En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La future loi d'orientation sur les énergies

La France doit se donner les moyens de développer les énergies ''vertes'', à l'image de l' Allemagne, l'Espagne et le Danemark, qui l'ont distancée ces dernières années, estime le parlementaire Jean Besson.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
La France doit à la fois maîtriser sa consommation d'énergie, démarrer le réacteur nucléaire EPR (Réacteur européen à eau sous pression) de 3e génération et donner un essor vigoureux aux énergies renouvelables, indique le parlementaire Jean Besson dans un rapport remis à la ministre déléguée à l'Industrie Nicole Fontaine.

Ses conclusions doivent inspirer la loi d'orientation sur les énergies qui sera présentée début 2004 et qui doit engager les choix français sur 30 ans.

Nicole Fontaine a annoncé qu'elle allait proposer au Premier ministre de ''choisir'' le réacteur nucléaire de troisième génération EPR pour renouveler le parc nucléaire français.

Lors de la présentation du rapport du député Jean Besson dans le cadre de la préparation du projet de loi sur les énergies. Nicole Fontaine a annoncé que :

''L'EPR, fruit de la coopération franco-allemande, a des avantages incontestables. Il est moderne et beaucoup plus sûr, dix fois plus que les centrales nucléaires actuelles. Il plus compétitif de 10% par rapport aux centrales nucléaires actuelles donc il va permettre de diminuer le prix de l'électricité.
Il produit moins de déchets radioactifs que le nucléaire actuel. Je proposerai donc au Premier ministre de prendre cette décision de choisir l'EPR dans les meilleurs délais. Le coût de la construction d'un prototype, qui sera payé par les industriels concernés, est de 3 milliards d'euros''.

Le groupe nucléaire public français Areva est co-concepteur du projet EPR avec Siemens. L'EPR attend depuis plus de deux ans un feu vert du gouvernement français. Il est l'objet de vives critiques de la part des anti-nucléaires, qui voient dans son développement un moyen de relancer le nucléaire pour plusieurs décennies.

''La France ne peut raisonnablement pas se passer de l'énergie nucléaire. Les énergies renouvelables sont un complément indispensable aux énergies classiques, mais ne peuvent être une alternative'' a dit la ministre.

Les énergies issues du soleil et du vent représentent moins de 1% de la consommation française d'électricité, le nucléaire 75% et l'hydraulique 14%. La France s'est engagée, dans le cadre d'une directive européenne, à faire passer de 15% (en 1997) à 21% en 2010 la part de sa consommation d'électricité produite à partir de sources d'énergies renouvelables.
Pour atteindre cela, il faudrait selon les industriels du secteur installer à cette échéance 14.000 à 15.000 mégawatts d'éolien et 300 MW d'électricité photovoltaïque, contre seulement 220 MW et 11 MW aujourd'hui respectivement.

Selon les spécialistes, le rapport Besson donne la priorité à trois filières : l'éolien, le solaire thermique (eau chaude et chauffage solaire) et le solaire photovoltaïque (qui peut fournir de l'électricité au réseau). Il propose d'inscrire dans la loi des objectifs précis pour chaque filière.

Pour débloquer les projets d'éoliennes qui s'engluent dans d'interminables procédures en région, il propose que les permis de construire ne soient plus octroyés par les préfets, mais par les maires, au contact direct des populations. Il préconise d'augmenter le crédit d'impôt pour l'achat de chauffe-eau solaires par les particuliers.
Pour le solaire photovoltaïque, M. Besson prône un tarif d'achat par EDF de même niveau qu'en Allemagne. Chaque producteur d'énergie photovoltaïque allemand se voit rembourser 46 centimes d'euros par kw/h par le réseau, contre seulement 15 centimes en France continentale et 30 centimes pour la Corse.

Avec AFP

Réactions2 réactions à cet article

 
mais alors???

Est-ce que la construction de l'EPR signifierait le démantèlement d'une des anciennes centrales? Sinon, alors que notre production électrique est déjà excédentaire, où y aura-t-il la place pour les énergies renouvelables??? Ce rapport - remarquez bien, je ne l'ai pas lu, il y a peut-être des explications - me parait quelque peu contradictoire...

En tous cas, vu le discours de Nicole Fontaine, on peut dire au revoir aux objectifs européens de 2010 -- bravo la France qui aime tant à se démarquer

Nadège | 10 octobre 2003 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
de la poudre aux yeux

Il s'agit bien là de relancer le nucléaire et non pas d'une réelle prise de conscience de l'obligation de s'orienter de toute urgence vers des énergies renouvelables. Aucune campagne de réelle information du public et motivation. Bien au contraire on nous lave le cerveau quotidiennement avec des publicités qui détournent notre attention des vrais problèmes !

Anonyme | 12 octobre 2003 à 23h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager