En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bien dans ma ville… sans voiture mais peu de succès…

Chaque année, le 22 septembre, de nombreuses villes organisent une ''journée sans voiture'' qui constitue pour elles, l'occasion d'expérimenter de nouvelles mobilités mais l'enthousiasme semble retombé depuis le lancement de l'initiative en 1998.

Transport  |    |  Actu-Environnement.com
Chaque année, le 22 septembre, de nombreuses villes organisent une ''journée sans voiture'' qui constitue pour elles, l'occasion d'expérimenter de nouvelles mobilités mais l'enthousiasme semble retombé depuis le lancement de l'initiative en 1998.

En France, la participation s'est considérablement réduite. Résultat : 50 villes participantes au lieu de 72 en 2003 et 98 en 2002.
Les villes qui seront partenaires de l'opération « Bien dans ma ville… sans voiture », se sont engagés à mettre en place une ou plusieurs actions : vitrine destinée à présenter une politique pérenne de la ville en matière de réduction des nuisances urbaines, notamment dues à l'automobile. Au moins l'une de ces actions concerne la place de la voiture en ville : initiatives en faveur des circulations douces et réduction des nuisances liées à l'automobile. D'autres actions, dans le cadre de la réflexion sur l'insertion de la ville dans son environnement, concernent les autres nuisances urbaines.
Cette opération fait l'objet pourtant cette année d'une refonte : les villes s'engagent à communiquer et à sensibiliser leurs administrés autant que possible sur l'ensemble des nuisances urbaines et non plus uniquement sur celles liées à la voiture. L'écologie urbaine est considérée dans sa globalité, mais n'a bénéficié cette année que d'un soutien très réduit du gouvernement français et des grandes villes (très peu de publicité, dossiers envoyés aux villes candidates in-extremis, en juillet.)
Paris ne ferme que quelques quartiers retreints à la circulation (Butte Montmartre, Luxembourg, Mouffetard...). Dans le 18e arrondissement, la mairie va initier les enfants à la pratique du vélo en ville. Une descente des Champs-Élysées en vélo est également organisée comme l'an dernier.
Certains ne peuvent par ailleurs s'empécher de souligner l'ironie constituée par la proximité de la journée du 22 Septembre et de l'ouverture du Mondial de l'Automobile dès le 25 Septembre.

Sur le plan international, 1.125 villes sont recensées sur le site officiel. L'Espagne affiche le plus grand nombre de villes participantes (203), mais avec une ampleur inégale. Ainsi, ,lLes écologistes espagnols se plaignent du manque de coordination par leur ministère de l'Environnement.
En Autriche, ce sont 197 villes qui prennent part à l'opération, dont Vienne. La Suisse (72 villes) et la Pologne (108 villes) sont fortement présentes.
Ailleurs en Europe, Londres, Stockholm, Helsinki figurent parmi les capitales qui jouent le jeu cette année. Berlin et Rome ne participent pas, mais Naples prend part à l'opération aux côtés de 14 autres villes en Italie.

Hors d'Europe, la Journée sans voiture ne fait pas recette puisqu'en Amérique du Nord seule Montréal participe pour la deuxième année alors qu'en Amérique du Sud, seul le Brésil aligne 17 villes dont Salvador et Belo Horizonte.
Quant à l'Asie, elle ignore quasiment la journée, puisqu'en dehors du Japon (avec Nagoya et Yokohama notamment) et de Taipei (Taiwan), aucune ville ne participe à la journée.

Réactions3 réactions à cet article

 
Et Marseille...boude la journée sans voiture!

" les villes s'engagent à communiquer et à sensibiliser leurs administrés autant que possible sur l'ensemble des nuisances urbaines "....Mais malheureusement, la 2° ville de France ne semble pas daigner "communiquer" sur ces fameuses nuisances, auxquelles la voiture participe allègrement !

On ne peut qu'à nouveau déplorer le manque de politique globale en terme de gestion des nuisances dans l'aire marseillaise...

Anonyme | 23 septembre 2004 à 14h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une précision concernant l'Amérique du Nord

Votre description de la situation concernant l’Amérique du Nord, et tout particulièrement le Canada, ne s’avère pas tout à fait exacte. En effet, au moins dix villes canadiennes, dont les principales villes-centres du Québec et de l’Ontario ont participé à l’évènement « En ville sans ma voiture » cette année. Il s’agit d’un accroissement considérable par rapport à l’an dernier.

Les villes dont il est ici question sont : au Québec, les villes de Montréal, Québec et Gatineau; en Ontario, les villes de Toronto, Ottawa, Hamilton, Kingston et Kitchener-Waterloo; en Nouvelle-Écosse, la ville d’Halifax; en Colombie-Britannique, la ville de Victoria

Anonyme | 23 septembre 2004 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
EN VILLE C'EST FACILE

j'habitais orleans et se deplacer à velo ou a pied ou par tram, c'etait d'une part le moyen le plus rapide et le plus facile.(bien que la pollution ambiante etait difficile a supporté)
Par contre depuis que je suis dans une petite ville et eloigne de celle ci je suis oblige de prendre ma voiture tout le temps et ca m'énerve.
Quoi faire? Trouvé une voiture 0% polluante serait idéale. Mais ou la trouvé?

cyril | 25 septembre 2004 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager