En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nouvelle réglementation sur l'étiquetage des OGM, le 18 avril

La nouvelle réglementation sur l'étiquetage des OGM entrera en vigueur le 18 avril prochain et imposera la présence d'une mention sur l'étiquette dès qu'un produit alimentaire contient plus de 0,9% de produit génétiquement modifié.

Agroécologie  |    |  Actu-Environnement.com
La nouvelle réglementation sur l'étiquetage des organismes génétiquement modifiés entrera en vigueur le 18 avril prochain et imposera la présence d'une mention sur l'étiquette dès qu'un produit alimentaire contient plus de 0,9% de produit génétiquement modifié.

Pour rappel, un OGM est défini par la réglementation européenne comme ''un organisme dont le matériel génétique a été modifié d'une manière qui ne s'effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle''.
Il s'agit des techniques de génie génétique qui permettent de transférer dans le patrimoine génétique d'un organisme un ou plusieurs gènes apportant une caractéristique nouvelle. Les techniques de génie génétique peuvent être appliquées aussi bien sur des organismes animaux ou végétaux que sur des micro-organismes. Les gènes introduits peuvent provenir de n'importe quel organisme : virus, bactérie, levure, champignon, plante ou animal.
Les OGM correspondent à des organismes ou parties d'organismes vivants qui sont capables de transférer ou de répliquer leur matériel génétique et peuvent ainsi se disséminer dans l'environnement ; par exemple dans le cas d'une plante, il s'agit aussi bien de la plante entière que des fruits, graines, pollens...
En revanche, les produits qui en dérivent tels que la farine, l'huile, etc. … ne sont plus considérés comme des OGM. En effet, ces produits, du fait des traitements subis, ne peuvent pas se reproduire ou transmettre du matériel génétique.

Le règlement fondateur européen 258/97/CE dit ''nouveaux aliments'' (Novel foods) rend obligatoire l'étiquetage des aliments génétiquement modifiés, ainsi que les produits dérivés d'OGM ayant été produits à partir de ceux-ci, dès lors que le produit n'est pas équivalent en substance.

Le nouveau règlement sur l'étiquetage des OGM a été adopté par les ministres européens de l'Agriculture le 22 juillet 2003. Elle introduit, pour la première fois, des exigences strictes en matière d'étiquetage des aliments génétiquement modifiés pour animaux suivant les mêmes principes que les aliments destinés à l'alimentation humaine.
De plus, le nouveau règlement fonde l'obligation d'étiqueter non plus sur la possibilité de détection de protéines ou d'Acide DésoxyriboNucléique (ADN) résultant de modifications génétiques, mais sur la possibilité de remonter par la traçabilité à l'utilisation ou non de produits génétiquement modifiés.
Ainsi, par rapport au système d'étiquetage actuel, le nouveau règlement relatif aux aliments génétiquement modifiés destinés à l'alimentation humaine et animale introduit l'étiquetage de :
* Toutes les denrées alimentaires produites à partir d'OGM, indépendamment de savoir si le produit final contient de l'ADN ou des protéines dérivées d'OGM,
* Tous les aliments génétiquement modifiés pour animaux

Afin d'éviter un sur-étiquetage, les ministres européens ont décidé que ces obligations devraient s'appliquer uniquement si le produit final contient un OGM à raison de plus de 0,9 % dès lors que la présence de cet OGM est accidentelle ou techniquement inévitable.
Le règlement détermine un seuil de 0,5 % en dessous duquel une présence techniquement inévitable d'OGM, pas encore autorisé dans l'Union européenne, est permise de façon transitoire.

Mais cette réglementation ne fait pas l'unanimité. En effet, l'UFC-Que Choisir et la Confédération paysanne conteste cette nouvelle réglementation en soulignant qu'elle ne s'applique pas aux produits dérivés des animaux (viande, lait, charcuterie, œufs).
Le consommateur ne sera donc pas en mesure de savoir si les animaux dont il consomme les produits ont été nourris ou non avec des OGM.

Réactions5 réactions à cet article

 
au secours

l'article dit: "Le consommateur ne sera pas en mesure de savoir si certains produits contiennent ou non des OGM (lait, charcuterie...) et pour ceux soumis à un étiquetage obligatoire, on ne pourra pas non plus volontairement éviter ceux contenant moins de 0.9%...
Quel manque cruel de volonté de la part du gouvernement. Comment pouvons nous accepter d'être ainsi conduits comme du bétail, réveillons nous, exigeons d'avoir les informations et d'avoir au moins le pouvoir de choisir!!!!!!!

AU SECOURS

lili | 22 avril 2004 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sauvons-nous de la décadence

J'appuie avec un grand point d'exclamation les remarques de Mlle Lili. Il va bien falloir se bouger les fesses avant de devenir des dégénérés produits par une société de consommation, qui ne sait meme plus dire radicalement NON, et surtout se faire entendre de nos chers politiciens qui n'usent à n'en plus finir de discours, discours, discours, discourir mais maintenant surtout Agir, déja autour de soi...........

Momo | 22 avril 2004 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
aberration

les OGM reste une aberration : on disperse des organismes avec des résistances à certains produits en utilisant les caractéristiques de bactéries, champignons... sans connaître les ffets à long terme sur les organismes humains et animaux. Et, je ne parle pas de l'impact sur la biodiversité. L'Homme joue à l'apprenti sorcier avec la Nature, il ne faut pas s'étonner que la Nature réagisse !!!!

tonio | 23 avril 2004 à 12h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le droit de choisir?

Je sais pas si on peut se contenter d'avoir le droit de choisir:
-D'un coté les effets sont mals connus.
-De l'autre les produits OGM vont surement être moins cher.
Quand on pense que les personnes qui choisiront les ogm soit n'auront pas le choix (pour les familles plus pauvres) soit choisiront sans savoir les répercutions de leurs actes.
Autrement dit le problème c'est pas d'avoir le choix, c'est d'avoir des ogm

vesoler | 26 avril 2004 à 20h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 19 mai 2006 à 13h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager