En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le MEDD lance un plan national de soutien au compostage domestique

Le MEDD a lancé un plan national de soutien au compostage domestique afin de réduire le volume global des poubelles destinées à la décharge ou à l'incinération. Mais pour le CNIDD, ce plan manque d'ambition.

Déchets  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Le 27 novembre dernier, le ministère de l'Ecologie et du Développement durable a lancé un plan national de soutien au compostage domestique afin de réduire le volume global des poubelles destinées à la décharge ou à l'incinération. L'objectif : que 100.000 foyers supplémentaires chaque année soient concernés par le compostage domestique sous toutes ses formes.

Le compostage des déchets consiste en une fermentation en milieu aéré au cours de laquelle les déchets sont stabilisés du fait de la dégradation de la matière organique fermentescible. Ce traitement aboutit à la production d'un amendement riche en humus destiné à retourner au sol. Les particuliers ont la possibilité de pratiquer eux-mêmes le compostage de leurs déchets provenant de la cuisine ou du jardin.
Ce système peut permettre de réduire les quantités de déchets pris en charge par la collectivité. La diminution peut aller jusqu'à 70 kg par habitant et par an, selon le ministère. Cette gestion domestique des déchets se pratique de façon traditionnelle, notamment en milieu rural, souvent par simple mise en tas des déchets, mais elle a plutôt tendance à diminuer. Aujourd'hui seuls 5 millions de foyers sont équipés de composteurs individuels d'après l'agence de la maîtrise de l'énergie et de l'environnement (ADEME) dont 650 000 équipés par les collectivités territoriales dans le cadre d'opérations de sensibilisation.

Préparé avec l'ADEME, ce plan vient en complément des aides actuelles de l'ADEME et vise à augmenter leur impact en valorisant des opérations exemplaires. Il représente notamment pour l'ADEME un triplement de son effort par rapport aux objectifs figurant dans le contrat de projet avec l'Etat et s'articule autour des quatre axes : le développement des connaissances, l'information et la formation aux acteurs, l'apport de conseil et d'expertise aux collectivités et le soutien à la réalisation d'opérations.

L'ADEME consacrera notamment un budget plus important aux types d'actions déjà soutenues (acquisition de composteurs domestiques, formation et communication) avec comme objectif le soutien à l'acquisition de 100.000 composteurs domestiques soit un triplement de l'effort inscrit dans le contrat de plan Etat-Ademe. Par ailleurs, l'agence intensifiera ses efforts par la mise en place d'un kit « collectivités » pour celles qui souhaitent s'engager dans la démarche. Il comprendra, en complément des outils d'animation et de communication et au-delà des soutiens financiers classiques, une offre de formation pour les élus, les techniciens et les « maîtres composteurs ».

Par ailleurs, pour assurer une meilleure diffusion des résultats possibles en matière de compostage domestique, l'ADEME proposera aux collectivités de monter des projets conformes à la « qualification compostage domestique » et retiendra sur cette base, dans chaque région en concertation avec ses délégations régionales, une ou deux opérations exemplaires présentant toutes les caractéristiques favorables à l'émergence d'une référence de qualité.

Pour les projets retenus, l'agence s'engagera à soutenir techniquement et financièrement la démarche et à faire connaître l'opération au niveau régional et national par le biais de ses publications, de son site Internet et de ses interventions sur le thème à des colloques et autres séminaires.

Le ministère espère que la mise en œuvre de ce plan conduira d'ici 5 ans, à la mobilisation de plus d'un million de nouveaux foyers dans le cadre d'opérations collectives de promotion, soit plus du double de la situation à fin 2005.

Le Centre National d'Information Indépendante sur les Déchets (CNIDD) salue l'initiative prise par le ministère de s'engager dans une politique de réduction des déchets, mais estime les mesures timides. Favoriser le compostage individuel n'est pas suffisant, explique le CNIDD. Il préconise, de ce fait, des mesures complémentaires pour aboutir à une réduction réelle des déchets organiques et notamment : soutien aux plates-formes de compostage collectif et aux usines de méthanisation (très peu nombreuses en France par rapport aux pays voisins), développement du compostage collectif local en milieu urbain, mesures d'accompagnement pour les collectivités locales (communication et pédagogie auprès des citoyens, création de poste de « maître composteur »

L'association recommande que la ministre fixe un objectif ambitieux de compostage des déchets ménagers de 30% d'ici à 2008, date censée correspondre à la stabilisation de la production de déchet selon le plan national de prévention de la production des déchets.

Ce plan fait partie de la politique de gestion des déchets présentée par, Nelly Olin, le 21 septembre 2005 en conseil des ministres. Les quantités de déchets compostés sont en croissance ces dernières années ce qui correspond à autant de déchets détournés de l'incinération ou de la mise en décharge et permet de réduire les émissions de CO2 dues au transport des déchets. L'objectif fixé par la ministre de l'écologie est en effet de ramener les quantités mises en décharge ou incinérées de 290 kg (sur les 360 kg de déchets produits annuellement et en moyenne par chaque Français) à 250 kg par an dans 5 ans puis à 200 kg par an dans 10 ans, ce qui suppose, entre autres, un développement important du compostage.

Mais pour le CNIDD, la politique française actuelle de gestion des déchets manque de cohérence. Dans la même semaine, Mme Olin annonce des mesures timides en faveur du compostage des déchets et inaugure un incinérateur, véritable pompe à déchets et à finances qui handicape le développement des filières alternatives de traitement, s'interroge Hélène Bourges, chargée de la campagne Alternatives au CNIID. Le choix français du tout incinération discrédite une fois de plus l'engagement du gouvernement pour la réduction des déchets, ajoute-t-elle.

Réactions2 réactions à cet article

 
Bravo le CNIID

Il arrive que le CNIID ne soit pas démago et se paye même de bonnes lectures

Si en plus il a été visité l'unique "vieille" école belge bi-lingue de formation de maître -composteurs de Londerzeele (à quelques kilomètres de Bruxelles près de l'autoroute d'Anvers, créée par des disciples belges du français "composteur" peu connu feu Jean Pain, c'est déjà pas mal

Il y a longtemps que je promotionne la création de sept écoles de formation de maître-composteurs au moins (soit une par "grande région française)

J'en ai d'ailleurs impulsée une avec une association qui fut créé à cette occasion à Arras en 1995 qui a été malheureusement avortée suite à un malentendu . Mais il y a un bon espoir du côté de la Savoie qui risque fort d'être concrétisé sous peu par un vieux militant qui a largement fait ses preuves professionnelles et continue.d'en donner

Les tâches des ambassadeurs s du tri doivent être étendues au conseil en compostage individuel ou de quartier et à la légitime inspection coercitive des poubelles.

Eco-constructif | 07 décembre 2006 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ce donner les moyens

Les incitations financieres de types crédits d'impots seraient à mon sens une bonne manière de pousser au compostage d'autant qu'en diminuant la quantité de dechets les collectivitées s'y retrouvent .Pour ma part j'ai
2 composteurs depuis 3 ans ça marche trés bien , aprés tout le recyclage que je réalise ,pour une famille de 5 personnes je sors la poubelle des produits non recyclables qu'une fois par semaine soit environ 10 à15 Kg et donc environ 100kg Par an et par personne . Les impots locaux ayant tendance a grimper sérieusement une déduction sur la taxe habitation ou fonciere même
minime serait que justice pour ceux qui participe a l'éffort .

Anonyme | 08 décembre 2006 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…