En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Publication de l'arrêté de dépollution du site AZF

Jean Daubigny, le préfet de Haute-Garonne a signé le 2 décembre dernier, l'arrêté fixant les conditions de dépollution du site de l'usine AZF à Toulouse, afin d'y accueillir en 2007 un cancéropôle.

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
Jean Daubigny, le préfet de Haute-Garonne a signé le 2 décembre dernier, l'arrêté fixant les conditions de dépollution du site de l'usine AZF à Toulouse, afin d'y accueillir en 2007 un cancéropôle.

Dans un communiqué, datant du 5 décembre dernier, la préfecture précise que cet arrêté est conforme au projet qui avait été validé par le conseil départemental d'hygiène le 28 octobre dernier pour réhabiliter les terrains de l'usine dont l'explosion avait fait 30 morts et des milliers de blessés le 21 septembre 2001.

L'arrêté donnera un délai maximum de 18 mois à Total, qui dépensera 40 à 50 millions d'euros pour dépolluer la zone. Ce délai est restreint à 6 mois en ce qui concerne les zones qui accueilleront les futurs bâtiments. La dépollution consistera à extraire complètement les pépites contenant du Mercure (Hg) et des Hydrocarbures et à excaver les sols à forte teneur en Arsenic (As), Plomb (Pb) ou naphtalène, jusqu'à 50 cm de profondeur.


La zone Est du site ne sera pas reconstruite. Les sols y recevront une couche de 10 centimètres de gravats, une couche de grillage et 20 cm de terre végétale.

La dépollution prendra trois ans et la réouverture au public de cette zone reboisée, devra intervenir avant cinq ans.

Le 21 septembre 2001, l' explosion de l'usine de nitrate d'ammonium AZF à Toulouse avait fait 30 morts et environ 2200 blessés. Le site de l'usine avait été totalement détruit. Les alentours avaient été soufflés à plusieurs centaines de mètres à la ronde. 2500 personnes n'avaient plus de logement. 3500 foyers avaient été privés d'électricité et de gaz. Les dégâts étaient considérables à l'est et au sud de Toulouse. Le réseau national de surveillance sismique (ReNaSS) avait enregistré la secousse jusqu'à une distance de 500 Kms avec une magnitude de 3,4 sur l'Échelle de Richter.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager