Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

10 ans de vie pour la Convention-Cadre sur les Changements Climatiques

Il y a 10 ans, au Sommet de la Terre à Rio la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques a reconnu l'existence du changement climatique d'origine humaine.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
À l'issue de 15 mois de négociations, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a été définitivement mise au point en mai 1992, et a été ouverte à la signature à la CNUED (le Sommet planète Terre) à Rio de Janeiro au Brésil le 4 juin 1992.

La Convention est entrée en vigueur le 21 mars 1994, 90 jours après sa ratification par les 50 pays nécessaires. Au 21 juillet 1995, 166 pays avaient signé le traité, y compris la Communauté européenne, et 137 l'avaient ratifié. La CCNUCC compte désormais 188 Etats Parties.

Cet accord a pour but de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau tel que les activités humaines ne risquent pas de modifier dangereusement le système climatique mondial.

En ratifiant la Convention, les Gouvernements des pays industrialisés et les Gouvernements des pays en transition ont convenu de ramener les émissions de gaz à effets de serre responsables du réchauffement de la planète aux niveaux antérieurs avant la fin de la décennie. Les Etats doivent fournir périodiquement des informations sur leur niveau d'émissions et sur les efforts déployés pour ralentir les changements climatiques.

L'objectif consistant à réduire les émissions de dioxyde de carbone au niveau de 1990 d'ici a la fin de la décennie, que préconisent la Communauté européenne, le Japon et la plupart des autres pays, mais auquel s'opposent les Etats-Unis, est présenté comme étant facultatif.

Pour permettre aux pays en développement de s'acquitter de leurs obligations au titre de la Convention, les pays développés ont accepté de fournir des ressources financières nouvelles et additionnelles. Pour le moment, cette aide sera acheminée par l'intermédiaire du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), qui est géré conjointement par la Banque mondiale, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Devant l'ampleur du phénomène et la nécessité exprimée dans le second rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)d'une solide action politique, le Protocole de Kyoto, conclu le 11 décembre 1997, a renforcé la contrainte. Les pays industrialisés se sont engagés à respecter des quotas de réduction ou de limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre, et ce en moyenne pour la première période dite d'engagement, soit 2008 - 2012.
Le protocole de Kyoto qui n'est pas encore entrée en vigueur, dérivé de cette Convention, et reste paralysé devant la négation des Etats-Unis et les réticences de la Russie à le ratifier.

Mais aucun progrès significatif pour limiter le réchauffement global n'a été ressenti depuis la signature du Protocole de Kyoto. Les dernières études scientifiques montrent d'ailleurs que ce réchauffement est de plus en plus important et que les émissions de CO2 ont augmenté de 11% à l'échelle planétaire et qu'elles pourraient même augmenter de 50% à l'horizon 2020, selon le World Resources Institut (WRI).

Après 10 ans de vie, la CCNUCC nécessite toujours la mise en place d'une réelle volonté politique, d'engagements solides et d'une forte coopération internationale. En 2004, le monde ne peut plus se permettre le luxe d'attendre le 20e anniversaire de la Convention Climat pour agir, commente le réseau action climat (RAC), à l'occasion de cet anniversaire.

Historique :

1979 - Première conférence mondiale sur le climat.
Organisée à Genève par l'Organisation météorologique mondiale (OMM): lancement d'un programme mondial de recherche, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et de l'International Concil of Scientific Unions.

1988 - Création du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), Placé sous l'égide du PNUE et de l'OMM.

1989 - Seconde conférence mondiale sur le climat.
Elle réunit à La Haye 137 Etats plus la Communauté européenne, donc les 12 membres se sont alors engagés à stabiliser leurs émissions de CO2 au niveau de 1990 en l'an 2000. La déclaration finale préconise l'instauration d'une convention internationale sur les changements climatiques.

1990 - Création d'un Comité intergouvernemental de négociations,
Présidé par Jean Ripert, récemment décédé. L'assemblée générale des Nations Unies crée un Comité intergouvernemental de négociations chargé d'élaborer une Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC, en anglais UNFCCC).

1991 - Création du Fonds pour l'environnement mondial, le FEM.
Ce mécanisme financier est alimenté par des contributions volontaires des pays développés et a pour projet d'aider les pays en développement à s'attaquer aux grands problèmes d'environnement mondiaux, dont le réchauffement climatique et la biodiversité.

1992 - Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.
Signée à Rio de Janeiro en juin 1992 dans le cadre du Sommet de la Terre, elle constitue la pièce maîtresse de la lutte mondiale contre le changement climatique. Entrée en vigueur en mars 1994, son article 2 précise son objectif ultime: stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager