En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un PLAN AIR en France après la pollution record de l'été

La ministre de l'Ecologie Roselyne Bachelot présente mercredi en conseil des ministres un ''plan air'' destiné à prévenir les épisodes de pollution, particulièrement aigus pendant l'été 2003.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
La pollution à l'ozone a battu tous les records, affectant un minimum de 30 millions de personnes, selon une étude officielle. Elle a atteint son paroxysme avec la canicule du 5 au 13 août, causant probablement une partie des 15.000 morts supplémentaires.

Le ''plan air'' du gouvernement prévoit une ''riposte graduée'' lors des pics de pollution à l'ozone, qui se sont multipliés cet été.

L'arme ultime de la circulation alternée reste réservée au seuil de 360 microgrammes par m3 (en moyenne horaire). En pratique, cette mesure n'est jamais déclenchée pour l'ozone compte-tenu du seuil requis.

''On ne respecte pas l'esprit de la directive européenne'', a indiqué à l'AFP le président du Conseil national de l'air Jean-Félix Bernard.

Une nouvelle législation européenne (février 2002) abaisse le seuil d'alerte pour l'ozone à 240 microgrammes par m3 en moyenne horaire, et requiert un plan d'action dès que la barre des 240 microgrammes par m3 est dépassée ''pendant 3 heures consécutives''.

Dans son projet de décret, la France maintient l'ancien seuil de 360 microgrammes pour la circulation alternée et introduit deux autres seuils. A 240 microgrammes sur 3 heures, des limitations de vitesse et des réductions d'émissions des industries seront mises en oeuvre. A 300 microgrammes (3 heures), une limitation du transport routier de transit est prévue.

La circulation alternée n'entre en vigueur qu'à 360 microgrammes/m3, avec une procédure réformée. La moitié du parc équipé de la pastille verte sera autorisé à circuler, en fonction de la plaque paire ou impaire. A ce seuil, la mesure n'a guère de chance d'être mise en oeuvre. Elle l'a été une seule fois (à Paris le 1er octobre 1997) pour un pic au dioxyde d'azote.

En revanche, au nouveau seuil d'alerte européen de 240 microgrammes, la circulation alternée aurait été déclenchée 13 jours cet été (dont 6 en Ile-de-France).

La principale innovation du décret-ozone réside dans l'anticipation: les préfets pourront agir dès la prévision de risque de dépassement. Une ''avancée'' saluée par Philippe Lameloise, directeur d'Airparif, qui estime pouvoir prévoir un pic d'ozone ''avec deux jours d'avance''.

Le gouvernement va affecter 3 millions d'euros aux outils de prévision. Une bouffée d'oxygène pour les organismes de surveillance de la qualité de l'air, dont les budgets ont été rognés en 2003 et 2004.

Le ''plan air'' veut aussi améliorer l'information du public. Un code de couleur signalera la gravité de l'épisode de pollution, à l'instar des ''cartes de vigilance'' de Météo France. Un partenariat est en discussion avec France Télévisions pour diffuser des cartes de pollution dans le journal télévisé ou la météo.

Ces mesures doivent entrer en vigueur avant l'été, saison critique pour l'ozone, qui se fabrique sous l'effet du soleil entre plusieurs polluants (oxydes d'azote, composés organiques volatils ou COV).

De plus, l'ozone voyage, impliquant une riposte européenne. L'Europe a fixé des objectifs de réduction ambitieux (-40%) d'ici 2010 pour plusieurs polluants (dioxyde de soufre, oxydes d'azote, COV, ammoniac). La France a arrêté en juillet son programme national pour réduire ces émissions, principalement dans les industries.

Si ce programme avait existé l'été dernier, il aurait permis de diviser par cinq le nombre total d'heures de dépassement du seuil d'information (180 microgrammes) pour l'ozone, estime le ministère.

Source : AFP

Réactions5 réactions à cet article

 
Prendre l'habitude

Pourquoi ne pas favoriser plus la circulation altérnée? C'est bien sûr une contrainte de choix car les français sont très attachés à leur voiture, synonyme d'indépendance. Mais il faudrait pourtant bien s'y faire, outre son aspect pratique, la voiture est bruyante, elle pollue et on perd souvent plus de temps (et de carburant) à la garer plutôt qu'à véritablement se déplacer.
Si la circulation alternée était imposée à un seuil moins élevé, la population serait plus souvent amenée à ne pas utiliser son véhicule et à prendre un moyen de locomotion alternatif. A force d'usage peut-être finirait-elle pas s'y habituer et renoncer à cette diabolique automobile!
Pour un usage raisonné de la voiture!

Angélique | 06 novembre 2003 à 13h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
causant probalement une partie !

"causant probablement une partie des 15.000 morts supplémentaires" : voila une affirmation qui a le mérite de ne rien coûter, de ne prendre aucun risque mais aussi de ne rien dire !

On évoquait la pollution et ses conséquences sanitaires, sans jamais envisager des facteurs multiples. Vint la canicule et ses 15 000 décès : plus un mot sur la pollution !

N’oublions pas la saga du communiqué de presse du ministère, savoir s’il fallait parler de pollution ou de chaleur.

« causant probablement une partie » : Avant de prendre des mesures, commençons par tenter de connaître un peu mieux les conséquences du phénomène, ensuite il sera possible d’évoquer le seuil. Profitons des études sanitaires en cours.

« causant probablement une partie » : j’ai l’impression de lire du Coluche, « un accord secret pourrait être signé, c’est même pas sûr »

Legros | 07 novembre 2003 à 03h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:causant probalement une partie !

et oui d'habitude , dans la newsletter, je ne diffuse pas les depèches AFP..mais pour un problème de temps ...je n'ai pas pu les rédiger moi meme...cette semaine.

Anonyme | 07 novembre 2003 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:causant probalement une partie !

Loin de moi l’idée de mettre en cause le webmaster, plutôt le journaliste (j’ai bien lu qu’il s’agissait d’une dépêche AFP), mais surtout la légèreté de ses sources, c’est-à-dire les pouvoirs publics.

LEGROS | 07 novembre 2003 à 20h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Retraité

Il ne faut pas supprimer la voiture car il y a plus d'un million de travailleur dans cette branche.
En revanche il faut accélérer le passage au tout électrique.
Quand à Madame la Ministre elle propose de "bruler" 3 millions d'€ afin d'observer ce que tout le monde peut constater. C'est lamentable de faire peur à la population quand on n'est pas capable soit même de donner l'exemple et encore moins capable de proposer des solutions qui soient réalistes et pas démagogiques.
De plus elle s'occupe de l'air mais quand on lui propose des solutions pour les déchets organiques elle vous répond qu'elle n'a pas les moyens au ministère de les étudier et vous renvoie sur les ADEME ou organismes à la "solde des grands de l'eau " qui gouvernent en réalité notre pays en tenant les politiques par la "peau de ...l'argent"

Martin | 11 novembre 2003 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager