En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le réchauffement climatique menace le secteur des sports d'hiver en Europe

L'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) alerte les exploitants des stations de ski sur l'impact colossal du changement climatique sur leurs activités de tourismes hivernal.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
L'organisation de coopération et de développement économiques s'inquiète des conséquences du réchauffement climatique sur le secteur des sports d'hiver. En effet, d'après les relevés météo historiques existants, plusieurs régions des Alpes ont connu leur mois de novembre le plus chaud, ce qui a retardé l'arrivée de la neige de plusieurs semaines.

Or d'après une étude sur les domaines skiables de l'arc alpin* de l'OCDE, les changements climatiques remettent gravement en question la fiabilité de l'enneigement dans les stations de ski menaçant par conséquent les économies régionales qui sont tributaires du tourisme d'hiver. En effet, le tourisme est une activité économique essentielle dans les pays Alpins. On dénombre chaque année entre 60 à 80 millions de touristes et quelque 160 millions de journées skieurs en France, Autriche, Suisse et Allemagne.

Actuellement, les auteurs de l'étude estiment que 90% des domaines skiables Alpins de moyenne ou grande taille, soit 609 domaines sur 666, bénéficient d'un enneigement naturel suffisant pendant au moins cent jours par an. Les 10% restants opèrent déjà dans des conditions précaires, notent-t-ils. Une hausse de la température de 1°C, de 2°C ou de 4°C à l'avenir pourrait ramener le nombre de domaines skiables jouissant d'un enneigement fiable à 500, 400 ou 200, respectivement, prévient l'OCDE.

Parmi les pays étudiés, c'est l'Allemagne qui est le pays le plus vulnérable. Un réchauffement de 1°C, selon l'OCDE, entraînerait une baisse de 60% du nombre de domaines skiables bénéficiant d'enneigement naturel fiable. L'Autriche, où la moitié des revenus du secteur touristique, soit 4,5% de l'économie nationale, provient du tourisme d'hiver, « est légèrement plus sensible que la moyenne ». L'Italie est « légèrement au-dessus » et la France est « proche de cette moyenne ».

S'intéressant à la France, l'OCDE estime qu'une élévation de 300 m de la limite de la fiabilité de l'enneigement naturel (2°C supplémentaires d'ici 2050) ramènerait le nombre de domaines skiables disposant d'un enneigement naturel fiable à seulement 80% environ du total actuel dans les départements de Savoie, des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence où se trouvent les domaines présentant les plages d'altitude les plus élevées. L'OCDE note encore qu'il tomberait à 71% en Savoie, à 33% dans les Hautes-Alpes et à 10% dans les Alpes-de-Haute-Provence si la limite remontait de 600 m (4°C de plus d'ici 2100).

C'est la Suisse qui souffrirait le moins de ces changements. Mais même dans son cas, un réchauffement de 1°C ferait diminuer l'enneigement naturel de 10% et un réchauffement de 4°C diviserait par deux le nombre de pistes bénéficiant d'un enneigement fiable, souligne l'organisation de coopération et de développement économiques.

Les exploitants des stations devraient déjà se préparer à ces changements mais en modifiant leur comportement et non en recourant à la technologie.La neige artificielle peut être rentable pour eux, mais elle consomme beaucoup d'eau et d'énergie, et a une incidence sur les paysages et les écosystèmes, expliquent les auteurs de l'étude. De plus, fabriquer de la neige ne sera plus viable dès lors que les températures auront dépassé un certain seuil puisque les coûts de fabrication de la neige de culture augmentent considérablement à mesure que les températures s'élèvent. Enfin, niveler les pentes et détourner les cours d'eau pour modifier le relief mettent l'environnement naturel en péril et accroissent les risques de crues soudaines et d'éboulements.

*Le rapport complet, intitulé Changements climatiques dans les alpes européennes – Adapter le tourisme d'hiver et la gestion des risques naturels, paraîtra en février 2007. www.oecd.org/env/cc/alps.

Réactions9 réactions à cet article

 
n'importe quoi !

une stat sur une observation .... édifiant !

eee
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:n'importe quoi !

C'est votre réaction qui est édifiante!!!!

Anonyme | 17 décembre 2006 à 17h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:n'importe quoi !

J'ai bien peur que vous n'ayez pas vraiment compris les bases de recherche en écologie... (1-observations, 2-élaboration d'un modèle, 3-tests du modèle, 4-validation du modèle et applications...)

Je reste cependant sur ma faim en ce qui concerne les changements de comportements des exploitants suggérés en fin d'article. J'ai hâte de lire le rapport complet.

Ephemere | 21 décembre 2006 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:n'importe quoi !

Bonjour,

De formation scientifique, spécialisée sur le changement climatique, je m'étonne fortement de vos certitudes.

Votre réaction me semble particulièrement orgueilleuse et balai d'un revers de main nonchalante toutes les études sérieuses (GIEC et autres...)

Bien à vous.

Anonyme | 21 décembre 2006 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Adaptation des stations aux changements climatique

Bonjour,

pour avoir terminé ma thèse sur la végétalisation des pistes de ski, je connais assez bien la situation.

Le rapport parle de la nécessaire adaptation des stations face aux changements climatiques. Les stations ont pris conscience de ce changement climatique depuis plusieurs années, il s'agit même du premier secteur d'activité au niveau duquel des dispositions ont été prises.

L'enneigement artificiel est la première solution. A titre d'exemple, Le Grand-Bornand s'équipe actuellement d'une retenue de 300 000m3 avec pour objectif l'enneigement assuré d'environ 50% des pistes.
Ce genre de projet se développe dans les stations depuis maintenant plus d'une décennie: le rapport me semble en retard.
Selon Météo France, les principaux problèmes d'enneigement toucheraient les altitudes inférieures à 1800m.
Donc pour les stations de tailles moyennes ou grandes: enneigement artificiel généralisé des pistes aux secteurs inférieures à 1800m. C'est déjà largement le cas pour de nombreuses stations.
Le problème va donc se poser seulement pour les stations de petites tailles et de basse altitude qui ne peuvent s'équiper en canons à neige.

Par ailleurs, ce n'est pas une hausse moyenne de 1 ou 2
degré qui va modifier brutalement les conditions d'enneigement. En 2003, une petite couche de 40 cm avait permis aux stations d'ouvrir in extremis pour noël (...) puis d'enregister un chiffre d'affaire record. Si on regarde en cette fin d'année 2006, l'enneigement est particulièrement déficitaire, à nouveau un bon test!!
Petite anecdote: un agriculteur au Grand-Bornand m'a dit que son chalet avait pu être construit dans les années 20 durant le mois de février, particulièrement agréable.

Des années sans neige, ce n'est pas une nouveauté!


En conclusion, pas de souci pour les stations de moyenne et grande dimension. Du souci pour l'environnement avec notamment la création de retenues d'altitude. L'impact le plus important des retenues est peut-être indirect: multiplication des 4*4 en montagne...

Inquiétudes pour les petites stations qui en ont pris conscience depuis plusieurs années: certaines ont déjà fermé avec des cadavres de remontées mécaniques.

Incertitudes? Ou logique implacable.

Marc-Jérôme Hassid

mj69 | 22 décembre 2006 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bravo

Bonjour,
Donc tout va bien... pas de soucis.... rien à faire... rendormons nous.... n'écoutons pas tous ces Cassandre...
et que les générations furures se dé...brouillent avec notre heritage, quel optimisme !

gece | 22 décembre 2006 à 19h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Adaptation des stations aux changements climati

Habitant les hautes alpes depuis ma naissance, je me rappelle d'années sans neige mais surtout de parties de boules de neige a noel avec mon frere a gap il y avait alors 60 cm de neige.... il y a 10 ans , je faisais régulierement du ski de fond a bayard 1000 m d'altitude de noel a avril ... ces dernieres années c'est vraiment rare alors pourquoi l'être humain est incapable de voir ce qu'il se passe. Faut il des scientifiques pour démontrer l'évidence ou tous simplement du bon sens .
Le durable dans l'absurde et surtout ne soyons pas responsable !
sylvie 43 ans

Anonyme | 12 février 2007 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ne confondons pas tout...

Je crois que vous faites tous un gros amalgame d'échelle. Il faut bien dicerner l'échelle météo (le temps qu'il fait aujourd'hui) et l'échelle climatique. Bien sûr nous connaitrons d'ici 10 ans des années records d'enneigement (statistiquement probable), mais vous savez tous qu'une moyenne nivel les écarts, et sur plusieurs dizaines d'année, nous constaterons des évolutions irréversibles à l'échelle climatique. Donc quand on dit que le réchauffement climatique n'est que fantaisie car il a neigé 5m sur les massifs cet hiver, on est dans le faux!

De plus, pour en revenir au bilan carbone mentionné dans l'article, je pense que celui ci doit être bien ridicule comparé aux transports et à l'industrie: Une station de ski consomme essentiellement de l'électricité nucléaire => C02 produit = pinuts. (bon je simplifie, certes.)

Non, les stations font des efforts, ce qui est louable, mais arrêtons de dire que c'est d'abord pour lutter contre le réchauffement. Les intérêts sont et seront toujours financiers: l'impact sur leur image pour les professionnels et leurs clients. L'environnement est aussi du marketing, et ce n'est pas nouveau.

Anonyme | 11 octobre 2007 à 13h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ouvrez les yeux

Bientot 7 milliard d'être humain sur la planete!!voila le probléme...il serait tant d'arrêter de procréer!Non???!!!

rainstars | 07 septembre 2009 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager