En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

500 millions d'euros pour les agriculteurs

Après le gel de cet hiver, la sécheresse et la canicule de cet été, la conférence agricole, qui s'est tenue à Matignon , a été l'occasion de dresser une première estimation du coût des aléas climatiques pour l'agriculture.

Agroécologie  |    |  Actu-Environnement.com
Cette conférence agricole devait au départ être une réunion d'explications.
Le Président du syndicat agricole majoritaire (la FNSEA) et du Conseil de l'Agriculture Française (CAF), Jean-Michel Lemétayer, l'avait sollicitée pour ''demander au gouvernement quelles étaient ses orientations en matière de politique agricole après l'accord sur la réforme de la politique agricole commune (PAC) et avant les négociations de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) prévues en septembre''.
L'ordre du jour de cette conférence, présidée par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et à laquelle participeront le ministre de l'Agriculture, Hervé Gaymard, et des représentants du CAF, a été donc quelque peu bouleversé par la crise que traverse l'agriculture depuis le début de l'été.
Avec le gel de cet hiver, la sécheresse et la canicule qui sévissent, la discussion s'est concentré sur les moyens que compte prendre le gouvernement pour soutenir ''un secteur économique totalement sinistré et l'aider à passer le cap'', a poursuivi M. Lemétayer, assurant que ''tous les agriculteurs attendent un signe fort de l'Etat''.
''L'Etat a toujours été là en cas de problème et sera encore là'', affirmait-on début août au cabinet de M. Gaymard.

Alors que l'on ne mesure pas encore toutes les conséquences de la sécheresse, ''nous allons demander que le Fonds national de calamités agricoles fonctionne à son maximum et que le budget qui ne sera pas suffisant puisse être abondé par l'Etat à hauteur des besoins'', a déclaré, avant la conférence, M. Lemétayer. Des aides pour les agriculteurs en difficultés, ainsi qu'une ''année blanche'' pour les charges financières et sociales des agriculteurs victimes de la sécheresse seront également réclamées.

Pour Jean-Michel Lemétayer, les pertes s'établissent à 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, ''les pertes pures étant impossibles à évaluer''.
Pour le ministre de l'Agriculture, elles se situent entre 1 et 4 milliards, ''sans être en mesure de donner un chiffres précis''.

À la fin de cette Conférence, Hervé Gaymard a annoncé un plan d'aide aux agriculteurs victimes de la sécheresse d'un montant total d'''environ 500 millions d'euros'', dont l'attribution de 180 millions d'euros supplémentaires au Fonds national de garantie des calamités agricoles. Ce plan d'aide répond à plusieurs attentes émises par le syndicat majoritaire, la FNSEA. Il prévoit une aide de 24 millions d'euros pour le transport du fourrage ainsi que la mise à disposition de l'armée pour acheminer la paille dans les départements sinistrés.

Il comprend également des prêts à taux très réduits ou même à taux zéro pour les agriculteurs les plus endettés, ainsi qu'une enveloppe de 20 millions d'euros pour les cas de grandes difficultés. Enfin sur le plan fiscal, le gouvernement a annoncé pour les agriculteurs en difficultés des exonérations de la taxe sur le foncier non-bâti, des différés du paiement des impôts 2003 voire des remise gracieuses dans certains cas.

Le président de la FNSEA a estimé que ces mesures ''vont dans le bon sens'' même si nous n'avons pas obtenu l'année blanche que nous réclamions, c'est à dire le report de l'ensemble des charges financières et sociales''. Le CNJA (organe des jeunes agriculteurs de la FNSEA) avait en outre demandé une aide directe de 10 000 euros pour les agriculteurs les plus en difficulté. Hervé Gaymard a reconnu qu'il n'était pas certain que cette requête soit ''techniquement possible, en raison des contraintes bruxelloises''.

Cette réunion avec le CAF, constitué par la FNSEA, les Jeunes Agriculteurs, ainsi que l'Assemblée permanente des Chambres d'agriculture (APCA) et la CNMCCA (Confédération Nationale de la Mutualité, de la Coopération et du Crédit Agricole) suscite déjà le vif mécontentement des autres organisations agricoles qui n'y ont pas été conviées.

''Nous sommes très surpris, abasourdis de cette décision de réunir (uniquement) le CAF'', a déclaré Nicolas Duntze, porte-parole de la Confédération Paysanne qui déplore ''le retour au syndicat unique''. ''Dès le début, nous avons demandé l'instauration de vraies cellules de crise sous tutelle administrative'', a-t-il insisté. M. Duntze préconise l'instauration temporaire d'un Revenu minimum agricole (RMA) ''qui pourrait être géré collectivement'', ainsi qu'une participation des firmes agroalimentaires ''à l'effort de solidarité''.

Non conviée à la Conférence agricole, la Confédération paysanne s'adresse à Jean-Pierre Raffarin dans une lettre
La Confédération paysanne profite de cette lettre pour ''présenter ses revendications et propositions qu'elle juge indispensables pour éviter l'élimination très prochaine de plusieurs dizaines de milliers de paysans''.

La conférence agricole a été instituée en 1974 alors que Jacques Chirac était Premier ministre. La dernière, présidée par Alain Juppé, a eu lieu en février 1996.

Réactions2 réactions à cet article

 
belle demonstration

Encore une belle demonstration du recours financier qui ne cesse d'aggraver la situation, au lieu de mettre en place un réel travail de prévention (travaillons, par exemple, sur les mesures limitant l'ETP), on se retrouve a nouveau dans du traitement curatif. Remarquez nous sommes (la france), a ce titre, les champions du monde du curatif. A quand le prix de l'OMS sur les traitements curatifs !

De plus, la situation nous montre, une fois n'est pas coutume, la negligence des syndicats autres que FNSEA, CNJA... Quelle belle leçon de démocratie pour un pays qui en vante les mérites....
Mais c'est vrai que la confederation paysanne propose des reformes tellement opposées aux interets des gros syndicats, des agro-industriels et des politiques agricoles communes, que l'on comprend aisement sa difficulté à etre entendue...et encore plus a etre impliquée dans le processus de negociation démocratique agricole !

zincou | 03 septembre 2003 à 20h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ras le Bol !

C'est une bonne nouvelle !
Enfin... si ils remboursent ! car il y a fort à parier que se sera une fois de plus les contribuables qui paieront la note !
Vous comprenez bien ma pauvre dame ! nous les agriculteurs, nous sommes misérables, on vend à perte, et blablabla et blablabla !
Ben tiens ! Moi, je les vois bien les pauvres agriculteurs et pourtant, ce ne sont que des petits éleveurs du Limousin : Un tracteur par outil, le 4x4 pour madame, le quad pour le fiston, deux ou trois résidences secondaires sous location... et ça pleure à grosses gouttes !
Alors imaginez les céréaliers de beauce !!!
Ras le bol de ces profiteurs ! Qu'ils se mettent au boulot !
Eh oui, un jour il fait trop chaud => indemnisation
Le lendemain il gèle =>indemnisation
Il faut assécher des terres => Subventions
Puis les terres sont trop sèches, il faut irriguer => Re-subventions ...
Et c'est sans cesse comme ça avec l'agriculture..

Barbatruc | 04 août 2009 à 13h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager