Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'étonnante capacité des manchots à conserver des aliments

Une substance antimicrobienne, qui pourrait trouver un jour des applications en matière de conservation des aliments et en médecine, vient d'être isolée par des chercheurs français chez les manchots.

Biodiversité  |    |  Actu-Environnement.com
Une substance antimicrobienne, qui pourrait trouver un jour des applications en matière de conservation des aliments et en médecine, vient d'être isolée par des chercheurs français chez les manchots, révèle le ''Journal of Biological Chemistry'' dans son dernier numéro.

Les manchots royaux (Aptenodytes patagonicus), que l'on rencontre notamment dans l'archipel sub-antarctique français de Crozet, à mi-chemin entre l'Afrique australe et l'Antarctique, mènent une vie caractérisée par l'alternance de séjours à terre, où ils se reproduisent, et de longs départs en mer pour s'alimenter.

Les chercheurs du Centre d'écologie et de physiologie énergétiques (CEPE/CNRS) de Strasbourg ont découvert il y a quelques années que le mâle du manchot royal, tout en jeûnant sur son parcours de 400 à 500 km dans les eaux polaires, regagne la terre avec de la nourriture parfaitement conservée dans son estomac. Il revient remplacer la femelle pour la dernière période d'incubation du poussin.

Suite à cette observation, Cécile Thouzeau et ses collègues ont cherché à élucider les mystères de cette étonnante capacité de conservation de nourriture. A partir des prélèvements d'échantillons de contenu stomacal de manchots en train de couver, les chercheurs ont réussi à isoler une substance antimicrobienne, la ''sphéniscine'' (du nom scientifique de la famille des manchots, les sphéniscidés).

Il s'agit d'une peptide (composante de protéine), qui semble agir en association avec d'autres molécules. Mais on sait d'ores et déjà, soulignent les biologistes, qu'elle est active contre un grand nombre de micro-organismes (bactéries, champignons...) dont certains sont à l'origine de maladies humaines. Elle arrête totalement, par exemple, la croissance d'Aspergillus fumigatus, champignon provoquant une pneumopathie connue sous le nom d'aspergillose invasive et touchant les personnes aux défenses immunitaires affaiblies.

Outre un avenir qui semble prometteur dans le domaine biomédical, la sphéniscine pourrait également contribuer à l'amélioration des techniques de conservation agroalimentaires, commentent les scientifiques.

Source : AFP

Réactions2 réactions à cet article

 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
::bravo::

Comme quoi...on a encore beaucoup de chose a apprendre sur la nature !!

On devrait dabord s'intérréssé à tous ce qui se passe sur la Terre
- Faune
- Flore ....

Avant d'aller sur Mars...

Greg | 19 décembre 2003 à 12h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager