Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Etude de la Grande Bretagne sur les OGM

La Grande-Bretagne a mené une vaste expérience à l'échelle de l'exploitation agricole pour essayer d'apporter quelques réponses à l'impact des cultures génétiquement modifiées sur le milieu naturel et sa diversité.

Agroécologie  |    |  Actu-Environnement.com
La Grande-Bretagne a mené pendant quatre ans une vaste expérience à l'échelle de l'exploitation agricole (farm-scale study) pour essayer d'apporter quelques réponses à l'impact des cultures génétiquement modifiées sur le milieu naturel et sa diversité.

Les résultats, publiées dans les Philosophical Transactions of the Royal Society Biological Sciences du 16 octobre). sont mitigés.
Dans deux cas sur trois,les cultures conventionnelles permettent une meilleure biodiversité.
L'étude s'est concentrée sur l'impact des pesticides, largement utilisés dans l'agriculture conventionnelle et qui ont des effets négatifs sur certaines populations d'insectes, d'oiseaux ou de plantes. Les chercheurs ont comparé trois cultures : du colza, de la betterave et du maïs.
Les plants génétiquement modifiés étaient tolérants aux herbicides, autrement dit ils résistent au produit pulvérisé sur les champs pour tuer les mauvaises herbes. Le même herbicide était comparé sur les lots GM et sur les lots conventionnels, plantés dans 60 sites différents de Grande-Bretagne.
Le colza et la betterave non transgéniques préservent mieux la vie des insectes, notamment des abeilles et des papillons, et laissent plus de graines à disposition des oiseaux que leurs homologues GM. A l'inverse, la biodiversité était meilleure dans les champs de maïs transgénique.

Le gouvernement de Grande-Bretagne doit s'appuyer sur cette étude pour décider ou non d'autoriser la culture d'OGM commerciaux en Grande-Bretagne.
Cependant l'étude ne tient compte que d'une facette du problème. Une autre équipe britannique a publié la semaine dernière dans Science une étude montrant que l'hybridation entre le colza sauvage et le colza transgénique était inévitable.


En France, trois lignées de maïs sont actuellement autorisées à la mise en culture.
- Le maïs 176 (société Novartis) résistant à la pyrale (insecte ravageur). C'est celui-ci qui a été cultivé en France sur 1 965 hectares en 1998 ;
- Le maïs MON 810 (société Monsanto) résistant à la pyrale et à la sésamie (2 insectes ravageurs) ;
- Le maïs T25 (société AgrEvo) tolérant à un herbicide : le glufosinate ammonium. La plante contient un gène de résistance spécifique -présent dans une bactérie du sol- qui rend la plante résistante à un herbicide non sélectif des plantes cultivées : le glufosinate ammonium. L'événement T25 a été autorisé par les instances communautaires, mais les variétés devraient être inscrites au Catalogue en 2001. L'herbicide est en cours d'homologation pour le maïs.

Le soja transgénique n'est pas autorisé à la culture en France. Cependant, 80 % du soja consommé en Europe est importé. Le soja, de provenance nord-américaine, est utilisé d'une part, pour l'alimentation du bétail, et, d'autre part, après transformation, comme ingrédient dans certains plats cuisinés et dans de nombreux autres aliments. En 1999, la moitié du soja nord-américain était issue de cultures transgéniques. Le législateur américain considère que les plantes transgéniques présentent une simple différence dans le processus d'obtention et non une différence de nature : les récoltes sont donc mélangées. Quand un soja nord-américain entre dans la composition d'un produit alimentaire, la législation européenne conduit à étiqueter sur l'emballage du produit la présence du soja issu d'OGM.


Un Organisme Génétiquement Modifié est un organisme issu des techniques du génie génétique, c'est-à-dire dans lequel l'homme a introduit des gènes porteurs d'un caractère d'intérêt, gènes provenant d'un autre organisme. Les cellules de cet organisme sont dès lors dotées de ce gène nouveau (dit transgène), et peuvent produire une protéine spécifique.

Réactions1 réaction à cet article

 
et les semences

l'article est intéresant mais j'aimerais en savoir plus au niveau des semences
j'ai entendu parler d'un problème sur le non etiquettage des OGM sur les semaiens
qu'en est-il ? il parait qu'une pétition circule mais où ?

cassiolibra | 23 octobre 2003 à 20h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager