En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Compréhension du système climatique avec le satellite CALIPSO

La mission CALIPSO, dont le lancement est prévu en mars 2005, vise à améliorer la connaissance des processus physiques à l'œuvre, en étudiant quelques paramètres clés mesurés sur l'ensemble du globe.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Les incertitudes actuelles sur le bilan radiatif des nuages et des aérosols limitent la compréhension du système climatique et de son évolution. La mission CALIPSO, dont le lancement est prévu en mars 2005, vise à améliorer la connaissance des processus physiques à l'œuvre, en étudiant quelques paramètres clés mesurés sur l'ensemble du globe.

Une étape clé pour l'amélioration de la prise en compte des nuages dans les modèles de climat est de disposer de mesures simultanées de l'état de l'atmosphère, des propriétés microphysiques et optiques, et enfin des propriétés radiatives des nuages.

Réalisé en coopération avec la NASA, le satellite CALIPSO (Cloud-Aerosol Lidar and Infra-Red Pathfinder Satellite Observations) doit permettre d'aider à la compréhension du système climatique et la prévision du changement global en réalisant des mesures sur la distribution verticale des nuages et des aérosols qui sont des données nécessaires pour l'élaboration des modèles de climat.

En comparaison des gaz à effet de serre, la distribution des aérosols est très variable dans l'espace et dans le temps du fait de la forte variabilité des sources et de leur courte durée de vie. Il en résulte que l'incertitude sur l'effet radiatif associé aux aérosols seuls est du même ordre de grandeur mais de signe opposé au réchauffement provoqué par l'ensemble des gaz à effet de serre.

Le satellite CALIPSO volera à partir de mars 2005 en formation avec 2 autres missions américaines AQUA (lancé en avril 2002) et CLOUDSAT, ainsi que le microsatellite français PARASOL qui sera mise sur orbite fin 2004. Les 4 satellites, placés à 705 km d'altitude et associant plusieurs techniques de mesures constitueront ainsi un observatoire spatial exceptionnel, nommé Aqua-train.

La NASA est responsable de la mission, du système d'ensemble, du site scientifique opérationnel et fournit la charge utile et le lanceur.

Le 12 février dernier, la charge utile du satellite CALIPSO est arrivée à Alcatel Space à Cannes, où elle subit actuellement les tests de vérification après transport.
Elle est composée d'un lidar (système similaire au radar mais fonctionnant dans le domaine optique) infrarouge, instrument principal équipé d'un télescope de 1 m, d'une caméra à grand champ fonctionnant dans le spectre visible et d'un imageur à 3 canaux fonctionnant dans l'infrarouge thermique.

Le CNES est responsable du satellite et de son contrôle et fournit la plate-forme. Il est en charge du site d'expertise pour l'imageur infrarouge.

L'assemblage de CALIPSO avec la plate-forme PROTEUS sera suivi de l'intégration complète du satellite ainsi que des essais de qualification. Parallèlement, les composantes sol sont en fin d'assemblage. Les premiers essais du système complet et la préparation des opérations devraient débuter dès fin avril.

L'ensemble des données de l'AQUA train sera valorisé au sein du nouveau pôle thématique Nuages-Aérosols-Rayonnement ICARE créé en partenariat par le CNES, le CNRS, l'Université de Lille et la région Nord-Pas de Calais.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager