En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'initiative française de création d'une Organisation des Nations Unies pour l'Environnement progresse

Proposée par Jacques Chirac en 2002, la création d'une Organisation des Nations Unies pour l'Environnement fera l'objet d'une réunion internationale en février prochain. Le comité français chargé de sa préparation a été défini.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Sous l'impulsion du Président de la République, Jacques Chirac, la France a engagé en 2002 une initiative diplomatique pour promouvoir la création d'une Organisation des Nations Unies pour l'Environnement, l'ONUE. Cette initiative propose le renforcement du mandat et des moyens d'action de l'actuel Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Une telle ONUE poursuivrait trois objectifs : donner plus de force politique à l'action internationale environnementale ; renforcer la cohérence de l'action internationale ; permettre aux pays en développement de construire et de mettre en œuvre leurs politiques nationales de l'environnement. En fait, cette nouvelle institution pourrait être dotée de pouvoirs comparables à ceux de l'Organisation mondiale de la santé ou de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Depuis 2004, la France anime donc une réflexion internationale pour la création d'une ONUE. Un groupe de travail intergouvernemental informel a été lancé à New York en février 2004. Il regroupe les pays partageant le même objectif ou simplement ceux qui sont ouverts au dialogue*. De nombreuses réunions se sont déjà tenues depuis afin d'analyser la situation actuelle et établir des propositions. Tous les avis, discussions, réflexions engagés par le groupe de travail vont être présentés lors de la conférence internationale, qui aura lieu les 2 et 3 février prochains à Paris. Les objectifs de cette réunion sont, d'une part, de faire un constat commun sur la situation de l'environnement et de la dégradation inquiétante de la situation écologique et, d'autre part, de faire un certain nombre de propositions d'actions prioritaires, agréées sur le plan international. Cet évènement international est surtout l'occasion d'affirmer clairement qu'un grand nombre de pays souhaite avoir une organisation mondiale de l'environnement. Pour le Président français, cette conférence internationale a pour objectif de rassembler des scientifiques, des responsables politiques, des ONG, des représentants des médias et des organisations internationales, des représentants d'une soixantaine de pays qui ont tous marqué l'importance qu'ils attachaient à une Organisation des Nations unies pour l'Environnement ainsi que des représentants d'autres grands pays, notamment des grands pays émergents comme la Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie, l'Union sud africaine, qui ont exprimé à ce sujet des réserves mais qui, je l'espère, ne demandent qu'à être convaincus de participer à cet effort international en faveur du respect de l'environnement et de la biosphère.

En vue de la préparation de cette conférence, un comité composé de sept hautes personnalités a été désigné. Il sera présidé par Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien Premier ministre. Il réunira également Hubert Vedrine, ancien ministre des Affaires étrangères, Nicolas Hulot, président de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme, Edgar Morin, philosophe, Bertrand Collomb, président du groupe Lafarge, ancien membre du comité pour l'élaboration de la Charte constitutionnelle de l'environnement, Jean Jouzel, climatologue et directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace, Laurent Stefanini, ambassadeur délégué pour l'environnement. Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy et la ministre de l'écologie et du développement durable, Nelly Olin, participeront également à cette réunion.


*Allemagne, Afrique du Sud, Belgique, Brésil, Burkina Faso, Canada, Chine, Colombie, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Kenya, Luxembourg, Maroc, Mexique, Nicaragua, Nigeria, Norvège, Sénégal, Suède, Suisse, République Tchèque, Royaume-Uni, Vietnam, ainsi que la Commission européenne.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager