En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le marché de la climatisation : une calamité pour le climat

Le marché français de la climatisation a connu une forte croissance l'an dernier, conséquence directe de la canicule de l'été 2003. Mais les climatiseurs sont une calamité pour l'atmosphère car ils rejettent des gaz à effet de serre.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Le marché français de la climatisation, évalué à 820 millions d'euros, a connu une forte croissance l'an dernier, conséquence directe de la canicule de l'été 2003.

En 2003, le marché a enregistré des hausses de 30 à 40%, selon des statistiques de l'association ClimInfo et les installateurs professionnels (réseau Climsure) ont observé une augmentation globale de 43% de leurs installations et jusqu'à 72% pour les installations résidentielles et 63% pour les grandes entreprises. Le spécialiste japonais de la climatisation et du traitement de l'air, leader sur le marché français, Daïkin, a vu en 2003 ses ventes de matériels fixes pour le résidentiel et le petit tertiaire bondir de 140%, le marché progressant au total de 20. Son chiffre d'affaires a augmenté de 33% en un an.

Mais les climatiseurs sont une calamité pour l'atmosphère car ils rejettent toujours des gaz à effet de serre, selon l'ADEME.

En effet, d'une part, le climatiseur fonctionne avec des fluides frigorigènes à base d'HFC, substances à pouvoir de réchauffement 1.300 fois plus élevé que celui du CO2 et d'autre part, il consomme aussi beaucoup d'énergie. Pour exemple, la climatisation d'une automobile, qui équipe trois véhicules neufs sur quatre vendus en France, consomme 25% à 35% de carburant en plus en ville et 10% à 20% en plus sur route.
Enfin, l'appareil étant rarement recyclé, le fluide frigorigènes à base d'HFC finit en décharge.

Les HFC ont remplacé les CFC, interdits depuis le 1er janvier 2001 en raison de leur effet destructeur sur la couche d'ozone de la stratosphère qui filtre le rayonnement solaire. Ils devront être remplacés à leur tour, leur usage étant limité par le protocole de Kyoto sur la diminution des gaz à effet de serre et l'Union européenne envisageant de les interdire à l'horizon 2008.

Le Protocole de Kyoto recouvre plusieurs dispositions :

- Les pays développés ont pris des engagements de réduction ou de stabilisation de leurs émissions portant sur la période 2008-2012 par rapport à 1990, année de référence commune : l'Union européenne -8 %, les Etats-Unis -7 %, le Japon et le Canada -6 %, la Russie 0 %… Les gaz concernés sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d'azote (N2O), les hydrofluorocarbures (HFC), les perfluorocarbures (PFC), et l'hexafluorure de soufre (SF6).
- Afin de respecter ces engagements, les pays développés doivent mettre en oeuvre des programmes nationaux de mesure.

Depuis juillet 1999, il y a obligation de détenir un certificat d'étanchéité des installations de réfrigération et de climatisation de plus de 2 kg de fluide HCFC .
De plus, pour les nouveaux équipements, l'utilisation des HCFC est interdite :
- depuis le 1er janvier 2001 pour tous les groupes frigorifiques de capacité nominale supérieure à 100 kW (mode froid uniquement)
- depuis le 1er juillet 2002 pour tous les groupes frigorifiques neufs de capacité nominale inférieure à 100 kW (mode froid uniquement)
- à partir du 1er janvier 2004 pour tous les groupes frigorifiques neufs pouvant fonctionner en mode pompe à chaleur ou réversible (quelle que soit la capacité nominale).
La maintenance d'équipement existant avec du HCFC neuf sera autorisée jusqu'au 1er janvier 2010.
Enfin, l'utilisation des HCFC recyclés en vue d'effectuer la maintenance sera interdite à compter du 1er janvier 2015.

Réactions13 réactions à cet article

 
Une boucle sans fin

Par nos activités, nous entraînons le réchauffement de notre planète. Plutôt que de tenter d'y remédier sérieusement, nous préférons des solutions de confort à court terme qui ne font qu'empirer la situation.

Est-ce que l'Homme est inconscient ou imbécile?

Orion | 19 avril 2004 à 22h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une boucle sans fin

L'homme est tout simplement primaire dans sa façon d'agir.
La peur du lendemain n'est jamais assez proche pour lui. Le confort est sa priorité et l'avenir n'est que pour les Autres, et c'est bien dommage.....Vive les sous....

gabs | 22 avril 2004 à 14h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une boucle sans fin

Ne jetons pas la pierre sur toute la climatisation. Celle-ci peut être indispensable dans certaines conditions : dans les locaux de travail afin que tout un chacun puisse travailler dans de bonnes conditions, dans les maisons de retraites afin d'éviter des hécatombes humaines comme l'été dernier...
Cependant, je reconnais que la clim dans une voiture, c'est pt ê pratique mais ce n'est pas indispensable. Avant, pour se rafraîchir, on ouvrait la fenêtre et puis voilà. L'un des avantages est que l'on respirait moins de gaz nocifs qu'avec la fenêtre fermée...
Donc, réduisons les utilissations superflues de la clim et remplaçons les gaz de refroidissement par des gz non polluants. Chercheurs, creusez-vous les méninges, il y a urgence !

tonio | 23 avril 2004 à 12h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une boucle sans fin

quel levier utiliser pour sensibiliser les conducteurs climatisés pour qui le réchauffement climatique est plutôt une chose favorable : "on aura moins froid l'année prochaine !"
?

GM | 23 avril 2004 à 13h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
controle clim

la reglementation est plus draconienne normalement toute circuit de refrigèrant de plus de 2 kg devrait avcoir son certificat annuel d'étancheité quel que soit le type de refrigèrant (pas seulement hcfc).
de plus malgrés que l'on trouve des clim (split)en vente dans different magazins seul un professionnel du froid à le dsroit de les mettres en service

gilles 88 | 26 avril 2004 à 16h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une boucle sans fin

Quelques chiffres sur les réfugiés du climat poussent pas mal à réfléchir...
Et puis parlons plutôt de changements climatiques et non de réchauffement...

Sophie | 27 avril 2004 à 18h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ok les bistrotier

Il faudra que l'on m'explique comment un appareil de clim s'y prend pour rejetter des gaz à effet de serre.
Je me permet de vous rappeler que c'est un circuit fermé, fonctionnant sur le même mode que vos réfrigérateurs, mis à part que le fluide qui se trouve dans vos cuisines est nettement plus nocif ! ! ! ! ! !

D'autre part, les fluides frigorigènes ne s'usent pas, par conséquent, les fluides usés n'existe pas!!!
Enfin, les fluides contenus dans les vieilles installations ne sont pas jetés à la décharge, la loi impose aux installateurs de les récolter, afin d'être recycler, contrairement à des produits tels que les piles électriques, qui sont généralement délaissé en décharge, à l'air libre et face aux intempéries.

Donc il est peut-être temps d'arrêter cette hypocrisie en accusant les grosses industries et de balayer un petit peu devant sa porte : je parle de la consommation d'eau de près de 80% des français, de la consommation électrique des français (qui ont oublié que la température maximale LEGALE à atteindre lorsque vous chauffez votre intérieur est de 19°C et non 22°C) et je ne parle pas des automobilistes (même chez les écolos) qui n'optimisent jamais leurs trajets et qui roulent aux diesels.

Franchement vous vous foutez de la gueule du monde... C'est honteux !!!!

Je souhaite ne plus jamais tomber sur de telles discussions de comptoir.

PS : Par avance, je vous le dis pour éviter les rumeurs : "les aspirateurs ne sont pas cancerigènes", "le père Noël ,n'existe pas" et "les blondes ne sont toujours pas plus connes que les brunes".

A Bon entendeur
Salut

NiKo | 09 juin 2004 à 20h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ok les bistrotier

Cher Niko,

Nous nous sommes interrogés quant au fait de laisser ou de supprimer votre message un peu limite… Nous avons finalement et exceptionnellement décider de le laisser, car si la forme est peu adaptée à toute discussion, vous y exposez votre point de vue.

Laissez moi tout de même vous préciser que sur le fond, vos analyse me paraissent peu fiables. La climatisation est néfaste pour l'environnement tout autant que toute autre activité. Toutefois, elle se différencie sur d'autres point : le gâchis… Dans la plupart des lieux climatisés, les portes restent grandes ouvertes (bus, supermarché etc…). Dans le cas des voitures, la climatisation augmente incontestablement la consommation de carburant (gaz à effet de serre produit en plus grande quantité donc…).
Quant à votre raisonnement concernant les réseaux fermés, celui-ci est juste à une limite près, mais de taille : le vieillissement des installations entraîne souvent des fuites de gaz frigorigène très difficile à localiser dans les bâtiments. Le gaz, poliment et commercialement appelé Fréon n'est autre que des CFC, puissant gaz à effet de serre. De même sur les voitures, même si celle-ci sont sensées être recyclées dans leur plus grande partie, beaucoup sont encore broyées et les cartouches de gaz réfrigérant percées…

Je pourrais ici rédiger des pages et des pages sur les méfaits de la climatisation. Je suis surpris que vous considériez que celle-ci ne constitue pas un vecteur de pollution important, car ce fait est avéré. Toutefois nous ne prêchons pas son éradication, mais son utilisation rationnelle tant au niveau des lieux d'implantations que de la préservation du froid. De même, comme toute technologie, celle-ci pourrait sûrement être améliorée.

Bien à vous

Modérateur | 15 juin 2004 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
climatisation pas spécialement le problème

Profesionel, je veus réagir vivement à propos de l'article sur les climatiseurs et leurs effet désastreux sur le l'environement.
Les climatiseurs ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan de la polution due aux rejet de gazs dans l'atmosphere.
Un probleme bien plus important, qui touche tout le monde et dont personnes ou presque ne se souci: les appareils électroménager (réfrigérateurs, congélateurs...). Ceux-la même que nous jetons à tours de bras à cause de leurs faibles prix d'achat au fond de contetères destiner au recyclage de la féraille dés l'apparition de deffaillance de ceux-ci.
Les mots sont justes "LE RECYCLAGE DE LA FERRAILLE" avec tous ce que cela implique: concassage, pressage des divers choses et objets qui ce trouve dans ces conténeres pour les expédier en fonderie. Seulement trop tard pour la récupération des gazs qui sont déjas partis dans l'atmosphere durant les dites opérations, ou tous simplement au choc reçu à l'arrivé au fond du contenere.
Le recyclage, ce formidable voile jeté au yeux du grand public qui fait oublier la triste réalité et donne bonne concience à tous le monde( "moi,je recycle", me disent fierement toutes les personnes croisées en décheteries) n'est qu'un leurre des pouvoir publics qui ont la volonté de recycler éfficacement mais malheureusement ne peuvent pas fournir les moyens nécéssaires.
La climatisation ne represente pour l'instant pas un tres grand danger car nous ne sommes qu'au stade des poses et mises en services donc quasiment pas de risque de rejet. Si les professionnels jous leurs roles conciencieusement et avec le professionalisme qui leurs à été inculquer dans cette premiere partie de vie des appareilles climatiseurs, les problèmes ne surgironts que dans environs trois à cinq ans lorsque les dits climatiseurs seront en pannes( car ne nous leurrons pas, nous sommes toujours dans un systeme de consomation d'appareils à courte durées de vie). A ce moment la, espérons que le public feras intervenir des professionels agrées, compétants, et surtout respectueux de l'environnement ce qui n'est pas toujours le cas à l'heure actuel.

Jean Guy | 09 octobre 2004 à 11h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
spirale infernale

Je pense que l’objet de ce débat n’est pas d’accuser les professionnels de la climatisation mais plutôt d’évoquer les problèmes que posent ces systèmes en termes de consommation d’énergie et de l’utilisation de gaz à effet de serre.
Alors que nous devons faire face à un réchauffement global de notre atmosphère entraînant des changements climatiques(et ce n’est qu’une conséquence de nos activités parmi tant d’autres…), nous nous mettons à « faire du chaud » pour « produire du froid ». Sans rentrer dans les détails de la thermodynamique, pour abaisser la température d’un milieu nous n’avons pas d’autre choix que de l’augmenter ailleurs. En effet, la température n’est rien d’autre qu’une mesure macroscopique du degré d’agitation microscopique des particules du milieu. Cette énergie ne pouvant disparaître, elle est simplement échangée. Nous l’absorbons dans une pièce par exemple pour la « rejeter » à l’extérieur (mettez la main à l’arrière de votre réfrigérateur si vous n’êtes pas sûr…). Il ne faut pas négliger non plus la quantité d’énergie nécessaire pour alimenter le système de climatisation.
Certains diront que cet échange de chaleur est négligeable. Il l’est au vu d’une installation, pas à l’échelle mondiale…
Des solutions techniques existent et sont à développer, elles concernent la conception même de l’habitat. La réponse ne doit pas venir uniquement des professionnels, elle doit être collective.
Au-delà du problème technique, ce débat montre que l’opinion n’a pas encore pris la mesure du phénomène et que les populations de nos pays technologiquement civilisés ne sont pas encore disposées à fournir les efforts nécessaires. Bien que l’on sente une légère mobilisation… L’homme civilisé, intelligent mais peut-être inconscient préfère se protéger des phénomènes qu’il a créés en utilisant des moyens qui au final accentuent ces mêmes phénomènes.
Je ne remets pas en cause la climatisation d’établissement public tels que les hôpitaux, mais tout de même, alors que nous profitons individuellement de notre confort, , à cause du trou dans la couche d’ozone, les populations de la pointe sud du Chili meurent de cancer de la peau.

Lionel | 16 décembre 2004 à 12h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:climatisation pas spécialement le problème

par ce message, 3 points :
1. pas de filière de recyclage de la clim !!

Anonyme | 27 avril 2005 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:ok les bistrotier

Bonjour,

je souhaite réagir à ce message car je pense que le débat est tronqué : titrer "Le marché de la climatisation : une calamité pour le climat" est selon moi très menssongé. la climatisation a nettement moins d'effets néfastes sur l'environnement que le chauffage (pas de rejets de gaz à effets de serre car circuit fermé, réglementation rigoureuse etc etc etc...)
de plus, dire que la climatisation est une calamité est totalement mensonger lorsque l'on sait que les pompes à chaleurs permettent d'obtenir des rendements énergétiques excellents.
Messieurs, pensez-vous réellement que l'on puisse fustiger, la géothermie, l'aérothermie sous pretexte que les gens laissent les portes ouvertes , je crois rêver....
que penser alors des maisons mal isolées et qui se chauffent au fioul ou encore à l'électricité ???

BoOom | 20 juin 2006 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
la conclusion

nous savous tous plus ou moins que notre comportement a un impacte sur l'environement mais a quel point donc peut'on recycler les clim en guadeloupe merci de me répondre car cela m'inquiéte énormément

eco | 02 juin 2009 à 19h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager