En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan Soleil : la montée en puissance

Le plan Soleil, se terminera fin 2006 et confirme la dynamique en faveur du solaire thermique en France. L'objectif : accélérer la diffusion des systèmes de production de chaleur et d'eau chaude solaire sanitaire.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
Impulsé par l'Ademe dans le cadre du programme national Plan Soleil en 2000-2006, le marché des systèmes de production de chaleur et d'eau chaude solaire sanitaire confirme son dynamisme. D'après les premières évaluations à mi-parcours (période 2000-2003), le parc compte quelque 86 400 m2 de capteurs installés, dont 53 400 m2 en individuel, 17 100 m2 en collectif, et 15 900 m2 en extension au chauffage (Systèmes Solaires Combinés).

Aujourd'hui au 4e rang européen (avec 660 000 m2 ,parc existant en 2002) de capteurs) derrière l'Allemagne, la Grèce et l'Autriche, le marché français du solaire thermique tient son évolution :

- Au soutien des conseils régionaux et parfois généraux.

La majeure partie des conseils régionaux se sont engagés avec l'ADEME dans ce projet ambitieux, les premiers dès la mi-99, la plupart en 2001 ou 2002, dans le cadre des contrats de plan État-Régions. Avec chacun, des négociations ont abouti à la définition du montant des subventions publiques accordées.
Au total, un capteur type de 4 m2 pour une famille de quatre personnes reçoit dans beaucoup de régions une prime d'environ 1 400 euros .
Certains conseils généraux et des communes ont également souhaité s'impliquer financièrement dans cette opération.

- Au développement de la filière.

Cette politique de soutien a été précédée par l'élaboration d'une charte, Qualisol, à destination des installateurs chauffagistes. Ils sont aujourd'hui plus de 4000 à l'avoir signée contre 500 en 2000 et à s'être engagés à respecter les dix exigences de bonne pratique et de qualité de service rendu aux clients. L'agrément fait l'objet d'un renouvellement tous les deux ans, après un audit de contrôle. Aujourd'hui, la très grande majorité du territoire est couvert par des installateurs Qualisol, grâce notamment à l'implication des délégations régionales de l'ADEME sur le terrain.

- Aux aides publiques incitatives (crédit d'impôt, réduction du taux de TVA, garantie de résultats solaires/GRS).

- À une opinion française favorable.

En effet, la protection de l'environnement est considérée comme l'une des trois préoccupations majeures pour les Français.

À ce jour, les conditions d'un marché pérenne passent par l'assurance de la qualité des produits proposés, la puissance du réseau d'installateurs, la garantie de mise en œuvre, et l'implication des maîtres d'ouvrage et d'œuvre !

Aujourd'hui, on recense une vingtaine de fournisseurs de chauffe-eau solaires individuels (CESI) sous avis technique, éligibles aux primes attribuées par l'Ademe.
Pour la production d'eau chaude sanitaire, le chauffage des locaux, des piscines ou la climatisation, l'installation fait appel aux capteurs solaires à circulation liquide. Parmi les systèmes proposés, le capteur vitré s'avère le plus répandu et le plus mature. Il consiste à capter l'énergie solaire sur un absorbeur plan au travers d'un vitrage. Toutefois, il atteint difficilement des températures élevées avec un bon rendement. Le capteur sous vide, c'est-à-dire la mise sous vide de l'absorbeur, permet d'obtenir ce rendement, mais pour un coût plus élevé. Equipé d'un concentrateur parabolique destiné à améliorer le coefficient d'absorption, le capteur concentrateur parabolique (CPC) offre également un bon rendement à faible incidence, mais onéreux. Quant au capteur sans vitrage qui canalise l'énergie solaire via un absorbeur en matériaux de synthèse, il génère des pertes élevées, mais s'avère intéressant en termes de prix, notamment en préchauffage des piscines.
Parmi les systèmes adaptés à la production d'eau chaude solaire individuelle, se trouve le capteur Autostockeur. Sa capacité à chauffer directement le stock d'eau en fait le système le plus simple et le plus économique du marché. Vu sa tendance à générer des pertes noctures, ce procédé est surtout utilisé dans les DOM-TOM. Le système Thermosiphon consistant à transférer l'énergie du capteur vers le stock par différence de densité, a l'avantage d'être simple, mais d'impliquer la proximité du stock et du capteur. Avec les systèmes ''à circulation forcée'', le stockage peut en revanche être éloigné des capteurs, puisque l'énergie est transférée à l'aide d'une pompe. Toutefois, ce procédé nécessite une régulation et des sondes de mesures. Enfin, le système ''faible débit'' fonctionne à circulation forcée. Plus complexe, il permet de limiter le débit dans les capteurs, afin d'optimiser la boucle solaire et le stock. Ce procédé autorise une consommation d'appoint réduite particulièrement en zone climatique froide.

La France poursuit ses efforts pour remplir ses engagements pris dans le cadre du protocole de Kyoto. Il est nécessaire de diversifier le bouquet énergétique en faisant une large place aux énergies renouvelables, notamment au solaire thermique ( + 50 % d'ici 2015). Lorsqu'on sait que la chaleur à basse température s'avère le premier besoin énergétique en quantité (33%) de la société française, on mesure l'enjeu que représente le développement de l'énergie solaire thermique, au côté d'autres énergies renouvelables comme l'éolien, le biogaz, la géothermie, l'hydraulique ou le solaire photovoltaïque.

Réactions4 réactions à cet article

 
Coût d'un chauffe eau solaire

D'après la documentation de l'ADEME le coût d'un chauffe eau solaire est de l'ordre de 4500 à 5300 € or j'ai demandé plusieurs devis qui varient de 7200 à 6603 €.
Je me pose la question du pouquoi cette différence et à ce prix est-ce vraiment rentable ?

mamily27 | 29 mars 2004 à 12h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Coût d'un chauffe eau solaire

Je me suis demandé aussi si c'était vraiment rentable. Il faut dire que certains installateurs abusent et m'ont fait l'impression d'être incompétents. La solution que j'ai choisie a été d'acheter directement mon système à un fabricant (Giordano) puis de négocier l'installation avec un installateur Qualisol.

Jean-Claude Jesior | 16 février 2005 à 08h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Coût d'un chauffe eau solaire

Il faut savoir surtout que l'ademe met ses fichiers à jour qu'une à deux fois par an et qu'elle est en retard d'au moins six mois sur la liste des installateurs et des kits solaires agrées.

Pour le prix d'un kit, on oublie de compter la liaison imposée par la charte qualisol en Inox et la pose effectuée par 2 techniciens pendant 3 jours déplacement compris.

C'est ce petit détail qui fait la différence.

En 2006 il faudra ajouter 14% de plus TVA oblige !!!

Maccoy | 19 novembre 2005 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Intérêt économique ou écologique ?

Si sur le plan écologique le bénéfice paraît net (mais combien de CO2 émis pour fabriquer, transporter et installer ??), sur le plan économique, il est plus que douteux. Les hydrocarbures ne sont décidément pas si chers que ça !

max | 20 novembre 2006 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager