte des déchets ménagers dans leur commune.
Pourtant, il y a 56% des foyers qui affirment ne pas réellement pratiquer le tri. Le geste de tri n'est donc pas encore devenu un geste collectif, seul gage de son efficacité. Selon les matériaux, il existe de fortes disparités. Le tri est réellement pratiqué pour les plastiques et les papiers-cartons et journaux par 65% des personnes interrogées.
Le tri des canettes et du verre est pratiqué dans 59% des foyers. Les produits et matériaux, dont la collecte s'opère essentiellement en apport volontaire, comme les piles, les produits pharmaceutiques, et les batteries se fait dans 38% des foyers. Quant aux huiles de vidange, seuls 10% des foyers en font une collecte à part.
Signe que le service de collecte offert par les communes a atteint son optimum, 83% des personnes interrogées se déclarent satisfaites. Pérennité et fiabilité du service rendu transparaissent à travers ce chiffre. Et ce d'autant que le rapport qualité/prix du service est apprécié positivement puisque plus de la moitié des personnes interrogées trouve le coût de la collecte normal. Seul un quart de la population l'estime excessif.
Satisfaits du service rendu et de son coût mais pour autant ne pratiquant le tri que dans moins de la moitié des cas, les Français déclarent cependant être prêts, pour 55% d'entre eux, à mettre leurs déchets dans une poubelle de quartier si cela réduisait le coût de la collecte ; 31% des personnes le feraient si la poubelle collective se trouvait à moins de 100m de leur domicile, ce qui réduit considérablement la marge de manoeuvre des élus et des techniciens en charge des déchets des ménages..
En se projetant dans les prochaines années et alors que le tri semble rencontrer une adhésion progressive mais lente, les foyers interrogés considèrent en nombre croissant depuis 1999 que la priorité est la réduction du volume des déchets ménagers. Celle-ci passe notamment par la réduction des emballages, générés principalement par l'alimentation. Désir paradoxal car la qualité et la pérennité des aliments, autre revendication forte des Français, passe souvent par le sur-emballage des produits.

Denis Gasquet, Directeur Général Onyx et Directeur Général adjoint Veolia Environnement, a rappelé que « les modes de traitement et de valorisation des déchets doivent être choisis en fonction des situations locales dans un contexte national. Il convient de maîtriser les coûts de gestion en respectant les exigences environnementales, en réduisant les impacts environnementaux et en préservant la sécurité et la santé des travailleurs. »

Source : Onyx

Réactions1 réaction à cet article

 
collective des déchets ménagers

Bonjour,
La collective collective :très bien à condition de ne pas installer les containers trop près des maisons et à condition de ne pas y associer les containers " verre " , tous les endroits qui associent les 2 collectes sont dans un état de saleté honteux et contraire à l'effet souhaité !!! les gens y jettent nimporte quoi!!! donc sont déresponsabilisés ! je préfère la collecte porte à porte qui rend chaque citoyen soucieux de son environnement.
Merci de me répondre .Cordialement.

teexa.belis | 29 juillet 2010 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager