En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

75% des sols de la planète sont dégradés selon le nouvel Atlas de la désertification

Biodiversité  |    |  Fanny RoussetActu-Environnement.com

Le Joint Research Centre (JRC), le service scientifique de la Commission européenne, a publié jeudi 21 juin une nouvelle édition de l'Atlas mondial de la désertification. Selon le document, plus de 75% de la surface de la Terre est déjà dégradée et plus de 90% pourrait l'être d'ici 2050.

Cet atlas, qui fournit une évaluation de la dégradation des terres au niveau mondial, a été édité pour la première fois en 1992 et complété en 1998. Vingt ans après, cette troisième version est produite "en utilisant de nouvelles méthodes de traitement de données", précise un communiqué de la Commission. Pour Tibor Navracsics, responsable du JRC, "cette édition nouvelle et beaucoup plus avancée de l'Atlas donne aux décideurs du monde entier un aperçu complet et facilement accessible de la dégradation des terres".

Premier constat : "la croissance démographique et les changements d'habitudes de consommation ont mis une pression sans précédent sur les ressources naturelles de la planète". L'Atlas 2018 indique aussi que, chaque année, 4,18 millions de km2 sont dégradés - soit une surface équivalente à la moitié de l'Union européenne -, principalement en Afrique et en Asie. Les récoltes pourraient ainsi être impactées d'une baisse de 10% d'ici 2050. Les effets du changement climatique seront aussi plus difficiles à atténuer en raison de la déforestation accélérée. Autre conséquence : les déplacements de populations, qui pourraient atteindre 700 millions de personnes en 2050. Sur le continent, c'est l'Europe du Sud, de l'Est et centrale qui sont les plus touchées par le phénomène. Le coût de la dégradation des sols pour l'Union européenne (UE) est estimé autour de 10 milliards d'euros par an.

Même si la dégradation des terres a lieu au niveau mondial, elle doit être prise en charge au niveau local, rappelle le JRC. Augmenter les rendements des terres agricoles existantes, passer à des régimes à base de plantes, consommer des protéines animales provenant de sources durables et réduire le gaspillage alimentaire sont les pistes préconisées par la Commission européenne.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…