En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Impact des limitations de vitesse sur les émissions de GES

L'ADEME a réalisé une simulation mettant en évidence l'impact environnemental des trois réductions des limitations de vitesse hors agglomérations : sur autoroute, sur voie rapide et route.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Le projet de Plan climat 2003, qui sera définitivement adopté fin novembre et rendu public à l'occasion du Comité interministériel du développement durable (CIDD), évoque la possibilité d'une limitation de la vitesse sur autoroute à 120km/h.

Ce nouveau plan climat doit permettre à la France de respecter ses engagements européens de stabilisation au niveau de 1990 des émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici à la période 2008-2012.

L'ADEME a réalisé une simulation mettant en évidence l'impact environnemental des trois réductions des limitations de vitesse hors agglomérations : sur autoroute, sur voie rapide et route.

L'impact de ces limitations serait loin d'être négligeable que ce soit pour l'effet de serre ou pour limiter la pollution classique comme les oxydes d'azote.

Les gaz qui favorisent le phénomène sont appelés ''gaz à effet de serre'', justement parce qu'ils agissent comme une serre. Le principal est le gaz carbonique (CO2), mais le méthane (CH4) et le protoxyde d'azote (N2O) sont aussi des gaz à effet de serre (GES).

Sur autoroute de 130 à 120 Km/h
Effet de serre : gain de 2 Mt de CO2
Économie de carburant : 600 000 tonnes de carburant
Gain sur la consommation : 14%, soit un litre aux 100 Km

Sur voie rapide de 110 à 100 Km/h
Effet de serre : gain de 750 000 t de CO2
Économie de carburant : 250 000 tonnes de carburant
Gain sur la consommation : 12%, soit un peu moins d'un litre aux 100 Km

Sur route de 90 à 80 Km/h
Effet de serre : gain de 1,3 Mt de CO2
Économie de carburant : 400 000 tonnes de carburant
Gain sur la consommation : 4%, soit un tiers de litre aux 100 Km

La France ne doit pas émettre plus de 144 millions de tonnes équivalent carbone (Mt eqC) par an entre 2008 et 2012. Or, suivant la trajectoire tendancielle des émissions, celles-ci devraient atteindre 160 Mt eqC en 2010.

Source : Ademe

Réactions5 réactions à cet article

 
chargé d'études

Super, avec les voitures que nous avons, personne ne se rend compte de la vitesse à laquelle il roule, il est impossible d'atteindre cet objectif, à moins d'investir massivement dans la repression. Ce n'est pas une solution.
L'ADEME oublie que la technologie des piles à combustible nous permettra de réduire considérablement les G.E.S., ce dans tous les domaines. Encore faudrait-il une réelle volonté d'évoluer.
Les allemands ont mis sur le marché un bus fonctionnant avec cette énergie, mais la France n'en a pas voulu ?
Les américains et les japonnais ont déjà mis au point des véhicules qui ne seront, pour l'instant, commercialisés q'auprès de régie municipale.
Les constructeurs français annoncent que ces véhicules seront commercialisés en France à partir de 2010/2012.
Et pour les poids lourds ?
M. Gilles de ROBIEN a annoncé un plan de relance du fer routage pour les poids lourds.
Dans tout cela l'on oublie que rien n'est possible sans l'aval des citoyens, qui maintenus dans l'ignorance ne risque pas d'évoluer vers des comportements responsables, surtout si l'élite ne donne pas l'exemple !

Conclusion :
Non pas une mais des émissions journalières radio & télé doivent etre mise en place. Remplaçons l'alarmisme par de l'information pratique et éducative, le besoin est net et les citoyens intelligents, sauf quand on les colle devant des émissions idiotes.

Merci

feel | 23 octobre 2003 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 18 mai 2006 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Drôle de calcul

Oui drôle de calcul, car pour moi la vitesse n'a aucun rapport avec les rejets de gaz d'échappement, je m'explique:
Le principe de l'automobile à ce jour est qu'un moteur thermique associé à une boite de vitesses pollue en fonction du nombre de tours de ce moteur soit pour mon cas :
A 130 km/h ma voiture tourne à 3050 tr/mn et pour 100 km je roule à vitesse constante pendant 46,15 mn , dans ce laps de temps mon moteur a fait 140 769 tours.
A 120 km/h ma voiture tourne à 2850 tr/mn et pour 100 km je roule à vitesse constante pendant 50 mn , dans ce laps de temps mon moteur a fait 142 500 tours.
Soit un delta de 1731 tours de plus et 4 minutes de plus, pour un parcours de 500 km le phénomène s'aggrave c'est 8654 tours et 20 mn de plus de temps de parcours, temps où je pollue! Que l'on m'explique l'intérêt !
Je suis entièrement d'accord de limiter à la construction la vitesse possible des voitures, un maxi à 150 km/h serait largement suffisant, je suis pour des véhicules avec des boites 6 vitesses et également une limitation de vitesse sur route adaptée aux véhicules actuels.

varsable | 05 octobre 2007 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Drôle de calcul

Drôle de calcul en effet, qui consiste à dire que la quantité de GES émis dépend du nombre de tours du moteur et qu'il n'y a aucun rapport entre la vitesse et les rejets de GES. Je n'ai aucune compétence scientifique, mais je peux tirer comme conclusion de ce raisonnement bizarre, qu'on dépenserait la même énergie et donc qu'on émettrait la même quantité de GES, qu'on soit en descente sur une route de montagne ou sur du plat sur une autoroute à revêtement parfaitement lisse, pourvu que le moteur fasse le même nombre de tours. Il me semble évident au contraire que l'énergie nécessaire pour faire tourner le moteur d'un même nombre de tours est fonction de l'effort demandé, qui n'est pas le même si on est en montée, en descente avec le vent dans le nez ou le vent dans le dos. Et plus on va vite sur une même distance, plus il faut vaincre de résistance, (la résistance de l'air et les frottements), plus on dépense d'énergie. Il suffit de faire l'expérience et de constater l'économie de carburant réalisée en parcourant 500km sur la même route, à 130 ou à 100. Je l'ai fait. Et moins on brûle de carburant, moins on émet de GES. Personne ne peut contesterr cela.
On voit bien que les réactions à tout ce qui pourrait limiter la "liberté automobile" sont largement irrationnelles. Limiter la vitesse à 120, voire à 100 comme en Norvège sur les autoroutes, ne coûte rien (si, soyons honnête il faudra modifier la signalisation), permet à chacun d'économiser et d'absorber une partie de la hausse des carburants. Alors pourquoi reculer devant ce petit changement dans nos modes de vie, qui par ailleurs, permet de sauver des vies humaines. S'il n'y avait que cela à faire pour lutter contre le réchauffement climatique, ce ne serait pas grand chose.

guyergal | 15 décembre 2007 à 06h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui peut me donner la courbe de consommation d'un moteur à essence à couple constant en fonction de la vitesse de rotation et donc les courbes en fonction des rapports 1ère, 2ème, etc.
Merci

romain | 16 avril 2012 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…