En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des cartes détaillées sur l'occupation des sols européens en 2000

Dans le cadre du programme baptisé CORINE Land Cover (CLC), l'AEE, révèle la première carte numérique des multiples changements ayant affecté les paysages européens depuis 1990.

Aménagement  |    |  Actu-Environnement.com
Dans le cadre du programme baptisé CORINE Land Cover* (CLC), l'Agence Européenne pour l'Environnement (AEE), révèle la première carte numérique des multiples changements ayant affecté les paysages européens depuis 1990.

Cette carte a été dévoilée, il y a quelques jours lors d'une conférence organisée à Bruxelles à l'attention des représentants de différents départements de la Commission européenne - notamment la politique régionale, l'agriculture, la recherche et l'environnement - de l'Agence spatiale européenne et des pays membres actuels et potentiels de l'AEE.

Elle fournit une étude standardisée sur l'occupation des sols européens en 2000 et sur les changements intervenus au cours de la décennie qui a suivi le premier projet CLC (fin des années 1980). Ces cartes détaillées montrent 44 types différents d'occupation des sols, tels que les zones d'urbanisation, marais intérieurs ou marais maritimes, forêts et milieux semi-naturels, plans d'eau, zones humides, terrains cultivés….Une mise à jour est prévue tous les dix ans.

À l'usage des décideurs politiques et économiques, l'outil offre l'inventaire transnational et détaillé de toutes les caractéristiques des paysages et permet de tirer des enseignements sur la manière dont leurs décisions dans des domaines tels que l'agriculture et les transports influent, sur les structures et ressources agraires par exemple ou sur l'environnement au sens large.

Ces cartes peuvent, par exemple, faire apparaître les lieux où la fragmentation du paysage s'aggrave, du fait de routes ou autres infrastructures, accroissant ainsi le risque que les écosystèmes ne puissent plus se connecter les uns aux autres, au péril de la survie de leur flore et de leur faune.

Dans le secteur agricole, les cartes peuvent mettre en lumière les sites où d'importants changements structurels se poursuivent ou s'intensifient, comme, par exemple, la conversion de prairies en terres arables -ou l'inverse, l'extension ou la réduction des terres en jachère et des terres retirées de la production (gelées), ou encore l'abandon complet de l'agriculture.

Cette base de données regroupe une somme énorme d'informations sur l'état des ressources naturelles de l'Europe, qui sont à la fois très locales mais à replacer dans un contexte global. Tout est connecté, et l'on devine très bien les risques potentiels de conflits d'intérêts entre l'occupation des sols et la dégradation des écosystèmes, souligne Ronan Uhel, chargé de l'analyse spatiale à l'AEE.

Dans le domaine politique, les utilisations du projet CLC2000 comprennent le soutien à la protection des écosystèmes, l'arrêt de la perte de diversité biologique, le suivi des impacts du changement climatique, l'évaluation des développements en agriculture et la mise en oeuvre de la directive-cadre de l'Union Européenne sur l'eau. Le projet aidera donc à mettre en oeuvre des domaines majeurs de priorité du sixième programme d'action communautaire en faveur de l'environnement.

Bien que ce projet ait été essentiellement développé à des fins environnementales, il est déjà utilisé pour certaines applications commerciales comme, par exemple, les atlas et les systèmes de navigation pour véhicules.

L'AEE a produit ce projet à partir d'IMAGE2000, un programme d'imagerie par satellite entrepris conjointement avec le Centre commun de recherche de la Commission européenne. Il a également été fait usage de photos aériennes et d'imagerie au niveau du sol.

* Le programme européen CORINE (coordination de l'information sur l'environnement) Land Cover, mis en place en 1985 et assuré par l'Agence européenne pour l'environnement, a pour objet de fournir, pour les pays de l'Union européenne, une information géographique homogène sur l'occupation du sol. Il a impliqué quelque 300 experts provenant d'environ 100 organisations de toute l'Europe et a coûté environ 13 millions d'euros.
En France, il a pour maître d'ouvrage l'Institut français de l'environnement (Institut Français de l'ENvironnement (IFEN)). Il bénéficie de la participation financière de la Commission européenne, du Centre national d'études spatiales (CNES) et du Ministère de l'écologie et du développement durable.
Les principaux partenaires techniques du programme français sont le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l'Inventaire forestier national (IFN) et l'Institut géographique national (IGN).
Les organismes et entreprises suivants ont contribué au programma français : IGN-France International, SIRS, Metalog, Unisfère, IETI Consultants, Scot Conseil, Planistat Europe, SITee, le laboratoire Costel, l'IAURIF et le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager