Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Vers des tests virtuels de la qualité d'air intérieur

Des tests menés dans la maison expérimentale Maria du CSTB, ont permis d'apprécier l'efficacité de la méthode de mécanique des fluides pour étudier les mouvements d'air et de polluants dans des environnements réels.

Bâtiment  |    |  Actu-Environnement.com
Des tests menés dans la maison expérimentale Maria du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), ont permis d'apprécier l'efficacité de la méthode de mécanique des fluides pour étudier les mouvements d'air et de polluants dans des environnements réels.

La vie moderne pousse les citadins à passer de 70 à 90 % de leur temps dans des lieux clos ou semi-clos. D'où l'intérêt de la communauté scientifique pour la qualité de l'intérieur des locaux, et pour le chercheur Jean-Jacques Akoua, de trouver des indices pertinents pour répondre aux questions posées par sa dégradation. Objectif : améliorer l'efficacité des systèmes de ventilation. En effet, pour assurer une bonne qualité d'air, la solution consiste à minimiser les sources de pollution et à assurer un renouvellement d'air suffisant. Or, le coût énergétique du renouvellement d'air occupe une part de plus en plus significative dans la dépense énergétique du bâtiment.

En premier lieu, il a fallu comprendre l'influence de la ventilation sur la qualité de l'air dans les locaux et vérifier la pertinence des outils numériques actuels dans des environnements réalistes pour démontrer le comportement de ces phénomènes physiques.

Grâce à la modélisation à l'aide de logiciel de mécaniques des fluides, Jean-Jacques Akoua a pu ainsi mettre en image le transport de polluants dans l'air et évaluer le poids de chacun de ces phénomènes à travers une analyse dimensionnelle. Les paramètres d'intérêt (vitesse de l'air, température, concentration en polluant) sont calculés sur plusieurs centaines de milliers de points, permettant de visualiser les panaches thermiques et les mouvements d'air ainsi que la répartition de polluants. L'analyse révèle des situations hétérogènes vis-à-vis du renouvellement d'air et de la présence des polluants.

Pour étayer cette étude, des expérimentations ont été réalisées dans la maison MARIA (Maison Automatisée pour des Recherches Innovantes sur l'Air) au CSTB de Champs-sur-Marne, d'abord dans la cuisine, puis dans la chambre. Dans le premier scénario, l'expérience avait pour objet d'étudier l'impact d'une source de pollution émise en un point donné et de manière ponctuelle, sur la qualité de l'air. À cet effet, ont été mises en scène une poêle spéciale développée pour le test et une plaque chauffante représentant une source de vapeur de cuisson. Plusieurs essais comparant l'efficacité d'un système de Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) et d'une hotte de cuisine ont prouvé que les vapeurs de cuisson étaient plus importantes en partie haute de cuisine, près du plafond. Ils ont aussi mis en évidence l'efficacité réelle de la hotte de cuisine qui extrait davantage de vapeurs de cuisson que la VMC. Des tests sont en cours pour vérifier cette conclusion lorsque le débit de la hotte est équivalent à celui de la VMC.

Dans le scénario de la chambre ventilée, il s'agissait de mesurer l'émission de pollution provenant d'une source répartie dans toute la pièce - en l'occurrence un parquet de bois de pin - pour en étudier l'impact sur le renouvellement de l'air et la pollution émise. L'alpha pinène a été pris comme traceur des composés organiques volatils. Un choix qui semble pertinent aux vues des mesures réalisées. Les polluants se stabilisent au niveau du sol et restent relativement homogènes dans le reste du volume, alors que dans la cuisine, on a noté des panaches de polluants marqués. Conclusion : l'exposition des personnes aux polluants peut varier selon l'endroit où elles se trouvent dans la pièce.

L'algorithme développé à partir de ces tests, a permis de comparer l'efficacité d'élimination de polluants pour des systèmes de ventilation à débits différents, et de rapprocher ces résultats de mesures obtenues in situ dans une vraie maison (code commercial de calculs Fluent). Si la concordance est là, elle nécessite une bonne expertise physique et numérique de la part de l'utilisateur de tels codes. En outre, certaines limites peuvent apparaître dans les résultats obtenus par le calcul dans le cas d'une maison trop perméable.

Source : Observatoire de la Qualité de l'air intérieur, tél.: 01.46.47.79.62. Thèse : ''Appréciation de l'efficacité de la ventilation pour l'étude de la qualité de l'air intérieur''

Réactions2 réactions à cet article

 
contente et interrogative

j'ai été agréablement surprise d'appre,dre que de telles études sont menées en france mais du coût j'aimerai savoir ce qu'il me faut faire pour purrifer l'air de ma maison ou éviter sa pollution .

poupoum | 19 octobre 2004 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
possibilité de réduire la pollution

pour traiter les polluants il existe maintenant un très bon déshumidificateur qui permet de mettre des filtres spécifiques anti bactéries au charbon actif, anti-fumée au charbon actif, les composants électro-statiques de ce filtre permettent de retirer la poussière et les particules polluantes il existe des filtres anti pollen/anti acariens
sachant qu'un déshumidificateur va permettre de maintenir à faible cout un taux d'humidité entre 45 et 50 pourcent du cout moins de particules,moins de réactions chimiques à cause de l'humidité qui se colle sur les poussières et une consommation de chauffage qui descend de 20% cela à été vérifié en plus on peut sècher son linge plus naturellement qu'avec un sèche linge plus consommateur d'énergie et qui par la chaleur use plus rapidement sans compter les ondes electromagnétiques il n'y a qu'une marque qui a tout ses avantages surtout ne pas prendre les produits premiers prix made in china plus consommateur d'énergie efficacité réduite fragilité du produit premier prix

pat | 11 octobre 2005 à 21h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager