En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Airparif : baisse de subventions ?

La région Ile-de-France propose de compenser intégralement la baisse des subventions allouées à Airparif ; baisse des crédits démentie dans le même temps par le ministère de l'Ecologie et du Développement Durable.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Michel Vampouille, vice-président chargé de l'environnement de la Région Ile-de-France, a proposé de ''compenser intégralement'' la baisse des crédits accordés par l'Etat au réseau de surveillance de la qualité de l'air francilien Airparif.

Le ministère de l'Ecologie a annoncé le mois dernier aux associations de surveillance françaises de la qualité de l'air, les ''Atmo'', une probable baisse de leurs subventions du fait du gel des crédits budgétaires.

Le réseau ''Atmo'' compte 40 associations françaises, qui publient chaque jour un indice de la qualité de l'air grâce à 2.000 capteurs placés sur près de 700 sites. Leur budget est grossièrement réparti en trois tiers : Etat, collectivités territoriales et industriels. Cette année, la part de l'Etat devrait baisser de 15 à 30%.

Pour Airparif, cela signifie que l'Etat accordera 340.000 euros sur les 576.000 euros initialement prévus au titre du budget de fonctionnement. Michel Vampouille ajoute : ''Nous proposerons à la prochaine commission permanente de la Région en juillet de compenser intégralement cette baisse''.
La Région pourrait également être amenée à compenser la baisse de financement de la ville de Paris, qui estime contribuer trop à l'organisme francilien.

Dans le même temps, le Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable dément l'information selon laquelle la subvention de l'Etat à AIRPARIF serait en baisse conséquente et indique au contraire que la subvention de l'Etat en 2003 devrait être du même ordre de grandeur que celle des années précédentes.

Les subventions du Ministère et de l'ADEME pour le compte de l'Etat à AIRPARIF, comme aux autres associations de surveillance de la qualité de l'air, sont versées en deux tranches. A ce jour, alors que seulement la moitié de l'année est écoulée, l'Etat et l'ADEME ont déjà attribué à AIRPARIF une première tranche de subvention de 1,17 M€ représentant 80% de la subvention de 2002.
La seconde partie de l'aide de l'Etat sera versée d'ici la fin de l'année, comme ce fut déjà le cas en 2002.

L'Etat est le principal financeur d'AIRPARIF. En 2002 il a assuré 27% du financement de ce réseau de surveillance de la qualité de l'air, avec une subvention de 1,4 M€.

La région Ile-de-France a apporté en 2002 une subvention de 0,27 M€ et la Ville de Paris a également apporté une subvention de 0,27 M€ après avoir décidé initialement une subvention de 0,45 M€.

Les subventions de l'Etat à AIRPARIF ont fortement augmenté depuis 1998 :

* 2002: 1,409 M€
* 2001: 1,357 M€
* 2000: 1,243 M€
* 1999: 1,279 M€
* 1998: 1,017 M€

Réactions1 réaction à cet article

 
pourquoi pas?

de nouveau l'etat et les collectivités font preuve de leur nouvelle réussite en irresponsabilité auquel ils accèdent chaque jour.
sur les risques de pollution de l'air, seule la collectivité et ses mandataires (ceux que nous avons élu, bordel !) peu agir.
ayant déja fait preuve de lacheté patente, en confiant au monde des corps intermédiaires le controle des excès de l'industrie, l'etat et ses nobliaux (les "collectivités" ) n'a plus la capacité d'assurer à ses vassaux la garantie de leur devenir.
à vos masque à gaz les petits consommateurs
qui se croit encore citoyens, votez vite oui à la constitution européenne, et dans peu de temps
vos regrets ne seront plus que des impressions de dinosaures.
bonne mort.

hildebert
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager