En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les tortues géantes de Zanzibar

Menacées d'extinction en raison d'un braconnage intensif, les tortues géantes de la petite île de ''Prison Island'' au large de Zanzibar en Tanzanie sont désormais sous haute protection.

Biodiversité  |    |  Actu-Environnement.com
Les tortues géantes de la petite île de ''Prison Island'' au large de Zanzibar en Tanzanie sont désormais sous haute protection.

En effet, elles bénéficient depuis ces dernières années, d'une double protection. Elle possède, d'une part , un système d'identification électronique, avec une puce et d'autre part elles sont parquées derrière un grillage de deux mètres de haut, électrifié la nuit afin de dissuader les voleurs et le braconnage .

Cette protection a permis d'éviter la disparition de ces reptiles . En 1955, 200 tortues avaient été recensées sur cette île, puis une centaine en 1988 et enfin 7 en 1996 .

C'est à ce moment qu'un vaste projet de protection a débuté, initié par les autorités de Zanzibar et des organisations de défense des animaux.

À l'heure actuelle, il y a 17 tortues adultes, 50 jeunes et 90 bébés-tortues. La majorité des tortues terrestres géantes de l'Océan Indien ont été exterminées par l'homme. Les autres reptiles de ce genre se trouvent dans les îles Galapagos, un archipel du Pacifique.

Jadis, Prison Island appartenait à un marchand d'esclaves qui y enfermait les esclaves rebelles. Ensuite, elle fut vendue au général Mathews qui en fit une prison qui n'a jamais servi. C'est la seule île où vit une colonie de tortues géantes qui, il y a des siècles, auraient été amenées d'Aldabra, un atoll des Seychelles.

Zanzibar désigne à la fois une ville, une île et l'archipel composé des îles Pemba et Zanzibar et une cinquantaine de petites îles (changuu, kibandiko, latham, chumbe, Uzi, etc). Les îles comportent des roches sédimentaires ayant une origine africaine.

En 30 ans, la population de Zanzibar ville a plus que triplé tandis que celle de l'ensemble du pays doublait. La population d'origine que l'on trouve aujourd'hui dans les îles sont:- les WASHIRAZI qui vivent au nord de Ugunja et à Pemba et les WAHADIMU qui vivent au centre et au sud de l'île. Plus tard, des immigrants venus d'Asie et d'Afrique s'installèrent entre les dans les îles au cours des siècles, ce qui permit un mélange considérable entre les différents groupes. La majorité de la population embrassa la religion musulmane. Mais les communautés les plus répandues de nos jours vivant à Zanzibar sont : - des anglicans (en minorité), des Goannais (minorité Indien originaire de Goa en Inde - ce sont des catholique romains), des Hindous (5000 à 6000 personnes). Le swahili est la langue la plus répandu de nos jours.

Réactions3 réactions à cet article

 
en danger maintenant !!!!

Il existe sur une petite île nommée Chengu Island à quelques kilomètres de Zanzibar des tortues de terre géantes qui étaient jusqu'à présent protégées (un programme avait été récemment mis en place pour les sauver du braconnage et du vol). Je les ai avais vues lors d'un premier voyage l'année dernière (septembre 2003). J'y suis retournée le mois dernier et là, ça été le choc, l'île a été rachetée (voici 6 mois environ) au gouvernement par soi-disant un français associé au fils du président et ils construisent un hôtel de luxe dessus. Ils ont déplacé et transformé l'habitat des tortues en chantier !!! Plus personne n'est chargé de les surveiller ni ne s'en occupe, des ouvriers coulent du béton au milieu des tortues qui sont complètement prostrées et désorientées par le bruit et les travaux ; arbres déracinés, grands trous béants dangereux, platre sur les carapaces, nursery abandonnée, sale (2 bébés tortues), quelques photos prises pour rendre compte… Je ne sais pas s'il y a quelque chose à faire mais c'était insoutenable de les voir en pareil état, elles semblaient avoir été sacrifiées au sacro saint pouvoir du tourisme de luxe (qu'est-ce que 5 dollars de droit d'entrée valent en regard de ce que rapportera l'hôtel). Lors de ma première visite, quelqu'un était là pour surveiller si on leur faisait pas de mal mais là, personne, on aurait pu leur faire n'importe quoi, de plus elles me semblaient en mauvais état physique et surtout en état de choc psychologique, certaines se cachaient sous des feuilles comme pour échapper à cet environnement hostile. D'autres s'enfoncaient dans les grillades pour sortir. Il est difficile de savoir quel avenir leur réserve-t'on dans le cadre de cet hôtel sur "leur île". Vu le traitement qu'elles subissent actuellement, on a du mal à leur imaginer un avenir plus clément. Je suis consciente des réalités humaines et économiques du pays mais qu'est-ce qu'ils les empêchaient durant la durée des travaux de leur aménager un enclos protégé.
Voilà, je voulais vous signaler le sort désastreux réservé aux dernières tortues de terre géantes de Zanzibar. Je lance des bouteilles dans la mer.

mumu | 15 juillet 2004 à 18h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
tortues geantes de zanzibar

nous sommes en Novembre 2009 et rentrons juste de zanzibar.je pense que le probleme est maintenant résolu,l'hotel est fini et les tortues ont repris leur tranquilité. Elles sont en grand nombre. je m'inquiète quand même sur l'organisation supérieure qui s'en occupe!!! . On ne leur donne que des épinards à manger -est-ce normal ?les quantités sont-elles suffisantes car elles ont l'air d'avoir faim. Qui veille sur leur bien-être sanitaire ? quelqu'un peut-il me répondre ? Merci d'avance
Michèle

Anonyme | 24 novembre 2009 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

février 2012: je suis allée visiter l'ïle et il me semble que les tortues manquent de soin. Il y a tout un groupe de gardiens(armée, civil...) à l'entrée mais n'ont pas l'air motivés! les tortues sont l'une sur l'autre, dans la boue, avec qques feuilles de choux, c'est très précaire et il me semble que des organisations de sauvegarde des animaux devraient s'y attacher. Il manque d'explications didactiques, on dirait que c'est laissé à l'abandon. help pour ces braves reptiles!

béa | 02 mars 2012 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager