En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pacte de stabilité climatique

Les Coprésidents du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen ont adressé une lettre au Président de la Commission européenne dans laquelle ils expriment leurs inquiétudes au sujet du changement climatique.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Les Coprésidents du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen Daniel Cohn-Bendit et Monica Frassoni ont adressé une lettre au Président de la Commission européenne, Romano Prodi, dans laquelle ils expriment leurs inquiétudes au sujet du changement climatique et demandent à l'exécutif de l'UE de prendre des mesures.

Les Coprésidents ont demandé l'introduction d'un ''pacte de stabilité climatique'' qui permette d'améliorer les pratiques environnementales de l'UE et de garantir que l'UE tienne ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre en vertu du protocole de Kyoto. Des études publiées par l'Agence européenne pour l'environnement montrent que tandis que des pays tels que l'Allemagne et la Grande-Bretagne sont sur la bonne voix pour tenir leurs engagements par rapport au protocole de Kyoto, le Portugal, l'Espagne, la Belgique, l'Italie et l'Irlande sont loin de réduire la pollution atmosphérique. Pour rappel, les engagements de l'UE concernant Kyoto visent à réduire de 8% les émissions de gaz à effet de serre, en particulier le CO2, entre 1990 et 2008-2012.

La lettre mentionne les transports et les énergies renouvelables comme deux domaines très importants dans lesquels la Commission doit faire des efforts afin de réduire la pollution et propose des politiques progressistes en la matière. Pour les Verts/ALE, l'initiative de la Présidence italienne qui vise à augmenter les réseaux transeuropéens va à l'encontre d'une réelle politique de développement durable: selon les Verts/ALE, ce sont les transports ferroviaires ou fluviaux qu'il faut favoriser. Les Verts/ALE font l'éloge de l'accord entre l'Allemagne et la Commission sur l'introduction d'un système de péage pour les poids lourds pour financer, en partie, les nouvelles infrastructures ferroviaires.

Claude Turmes (Déi Greng - Luxembourg) a également contribué à l'élaboration de la lettre à Romano Prodi en tant que rapporteur pour le PE sur la libéralisation du marché de l'énergie. Il a mis en lumière '' l'inefficacité et la vulnérabilité des centrales électriques de plus en plus obsolètes au sein de l'UE, cela a été très visible durant les vagues de chaleur de cet été. La lettre stipule que les centrales électriques nucléaires et au charbon ne sont efficaces qu'à 35%, perdant ainsi davantage d'énergie dans l'air et dans l'eau qu'elles ne produisent d'électricité''.

Pierre Jonckheer, (Ecolo-Belgique) cosignataire de la lettre et rapporteur sur le projet de directive sur la taxation de l'énergie est ''convaincu que cette proposition de directive est trop faible. Contenant de multiples exemptions, elle n'est qu'une ''directive gruyère'' qui n'oblige pas les Etats membres à utiliser à bon escient cet instrument en vue de respecter leurs engagements par rapport à Kyoto. Le passage au vote à la majorité au Conseil - alors qu'aujourd'hui l'unanimité est la règle - nous aiderait à faire pression sur les gouvernements les plus réticents''.

La lettre à Romano Prodi demande qu'une véritable politique durable en matière de production énergétique soit mise en place et que soient revus à la hausse et rendus obligatoires les objectifs concernant les énergies renouvelables et la cogénération. Elle demande également une réduction annuelle de 1% de la consommation d'énergie dans l'UE.
Source: Les Verts au Parlement européen

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager