En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La tertiarisation de l'économie contribue à émettre moins de CO2

Le numéro 95 des Données de l'environnement publié aujourd'hui par l'Ifen montre les effets positifs de la tertiarisation de l'économie sur les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Dans le rapport récemment publié par l'Ifen, il est indiqué qu'entre 1980 et 1997, les émissions de dioxyde de carbone de l'ensemble des agents économiques ont diminué de 17 %, et même de 26 % si l'on se restreint à l'appareil productif (c'est-à-dire hors ménages). Dans le même temps, la valeur ajoutée totale de l'économie française a augmenté de 37 % en volume.
Ce découplage est dû pour l'essentiel aux changements techniques dans l'industrie, par exemple le développement de la production d'électricité d'origine nucléaire entre 1980 et 1990 (énergie pour laquelle - toute autre problématique mise à part - on ne peut que constater qu'elle ne contribue pas à l'effet de serre), et à l'évolution structurelle de l'économie.
En effet, le poids du tertiaire (commerce, transport, services) dans l'économie est passé de 60 % à 65 % entre 1980 et 1997 grâce à une forte croissance de sa valeur ajoutée alors que ses émissions n'ont que légèrement augmenté. Toutefois, une autre méthode de calcul prenant en compte la réaffectation des émissions de certaines activités - industrielles et agricoles notamment - aux branches d'activité du tertiaire, révèle une corrélation moins forte.

Globalement, au regard de ces chiffres et de cette évolution qui semble favoriser la diminution des émissions de gaz à effet de serre, l'Ifen déclare que la ''tertiarisation'' de l'économie s'inscrit donc dans un Développement Durable.
On peut rester perplexe sur cette vision limitée qui reste cantonnée à la nation, voire aux pays occidentaux. Il est évident que l'activité industrielle lourde, productrice de GES, n'a pas disparu, mais s'est simplement délocalisée en Europe de l'Est ou en Asie du Sud-Est pour y croître encore plus vite et de manière moins contrôlée. En déclarant que la ''tertiarisation'' de l'économie s'inscrit dans un Développement Durable l'Ifen semble oublier que le réchauffement climatique est un enjeu mondial.

Réactions4 réactions à cet article

 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Il y a encore du boulot

Avant d'arriver au dernier paragraphe de votre article, j'ai cru un instant que vous alliez dans le sens des conclusions de l'IFEN !
Cette position "officielle" d'un organisme comme celui-là me semble à la fois scandaleuse, et révélatrice du niveau d'incompétence de beaucoup de nos chères administrations (nationales et locales) en matière de Développement Durable.
Ya encore du boulot !

François

François K | 24 septembre 2004 à 12h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
tertiarisation ..............

Il faut dire bravo à toute avancée de limitation des GES .Cependant l'ensemble du problème reste et il faut etre très attentif aux intallations plus à l'Est !

Il faut encourager toutes les initiatives autour de nous.

Bonne suite .ATC

sengamoon | 25 septembre 2004 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Il y a encore du boulot

Incompétence ou intéret à masquer nos émissions en les délocalisant ?.... En tout cas il n'y a là rien de bon pour la paix internationale. Ce n'est pas en se moquant de ses interlocuteurs qu'on fera progresser le DD, qui ne peut exister qu'à l'échelle globale.

Fabrice | 27 septembre 2004 à 13h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager