En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Adoption de mesure d'urgences sur la Qualité de l'air à New York

Le Département de la protection environnementale de l'État de New York (DEC) a avisé dernièrement qu'il adopterait des mesures d'urgence afin de diminuer le smog et les pluies acides induit par les émissions polluantes.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
Le Département de la protection environnementale de l'État de New York (DEC) a avisé dernièrement qu'il adopterait des mesures d'urgence afin de diminuer le smog et les pluies acides induit par les émissions polluantes.

L'adoption de ces mesures d'urgences vise à pallier l'impossibilité actuelle d'appliquer l'Acid Deposition Reduction Program (ADRP) refusé en mai dernier par le juge Leslie Stein de la cour suprême. L'ADRP exigeait des réductions d'émissions de l'ordre de 70 % pour les oxydes d'azote et de 50 % (c'est-à-dire 100.000 tonnes par an) pour le dioxyde de soufre d'ici 2008.

Néanmoins, Erin Crotty, la commissaire de la protection environnementale précise qu'elle appellera de cette décision qui empêche la mise en vigueur permanente de l'ADRP.
Mme Crotty souligne d'ailleurs dans un communiqué, que l'adoption de ces mesures permanentes est rendue nécessaire afin de protéger la santé publique et les précieuses ressources naturelles de l'État. Elle affirme que les mesures temporaires (jusqu'à octobre 2004 pour les NOx et Janvier 2005 pour le SO2) permettront déjà de diminuer les émissions de 35.000 tonnes de SO2 et de 6.000 tonnes de NOx. La réduction des émissions de NOx serait en fait équivalente à retirer 300.000 voitures des rues de New York !

La pluie est légèrement acide (pH d'environ 5) à l'état naturel dans l'atmosphère car elle contient des acides qui se forment lorsque les gaz de dioxyde de carbone et de chlore réagissent à l'humidité. Si elle a un pH inférieur à 5, on la considère comme une pluie acide.
Les pluies acides sont causées principalement par deux polluants atmosphériques communs (le dioxyde de soufre et les oxydes d'azote) qui sont produits par les combustibles fossiles brûlés.
La majorité des émissions de dioxyde de soufre proviennent des fonderies et des centrales électriques, tandis que la plupart des émissions d'oxyde d'azote sont produites par les automobiles.
Ces polluants peuvent se déplacer sur des milliers de kilomètres dans l'atmosphère, où ils se mélangent à la vapeur d'eau pour former une solution légère d'acide sulfurique et nitrique. La pluie, la neige, la grêle, le brouillard et les autres précipitations amènent cette solution sur la terre sous forme de pluies acides.
Les acides peuvent aussi être transformés chimiquement en gaz de dioxyde de soufre ou en sels sulfuriques et azotés qui sont déposés à sec sous forme de poussières ou d'autres particules.
Même les mers sont touchées par les pluies acides comme le montre un rapport récent de la fondation pour la défense de l'environnement aux Etats Unis: les pluies acides nuisent à la faune marine sur la côte atlantique, et New York a déjà souffert de leur effet.
Les pluies acides sont l'une des causes du dépérissement des lacs et des forêts en raison des dépôts acides, secs et humides (France : Vosges). Elles peuvent aussi provoquer des troubles respiratoires et circulatoires chez l'homme.

Le terme smog fait référence à un mélange toxique de polluants atmosphériques que l'on peut souvent observer sous forme de brume diffuse dans l'air. Le smog peut rendre la respiration difficile et peut rendre plus sujets aux maladies cardio-respiratoires. Les deux ingrédients principaux qui font que le smog affecte notre santé sont l'ozone des basses couches de l'atmosphère et les particules fines en suspension dans l'air.

Réactions2 réactions à cet article

 
L'autosapien est là pour rester

Il faut encourager la diffusion de toute nouvelle technologie moins polluante. Par exemple Peugeot va mettre sur le marché la Quark, une motocyclette à quatre roues moteurs-électrique. C'est plus facile de changer de technologie que de faire changer la mentalité des gens. Car malgré la guerre en Irak, malgré la hause du prix du pétrole et malgré le réchauffement de la planète, les autosapiens n'ont rien changé à leur consommation.
Souvent, je me surprend à penser que les moteurs d'autos ont beaucoup évolué depuis dix ans mais les mentalités sont restées les mêmes. Par exemple, en période d'attente ou d'arrêt les conducteurs sont convaincus encore qu'ils faut laisser rouler leurs moteurs au ralenti pour ne pas refroidir leur auto. Cette croyance populaire presque religieuse tue sûrement, au bout d'un an, autant d'individus que les kamikases terroristes en Irak.
Vraiment, il y a des jours où je me dis : faut t'y être nono pour être écolo....

andré dit leboulanger | 16 septembre 2004 à 20h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
SNIF

C est vraiment triste que l homme soit le prédateur de l homme mais également de la terrre et de la nature .J espere que nos gouvernements vont agir pour rectifier le tire .Courage.

Jo l indien | 17 septembre 2004 à 13h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager