En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

M.Annan lance un appel en faveur de la préservation de la biodiversité

A l'occasion de la journée internationale de la Biodiversité célébrée le 22 mai, Kofi Annan engage le monde à mieux faire comprendre la valeur de la biodiversité et à n'épargner aucun effort pour préserver cette inestimable source de vie.

Biodiversité  |    |  Actu-Environnement.com
Qualifiant la biodiversité de ''patrimoine commun'', le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a lancé aujourd'hui un appel aux gouvernements et à l'ensemble de la communauté internationale pour la préservation des écosystèmes ''indispensables à la vie''.

En effet, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a déclaré dans un message à l'occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, célébrée le 22 mai qu'il ''est à présent admis que la diversité biologique est indispensable au développement durable, à l'élimination de la pauvreté et à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. ''

''La protection de la diversité biologique n'incombe pas seulement aux gouvernements'' . ''Les organisations internationales et non gouvernementales, le secteur privé et les simples citoyens ont tous un rôle à jouer pour faire évoluer les mentalités et modifier les comportements déprédateurs'', a-t-il ajouté. ''La participation des communautés locales et particulièrement importante car beaucoup d'entre elles ont mis au point des méthodes novatrices de gestion et d'exploitation des ressources dont on pourrait utilement s'inspirer''.

M. Annan a indiqué que l'échec à enrayer l'appauvrissement des ressources biologiques entraverait les efforts déployés pour atteindre d'ici à 2015 les objectifs de développement du Millénaire, définis par le Sommet du Millénaire des Nations Unies. Il a également demandé aux gouvernements qui ne l'ont pas déjà fait de ratifier la Convention sur la diversité biologique et son Protocole sur la prévention des risques biotechnologiques.

''Ces instruments, et le processus qu'ils ont amorcé, sont d'une importance cruciale pour la conservation de la biodiversité et son utilisation durable, de même que pour le partage équitable des retombées de l'exploitation des ressources génétiques. Mais cette ratification n'est qu'un début ; les gouvernements doivent aussi veiller à ce que leurs politiques et surtout les crédits qu'ils allouent à la préservation de la biodiversité, soient à la mesure des enjeux'' a-t-il souligné.

Source : ONU

Réactions2 réactions à cet article

 
particulier

bravo

Anonyme | 27 mai 2004 à 23h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Biodiversité-Souveraineté Alimentaire

Pour que l'appel lancé par Monsieur Koffi Annam, en faveur de la préservation de la biodiversité, soit véritablement applicable, il faut absolument que l'ONU ainsi que l'Europe intègrent dans leurs textes et leur constitution :

LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE.

La souveraineté alimentaire c'est le droit des populations, de leurs pays ou Unions à définir leur politique agricole et alimentaire, sans dumping visà vis des pays tiers.
La souveraineté alimentaire inclut:

- la priorité donnée à la production agricole locale pour nourrir la population, l'accès des paysan(e)s et des sans -terre à la terre, à l'eau, aux semences, au crédit. D'où la nécessité de réformes agraires, de la lutte contre les OGM pour le libre accès aux semences, et de garder l'eau comme un bien public à répartir durablement.

- Le droit des paysan(e)s à produire des aliments et le droit des consommateurs à pouvoir décider ce qu'ils veulent consommer et qui et comment le produit

- Le droit des Etats à se protéger des importations agricoles et alimentaires à trop bas prix;

- des prix agricoles liés aux coûts de production: c'est possible à condition que les Etats ou Unions aient le droit de taxer les importations à trop bas prix, s'engagent pour une production paysanne durable et maîtrisent la production sur le marché intérieur pour éviter des éxcédents structurels

- La participation des populations aux choix de politique agricole.

- La reconnaissance des droits des paysannnes, qui jouent un rôle majeur dans la production agricole et l'alimentation.

Le Paysan d'Actu Environnement | 07 juin 2004 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager