En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Décision française en 2004 ou 2005 pour le réacteur nucléaire EPR

Le président d'EDF François Roussely a estimé que la France devra prendre une décision pour lancer la construction d'un réacteur à eau sous pression (EPR) en 2004 ou 2005, lors du Grand Jury RTL-Le Monde-LCI.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
Le président d'EDF François Roussely a estimé que la France devra prendre une décision pour lancer la construction d'un réacteur à eau sous pression (EPR) en 2004 ou 2005, lors du Grand Jury RTL-Le Monde-LCI.

''On a besoin d'avoir ce réacteur, après l'avoir construit et l'avoir exploité industriellement, entre 2015 et 2020. Si vous prenez en ordre de grandeur qu'il faut dix ans pour construire un réacteur de cette nature et trois ans d'exploitation industrielle pour en être parfaitement sûr, ça veut dire que dans l'année 2004 ou 2005, il faut prendre cette décision '', a-t-il dit.

''En terme de sûreté, l'EPR est le réacteur le plus sûr qui sera jamais installé'', a fait valoir le président d'EDF. ''Dans les 20 prochaines années, le monde a besoin que l'on construise autant de moyens de production d'électricité que pendant tout le 20ème siècle'', a-t-il affirmé.

Interrogé sur les hésitations du gouvernement à s'engager dans le projet EPR, M. Roussely a répondu ne pas avoir ''l'impression que sur le nucléaire le gouvernement hésite beaucoup''.

''Que ce soit sur le nucléaire de court terme, EPR, ou de long terme, Iter (...) il me semble qu'il y a beaucoup de continuité
'' au sein du gouvernement'', a-t-il dit. L'UE, la Russie, la Chine, les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon sont impliqués dans le projet Iter dont l'objectif à terme est de reproduire sur terre la fusion qui a lieu dans les étoiles.

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé le 17 janvier à Paris contre ''le retour du nucléaire'' et le projet de nouveau réacteur, un ''retour en arrière'' que les anti-nucléaires ont symbolisé en démarrant le défilé à reculons.

Les manifestants, ''plus de 15.000'' selon les organisateurs, 5.800 selon la police, ont marché à reculons sur plusieurs centaines de mètres, avant de se retourner ''vers une France nouvelle, dénucléarisée''. ''L'objectif est atteint : sensibiliser l'opinion publique sur les dangers de la relance du nucléaire'', a déclaré à l'AFP Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau Sortir du Nucléaire, principal organisateur de cette manifestation.

Selon le porte-parole de ce réseau qui revendique la participation de quelque 650 associations, la manifestation de samedi était ''centrée sur l'EPR, qui pourrait être le premier réacteur d'une longue série''. ''C'est en fait une véritable relance du nucléaire qui se profile devant nous'', ajoute-t-il.

Le réacteur européen à eau sous pression ou EPR, qui devrait recevoir prochainement le feu vert du gouvernement, est appelé à remplacer une partie des 58 réacteurs équipant les centrales françaises quand ils arriveront en fin de vie. Un premier exemplaire de ce réacteur, construit par le consortium franco-allemand Areva-Siemens, doit entrer en fonctionnement en Finlande en 2009.

''L'EPR n'a aucune utilité quels que soient le scénario d'évolution de la consommation énergétique'', estime la directrice de Greenpeace France, Michèle Rivasi. ''Avec les 3 milliards d'euros qui seront consacrés en France à la construction d'un démonstrateur (sorte de prototype), on pourrait investir dans les énergies renouvelables et produire deux fois plus d'électricité'', ajoute-t-elle, dénonçant le fait qu'aucune expertise indépendante n'ait été menée sur la validité de ce projet.

Parmi les cibles favorites des anti-nucléaires, ''l'EPR qui nous pompe l'air'', Areva, le constructeur de l'EPR (''Go home''), mais aussi la ministre de l'Ecologie Roselyne Bachelot, ''ministre de la chasse et du nucléaire durable''. Greenpeace exhibait de son côté six éoliennes modèle réduit.

Plusieurs dizaines de mouvements écologistes et anti-nucléaires européens, notamment allemands, néerlandais, espagnols et finlandais, appelaient à cette manifestation contre l'EPR. ''Ils veulent utiliser la Finlande parce que ce pays a la réputation d'être sensible à l'environnement'', selon Ulla Kloetze, militante de l'organisation finlandaise Women against nuclear power.

Source : AFP

Réactions2 réactions à cet article

 
Vers un développement durable.. des profits d'EDF

Quand ce n'est pas pour de la pub, Francois Roussely semble méconnaitre l'ensemble des travaux réalisés depuis plusieurs années sur l'efficacité énergétique et la Maîtrise de la Demande d'Electricité...

Tout en s'appuyant sur de belles "images" d'énergies renouvelables et propres, de proximité avec ses clients pour les aider à maitriser leur consommation, EDF espère continuer à nous vendre de la clim et du chauffage électrique (ou d'autres usages à inventer) afin de faire tourner ses centrales à pognon financées par les contribuables.

Si le nucléaire est rentable, ce n'est que pour EDF, car si l'argent public déstiné au nucléaire (recherche, contruction de centrales, gestion des déchets, démantèlement futur) ne figure pas dans le kWh facturé par EDF, on le paie bien quelquepart...

L'enjeu actuel, bien avant la construction de nouvelles centrales, consiste à enrayer ce gaspillage toujours croissant d'énergie, à organiser la société dans une perspective de sobriété et d'efficacité énergétique. Les solutions existent, il ne s'agit ni d'un retour à la bougie, ni d'une utopie, seulement d'une volonté politique...

Anonyme | 22 janvier 2004 à 12h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Un choix économiquement viable?

La France a deux activités poids lourds dans son économie : le tourisme et l'agroalimentaire.
Qu'adviendra-t'il de l'économie s'il y a ne serait-ce qu'un soupçon de problème avec le Nucléaire?
Les touristes continueront de venir et les consommateurs des pays dits "développés" continuerons à acheter des produits de l'agroalimentaire français?
Et l'agriculture française?

Alors est-ce viable d'un point de vue économique de vouloir poursuivre le développement du nucléaire?

Nathalie | 24 janvier 2004 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager