En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le programme Aqua train du Cnes pour comprendre le système climatique

Dans moins d'un an, en avril 2005, le programme Aqua-train entrera alors dans sa phase opérationnelle, avec pour objectif principal pour ces satellites de mieux comprendre les mécanismes du réchauffement climatique.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Dans moins d'un an, en avril 2005, le programme Aqua-train entrera alors dans sa phase opérationnelle, avec pour objectif principal pour ces satellites de mieux comprendre les mécanismes du réchauffement climatique.

Réalisé en coopération avec la NASA, le satellite CALIPSO (Cloud-Aerosol Lidar and Infra-Red Pathfinder Satellite Observations) doit réaliser des mesures sur la distribution verticale des nuages et des aérosols, des données nécessaires pour l'élaboration des modèles de climat. Il permettra ainsi d'aider à la compréhension du système climatique et la prévision du changement global.
Il volera en formation avec 2 autres missions américaines AQUA et CLOUDSAT, ainsi que le microsatellite français PARASOL. Les 4 satellites constitueront ainsi un observatoire spatial exceptionnel, appellé Aqua-train, placé à 705 km d'altitude et associant plusieurs techniques de mesures.
AQUA a été lancé en avril 2002 tandis que PARASOL sera mis sur orbite fin 2004, suivi de CALIPSO et CLOUDSAT début 2005.

Ce projet est mené en coopération franco-américaine, avec une touche de coopération canadienne, il est surnommé The A train et a démarré en mai 2002 avec le lancement du satellite américain Aqua, dédié à l'étude des échanges eau/atmosphère.

Placés sur une même orbite, ils se suivent à quelques minutes d'intervalle : 15 minutes entre le premier et le dernier, tandis que plusieurs sont à quinze secondes seulement l'un de l'autre.

Vincent Cassé, responsable de ce secteur au Cnes explique que ce concept de vol en formation est unique : un ensemble de six satellites va ainsi observer la même portion de l'atmosphère à quelques minutes d'intervalle.

L'objectif de ces différentes missions est est de fournir des mesures globales des aérosols et des nuages nécessaires pour arriver à une meilleure comprenhension du role des aérosols et des nuages dans le climat, et pour améliorer nos capacités à prédire les changements de climat à long terme ainsi que les variations climatiques saisonières ou inter-annuelles. En effet, les Nuages et les aérosols représentent actuellement les principales incertitudes sur la prédiction de l'évolution du climat. Les nuages réfléchissent en partie le rayonnement solaire, et contribuent donc à refroidir la Terre. Mais ils piègent aussi le rayonnement émis par le sol en l'absorbant, contribuant au réchauffement climatique. Quant aux aérosols, leur effet direct sur le rayonnement est principalement refroidissant, mais leur effet indirect sur les nuages est encore très mal connu.

Vincent Cassé souligne enfin que pour cerner les propriétés de rayonnement des nuages et des aérosols, les mesures depuis l'espace sont essentielles. La plupart des instruments embarqués sur les satellites du train de l'espace ont déjà été utilisés à bord d'avions. Mais l'avion ne donne pas la vision globale d'un satellite, qui permet de dégager les grandes relations fondamentales.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager