En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Inauguration d'un éclairage urbain innovant et économique à Albi

Un nouvel éclairage urbain qui permet une économie de presque 50 % de l'énergie consommée a été inauguré par Georges Zissis, coordinateur du projet, le 2 décembre dernier à Albi.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
Un nouvel éclairage urbain qui permet une économie de presque 50 % de l'énergie consommée a été inauguré, par Georges Zissis*, coordinateur du projet Européen NumeLite**, le 2 décembre dernier à Albi, en présence de représentants de la Ville d'Albi et des différents partenaires européens.

L'éclairage est responsable de certaines nuisances sur l'environnement à travers la pollution visuelle nocturne et le dégagement de gaz à effet de serre lors de la production de l'énergie électrique correspondante.

Quatre axes (routiers et semi-piétonnier) d'accès au centre ville, et un axe décentralisé ont été dotés des nouveaux luminaires basé sur des lampes de nouvelle génération, dont l'installation a commencé en mars 2004. À ce jour, 90 lampadaires ont été installés sur les 120 que compte le projet finalisé. Les premiers résultats obtenus sur le site d'Albi ont permis de démontrer qu'à consommation énergétique égale, le nouveau système produit presque 2 fois plus de lumière que le système précédent.

L'objectif du projet Européen NumeLiTe (dans le cadre du programme « Energie » de l'Union Européenne), commencé il y a 3 ans et qui a impliqué 11 partenaires de 6 pays européens, était de concevoir et de réaliser un système d'éclairage urbain innovant, économique, et de démontrer ses potentialités sur site.

Il s'agissait en particulier d'améliorer l'efficacité lumineuse des sources — c'est-à-dire d'augmenter le flux de lumière produite (on le mesure en lumens) par watt électrique consommé — et d'améliorer le rendu des couleurs — c'est-à-dire d'avoir une lumière qui reproduit bien les couleurs du monde qui nous entoure, souligne le CNRS.
Le nouveau système est basé sur des lampes à halogénures métalliques avec enveloppe céramique qui produisent une lumière blanche de très bonne qualité. Ces lampes sont placées dans des luminaires spécialement dessinés pour mieux distribuer la lumière sur la route et éviter les problèmes de pollution lumineuse. Les lampes sont alimentées par des nouveaux ballasts électroniques qui peuvent être commandés à distance par une station centrale installée à la mairie d'Albi. Ceci permet de contrôler la quantité de lumière à chaque instant et de programmer le fonctionnement du système. Enfin, le système prend en compte les particularités de l'œil humain, sensible la nuit à des longueurs d'onde décalées vers le bleu, afin d'accroître les gains d'énergie.

L'investissement élevé au départ devrait être amorti en moins de 10 ans, sachant que la durée de vie d'un éclairage public est de 30 à 40 ans, précise le CNRS.

La France a consommé, en 1999, 41 TWh pour l'éclairage. Environ 60 % de cette énergie sont utilisés par le secteur tertiaire. L'éclairage public et routier consomme 10 % du total tandis que les 30 % restants sont absorbés par l'éclairage domestique. Il faut noter que ce dernier secteur a vu sa consommation tripler en vingt ans (5 TWh en 1979, 14 TWh en 1999).

*Georges Zissis est directeur de l'équipe Sources Intenses de Photons au sein du Centre de physique des Plasmas et de leurs Applications de Toulouse (CPAT, CNRS-Université Paul Sabatier) et coordinateur du projet NumeLiTe. Son laboratoire s'intéresse depuis longtemps aux sources lumineuses pour l'éclairage et pour des applications industrielles.

**Le coût total du projet s'élève à 6,6 millions d'Euros. Il a été subventionné par la communauté européenne à hauteur de 2,8 millions d'Euros. Les membres Suisse et Anglais du consortium ont été subventionnés par leurs gouvernements respectifs pour un montant de 0,5 millions euros.

Réactions22 réactions à cet article

 
Ecairage urbain

Bonjour, je suis étudiant en Naste Génie Urbain et je m'intéresse particulièrement à l'éclairage urbain (monuments historiques, rue piétonne, voirie, rues quelconques, parcs et jardins, piste cyclable.
Disposez-vous d'informatio susceptible de m'intéreser.
Merci Julien

julien
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bien!

bien! bon exemple de collectivité exemplaire. enfin, je sais pas ce qu'ils font à part ça... mais en tout cas c'est un bon début.

Lali | 15 décembre 2004 à 19h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
très bien, mais...

Très bonne initiative mais y a t'il vraiment une économie d'énergie de 50% étant donné que ce chiffre n'est valable que pour un éclairage égal. Hors, il semble qu'ils ont augmenté cette puissance d'éclairage. Quel est le bilan réel?
Ne va t'on pas vers des solutions où les économies d'énergie ne servent finalement qu'à consommer plus ?!?!

Thierry | 17 décembre 2004 à 11h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ça fait cher l'éclairage

L'initiative est tout à fait remarquable et l'effort dans ce sens à poursuivre. Cependant, si je reprends les quelques chiffres présentés :
6,6 millions d'€ pour 90 lampadaires, cela représente 73300 € par lampadaire. Donc à presque 50 bâtons de nos anciens francs par lampadaires, ils peuvent au minimum permettre une économie d'énergie!!!

Této | 17 décembre 2004 à 17h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ça fait cher l'éclairage

Bonjour, le cout indiqué correspond au cout global du projet, a savoir : recherche et developpement (mesures du sys existant, analyse, prototypes, mise au point et enfin produits finis)

le cout des lampadaires doit étre elevé, mais pas autant que celui que vous evaluez.

A bientot

Anonyme | 17 décembre 2004 à 18h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ça fait cher l'éclairage

Il aut aussi diminuer la somme 6.6 millons €, des aides données par l'europe.

La différence est peut etre toujours grande, mais ce genre de projet contribue au développement de l'offre.

Cela pourrait être intéressant de comparer le bénéfice global (économies €, économies énergie...) sur le cout de l'investissement par apport à d'autres initiatives qui auraient le même objectif (éconmie d'nrj).

Nico

nico-brasil | 17 décembre 2004 à 22h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Moqueur, va!

Evidemment, plus la série est courte, plus les coûts unitaires sont élevés (même si les prix peuvent ne pas le refléter ; exemple récent : la Renault Avantime, dont une bonne partie des investissements en chaîne de production a dû passer par pertes et profits + rapidement que prévu...) . La facétieuse question cache donc en fait, on peut supposer, une interrogation sur la diffusion de cette technologie dans laquelle l'investissement initial en recherche a été important. Si l'effet est effectivement de réduire la conso sans nuisance induite, souhaitons qu'elle soit le plus large possible pour faire rapidement baisser les coûts d'installation.
P.H.

Patrick Hubert, FinÆnviro | 19 décembre 2004 à 04h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ça fait cher l'éclairage

Bonjour,

Je suis le coordinateur du projet.

Bien évidemment le coût du projet est élevé mais cela correspond au coût du travail de 700 mois-chercheur et ingénieur (11 partenaires sur 3 ans...), plus le matériel de mesure (investissement souvent très lourd), plus les prototypes, plus réunions etc... Le coût du démonstrateur lui-même (120 luminaires) est de l'ordre de 300 kEuros.
Par ailleurs je voudrais souligner qu'un système expérimentale n'a pas de prix !
En série le prix par point lumineux est comparable à n'importe quel autre système d'éclairage moderne. Son prix est à peine plus élevé en réalité mais il s'amorti très vite vue le 35-40% d'économie d'énergie que les villes peuvent faire avec un tel système.

Toutefois, NulmeLiTe (TM) n'est qu'un concept le système lui-même est un prototype et n'est pas encore totalement commercialisé, il le sera peut-être dans le future proche.

Georges Zissis | 05 janvier 2005 à 21h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:très bien, mais...

Bonjour,

Le système consomme 40% moins d'énergie pour produire la même quantité de lumière que le système précèdant.

Cependant pour mesurer cette économie d'énergie on a été obligés à faire fonctionner le système à la même puissance nominale que celle de l'ancien système pour pouvoir mesurer la quantité de la lumière sur la route. Ceci car la ville d'Albi ne pouvait pas fournir les données de consommation énergétique rue par rue... On a donc mesuré la lumière avant installer le nouveau système et celle après. Le résultat est sans appel: 0,89 cd/m2 avant sur la route, plus de 1,51 cd/m2 après...

Georges Zissis | 05 janvier 2005 à 21h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bien!

Si vous me contactez je peux vous dire plus !

Georges Zissis | 05 janvier 2005 à 21h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et l'impact sur le ciel nocturne !

Bonjour,

Eclairer pour moins cher c'est bien, mais qu'en est-il de l'impact de cenouveau dispositif sur l'environnement ?
Plus ou moins de pollution lumineuse ?

Puisque ce systèeme semble entièrement pilotable par ordinateur, est-il prévu de baisser l'intensité au delà d'une certaine heure ?

La nuit est un bienfait essentiel aux rythmes biologiques de TOUTES les espèces animales (y compris celui de l'Homme)...
Il me semble que nous entrons dans une ère où la préservation de notre environnement est capitale, un BON système d'éclairage est un système qui certes consomme moins, mais aussi un système qui sait se faire aussi discret qu'efficace !

Sauvons la nuit
F.G.

fredgui | 21 janvier 2005 à 15h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
demande d'info

Je suis en stage dans un organisme d'Etat et je cherche à mettre en place dans l'hotellerie des mesures d'économie d'énergie et je voulais savoir si vous aviez des informations pour répondre à la demande des hôteliers. Je travail sur la mise en place d'un diagnostique environnemental et sur la rédaction d'une charte.

En attendant de vous lire,
Avec mes remerciements

julie

julie | 18 avril 2005 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:demande d'info

Bonjour,

Nousa vons récemment publié une actu dont le sujet est suceptible de vous intéressé... voir carrément répondre à votre question
https://www.actu-environnement.com/ae/news/1000.php4

Bien cordialement

David Ascher

David Ascher | 18 avril 2005 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Eclairage perforant??

bonjour,
Je tiens tout d'abord aà vous féliciter de cette initiative. En effet la prise en compte des innivations est trop lente en CL. Cependant j'aimerai comprendre pourquoi vous n'êtes pas allé au bout de l'optimisation en choisissant un liminaire performant? Choisir un éclairagae indirect donst le rendement initial est mauvais, dont les caractéristiques constructives font favoriser la dégradation de ce rendement (salissure, oiseaux, etc) est pour le moins curieux.

reglac | 19 avril 2007 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
quel impact environnemental direct ?

La lecture de cet article me laisse penser qu'on cherche u niquement à éclairer autant pour moins cher et pas à éclairer moins. Donc je ne vois pas l'impact sur "la pollution visuelle nocturne" et les effets sur la biodiversité. A la limite comme c'est 50% moins cher, on peut en mettre deux fois plus. C'est ce que l'on constate dans beaucoup de communes. Le plus économique en terme d'éclairage, c'est encore d'éteindre quand il n'y a personne. A moins que, ce qui n'est pas dit une régulation de cet éclairage existe en fonction des besoins.

Anonyme | 15 août 2007 à 16h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
moins cher mais encore plus (+) de lumièré inutile

décidemment le progrés est mal interprété.
la pollution Lumineuse est un gachis et un véritable problême environnemental pour la Faune , la Flore et la visibilité de notre environnement nocturne .
on invente de nouvelles technologies et vite on rajoute 120 lampadaires.(pour tester notre intelligence ?)
quand va t on comprendre et appliquer un grenelle d une nuit étoilée?
as t on réfléchi a la véritable utilité de ra-ra-rajouter toujours et encore...
ça devient de la gaminerie de riche.
en passant , le bonjour au roi Soleil.
signé : un militant anti pollution Lumineuse.(ANPCN )

jcfog | 08 novembre 2007 à 17h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:moins cher mais encore plus (+) de lumièré inut

Bonjour,

Avant conclure à la catastrophe vous ferrez bien de bien regarder le résultat: L'éclairage d'Albi a été conçu pour éviter la polution lumineuse; 97% du flux sortant du luminaire est orienté vers le sol. Les immeubles et les arbres sont bien sombres. Il vaut mieux faire la guerre au "boules" qui envoient de la lumière partout sauf là où il faut, et, plutôt défendre des technologies qui respectent de l'environnement, la faune et la flore.
Etteindre la lumière des villes c'est bien si vous interdisez aussi aux personnes de circuler en sécurité dans une ville. Je voudrais juste vous rappelez que la première invention de notre espèce était la lumière et c'est cela qui nous a permis d'arriver là où nous sommes aujourd'hui. Etteindre la lumière c'est regresser et se replier à soi même, couper les contacts et les echanges sociales... Si vous me croyez pas etteignez la lumière dans votre maison et assayer d'y vivre normallement, vous verrez bien les étoiles mais vous ne verrez rien d'autre !

Mieux vaut controller la lumière et la modeller, cela est un progres !

Bien cordialement
Georges Zissis, Professeur des Universités
Coordinateur du projet d'Abli

georges zissis | 30 novembre 2007 à 22h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:quel impact environnemental direct ?

Bonjour,

Ce n'est pas 50% moins cher, mais c'est 50% moins d'électricité consommée. Ce système généralisé en Europe de l'Ouest économiserait 1,6 millions des tonnes équivalent petrol, on peut chiffrer cela en tonnes de gaz à effet de serre, en kilos de mercure émis par la combustion de petrol brut ou de charbon, en rayonnement radiactive etc...
Les finances ce n'est qu'un effet de "bord" !

Georges Zissis
Coordinateur du projet

georges zissis | 30 novembre 2007 à 22h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:quel impact environnemental direct ?

bien Sûr, cette installation est un progrès au niveau de la consommation électrique, mais êtes vous sûr de l'impact sur la sécurité routière ou des personnes. des études montrent exactement le contraire. Il ne s'agit pas de tout éteindre , dêtre excessif, ce type d'argument n'est pas de votre niveau. mais je pense qu'on peut éteinde à certains endroits pendant certaines périodes. Les détecteurs de présence sont à développer. J'ai pu constater la progression de la pollution lumineuse. et franchement pour vous renvoyer un argument du même niveau, il ya trente ans, en banlieue, on voyait mieux les étoiles et le niveau d'insécurité était il moindre ? Plus sérieusement, je pense qu'il faut essayer de conjuguer réduction de l'éclairage et sauvegarde de la biodiversité. Là aussi des études commencent à se multiplier.

jmarc | 30 novembre 2007 à 23h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:quel impact environnemental direct ?

De plus, si on se limite à votre réponse, cela a t il un intérêt au niveau du réchauffement climatique puisqu'on nous a expliqué que la consommation électrique en france avait peu d'impact sur le réchauffement climatique pisque d'origine nucléaire Bravo quand même pour votre travail, même si j'aimerai qu"on aille un peu plus loin

jmarc | 30 novembre 2007 à 23h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:très bien, mais...

Et pourquoi ne pas être resté à 0,89 en consommant encore moins ?

jmarc | 30 novembre 2007 à 23h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:quel impact environnemental direct ?

Je suis d'accord que nous ne savons pas grand chose sur l'impact de la lumière sur la faune et le flore. Nous travaillons avec un ingenieur écologue dans ce domaine et cela permet de ne pas faire trop de betises. Il est évidant qu'une étude de la typologie du biotope s'impose avent éclaire un endroit. Toutefois, dans une ville la situation est déjà très différente...
En ce qui concerne les études sur l'éclairage et la fatigue des automobilistes, c'est vraie que l'on trouve plusieurs cas contradictoires. Il fuat quand même noter 3 choses:
1. Toutes les études montrant une augmentation de la fatigue concerne les installastion autoroutières (je suis d'accord que l'éclairage d'autoroutes n'est pas forcement nécessaire). La conduite en ville n'arien de comparable avec celle sur route.
2. Toutes les études montre que le phénomène de fatigue lié à la lumière est accentué avec de la lumière jaune, la lumière blanche montre les résultats plutôt inverses.
3. Ce qui est absolument demontré depuis plusieurs années maintenant est que la non uniformité d'éclairement du à des candelabres étteins à proximité des candelabres allumés est très dangereuse et accidentogène. Etteindre un candelabre sur 2 n'est pas la bonne solution, il faut baosser la puissance à 50% sur tous les caldelabres (énergetiquement c'est la même chose).

Les detecteurs de présence font des progrès, c'est indiscutable. Mais, la plupart des lampes utilisées aujourd'hui n'aiment pas les cycles on/off fréquents. Allumez et etteignez une lampe basse consommation tous les 5 minutes et elle sera morte au bout des quelques mois.

Bref le problème est beaucoup plus complèxe que l'on peut l'imaginer, mais il y a des progrès tous les jours. Malheuresement, il y a aussi des cas condanables où des personnes et/ou entreprises peu scripuleuses font du n'importe quoi. Dans tous les cas la meilleure solution pour faire avance le progrès est d'avoir une position critique et discuter avec les personnes concernées, des positions "radicales" (je ne parle pas de la votre) ne font qu'agraver la situation car ell coupent les ponts entre les deux parties.

Bien cordialement
Georges Zissis

PS j'ai oublié, l'impacte sur l'effet de serre, la france utilise de l'énergie nucléaire en grande proportion donc en effet l'impact de ce mode de production de l'énergie est minime sur l'effet de serre. Cependant l'énergie l'électricité nucléaire, au niveau mondiale, ne représente que 16% de la production, l'éclairage (pas seulement urbain bien sûr) représente, toujours au niveau mondial, 19% de la consommation de l'électricite, faites vos comptes (à titre d'information, l'électricité produite par l'hydrolique représente, elle à peine 19% du total...).

georges zissis | 01 décembre 2007 à 08h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…