En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La méthanisation à la ferme quasi inexistante en France

La méthanisation à la ferme est quasi inexistante en France contrairement à des pays comme l'Allemagne, l'Italie, l'Autriche et la Suisse.

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Lors d'une journée organisée le 16 mars dernier à Rennes par l'Association d'initiatives locales pour l'énergie et l'environnement et l' ADEME, les intervenants ont débattu de la technique de méthanisation qui permet de traiter les déchets fermentescibles (effluents d'élevage, graisses, boues urbaines et industrielles, déchets des industries de transformation…).

La méthanisation est un procédé de dégradation de la matière organique par une flore microbiologique en l'absence d'oxygène. Une installation de méthanisation nécessite la construction de deux fosses couvertes : un digesteur dans lequel les substrats sont déversés et une fosse de stockage. Un système de chauffage est installé au niveau du digesteur pour atteindre la température de 40 °C nécessaire à la libération du méthane. Afin d'optimiser la production de méthane, un agitateur brasse le lisier.

La méthanisation à la ferme est quasi inexistante en France contrairement à des pays comme l'Allemagne, l'Italie, l'Autriche et la Suisse ou elle est plus répendue car liée à un prix de rachat plus important de l'électricité produite à partir de biogaz.

Cette technique permet de transformer les effluents en engrais organique plus homogène et de même charge azotée. D'une part, elle garantit la réduction des germes pathogènes et d'autre part les odeurs sont diminuées. La méthanisation favorise la production d'une énergie locale qui vient se substituer aux énergies fossiles.

Autre intérêt de la technique, le contrôle de la méthanisation permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (Méthane (CH4)) observées lors de la décomposition naturelle des déchets fermentescibles.

Réactions9 réactions à cet article

 
recherches

bonjour, je souhaiterai savoir quelle est le coût d'une unité de méthanisation pour un élevage de 200 truies N/E avec la valorisation du biogaz pour chauffer des serres existe t' il des cas similaires? n'est il pas plus simple de composter et de recupérer la chaleur des fermentations ? merci

toto
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pourquoi pas chez nous?

Une seule question: POURQUOI?
Les éleveurs sont tellement mis en cause dans la pollution des nappes phréatiques qu'ils n'attendent certainement que l'occasion de monter qu'ils peuvent avoir des comportements civiques.

nericj | 10 avril 2004 à 16h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
rejets

A la lecture de cete article plusieurs questions m'interpellent :

quels sont les rejets provoqués par la méthansiation ?
Le biogaz produit et brûlé n'est il pas source de pollution?
Le fait d'avoir une installation de méthanisation n'est il pas dangereux pour les populations avoisinantes (risques d'explosion) ?
Enfin, pour rentabiliser ce type de structure, ne faut il pas un flux continu ? la structure de l'exploitation agricole est elle alors suffisante? ou bien est ce à l'échelle de regroupement sous forme de coopérative par exemple que cette technique sera plus rentable?

gus | 15 avril 2004 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:rejets

La méthanisation rejette essentiellement du CH4 qui une fois brûlé, est transformé en CO2. Ce brûlage n'est pas plus dangereux que n'importe quelle unité de production d'énergie par combustion, et peut se faire à toutes les échelles. Il est vrai cependant que pour rentabiliser ce type d'exploitation, il est nécessaire d'avoir de grandes quentités, afin de revendre l'énergie à EDF. Mais pour encore combien de temps?

caro | 15 avril 2004 à 13h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:rejets

Pour répondre à la première question, cad celle de Gus, il faut préciser que dans tout les cas, la décomposition des déchets fermentescibles provoque l'émission de CH4... C'est un phénomène de décomposition naturelle.
Si on contrôle la décomposition, on peut utiliser le CH4 comme source d'énergie. Si on ne le fait pas, le CH4 s'échappe dans l'atmosphère. De plus le CH4 et le CO2 sont tout deux des gazs à effet de serre, mais on obtient le second en ayant brulé le premier. Dès lors, pourquoi se priver de récupérer de l'énergie, ce qui permettrait théoriquement d'économiser des combustibles fossiles de l'autre côté...

En plus de mémoire (mais je peux me tromper ) le CH4 est un gaz à effet de serre plus fort que le CO2...

daaaavid | 15 avril 2004 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:rejets

Votre mémoire est bonne, même si moi non plus je n'ai pas les chiffres sous les yeux, le CH4 est bien un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2, par mole de C.
En le brûlant pour obtenir du CO2, on diminue donc l'impact global des emissions liées à la méthanisation sur l'incrémentation de l'effet de serre.
Ceci dit, la valorisation du biogaz est techniquement mal aisée, en raison de la production conjointe d'H2S par exemple, qui a tendance à oxider les turbines. Résultats, pour rentabiliser des turbines un peu "spéciales" et couteuses, il faut, beaucoup, beaucoup de matiere seche...
Et ce qui est realisable en allemagne ne l'est pas forcement chez nous, pour des questions bassement materialistes : combien etes vous pres à payer votre electricité ? Le francais n'a qu'une reponse à cette question : le moins cher possible, pardi !

adfar | 15 avril 2004 à 15h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 19 mai 2006 à 12h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
recherches

bonjour, je voudrais savoir le nombre de ferme en France produisant la méthanisation. merci pour votre réponse.

ninoutz | 08 mars 2010 à 14h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

slt je voudrais savoir le nombre de ferme en algerie produisant la méthanisation. merci pour votre réponse.

soussou | 09 novembre 2010 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…