En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

CELITE France et Tanneries PECHDO récompensés à Pollutec

Organisés par l'ADEME, en collaboration avec le magazine Industrie et Technologies, les trophées des Technologies Économes et Propres, ont récompensés : CELITE France et Tanneries PECHDO.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
Organisés par l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME), en collaboration avec le magazine Industrie et Technologies, les trophées des Technologies Économes et Propres distinguent les entreprises ayant mis en place (depuis moins de 3 ans) pour leurs propres besoins un procédé ou un équipement industriel exemplaire ou innovant concourant à la réduction des consommations d'énergie primaire et/ou des pollutions.

Les premiers prix du Trophée 2004 ont été décernés dans le cadre des salons Pollutec/ADEME Energies à CELITE France dans la catégorie Grandes Entreprises et Tanneries PECHDO dans la catégorie PME – PMI.

CELITE France possède dans le secteur de Murat (Cantal) à la fois une carrière de minerai de diatomite, dont elle sous-traite l'exploitation, et une usine de traitement de ce minerai qui produit annuellement environ 20 000 tonnes de diatomées. Le minerai qui contient en moyenne 60% d'humidité est tout d'abord séché-broyé, sélecté et calciné dans un four rotatif à des températures de 700 à 1000°C, puis une nouvelle fois sélecté et conditionné. Le produit fini est utilisé comme adjuvant de filtration ou charge naturelle.
La réalisation objet du trophée concerne la récupération de chaleur des gaz de calcination du produit, et sa valorisation pour le pré séchage amont du minerai, une amélioration antérieure par changement du fondant (carbonate de sodium à la place de chlorure de sodium) avait déjà permis de supprimer l'acidité des gaz de calcination et les nuisances olfactives associées.
Du point de vue qualitatif cette réalisation a permis d'améliorer l'aspect paysager par la suppression d'équipements extérieurs importants tels que cheminées, filtre, réacteur, cyclone, tuyauteries, de réduire les émissions sonores à l'extérieur de l'usine par la suppression de ventilateurs et de supprimer les odeurs issues de la neutralisation des fumées du four de calcination.
L'économie d'énergie réalisée dès la première année de mise en service est de 1038 tonnes de fuel lourd. La consommation d'énergie spécifique de production est passée de 0,200 à 0,159 tonne de fuel par tonne de produit fini soit 20% de réduction. Les émissions de dioxyde de carbone (C02) sont réduites annuellement d'environ 3 240 tonnes. Du point de vue de l'économie de la réalisation, le temps de retour est inférieur à 1an pour des investissements s'élevant à 227500 Euros.
Il s'agit donc d'une réalisation reproductible dans d'autres unités de transformation minérale mettant en oeuvre des technologies similaires, (four rotatif haute température, séchage par flash-drying), un exemple pour deux autres usines de fabrication de diatomées en France et plusieurs autres en Europe.

La société Tanneries Nouvelles PECHDO à Millau traite des peaux de bovins. Le procédé de production comprend une opération d'écharnage consistant en la séparation de la peau brute, des graisses et viandes. Ces déchets constituent un déchet appelé carnasses. Le seul exutoire des carnasses est la mise en décharge. Le coût élevé de la mise en décharge, 85 par tonne, motive les tanneurs dans la recherche des voies de valorisation des carnasses.
La société PECHDO a décidé de confier à la société LACAZE une étude de faisabilité sur la valorisation des carnasses, qui a orienté ses recherches avec l'appui de l'IFP vers une solution de valorisation énergétique de ce type de déchet.
Le procédé ainsi développé est composé de deux filières. La première est la transformation des carnasses en combustible par combinaison des opérations d'égouttage, broyage, chauffage, extraction d'eau et stabilisation. La seconde est la combustion du combustible obtenu dans un brûleur cyclone à chauffe tangentielle développé spécialement pour cette application. Les fumées de combustion passent dans une colonne à garnissage où elles subissent un arrosage permettant la production d'une eau chaude primaire qui alimente un échangeur dont le circuit secondaire constitue l'eau chaude distribuée dans la tannerie.
Le procédé mis en place permet une production de chaleur de 318 kWh par tonne de carnasse éliminée, ce qui représente une économie d'énergie de 540 MWh par an grâce à la valorisation thermique des 1700 tonnes de carnasses produites par l'entreprise. Le temps de retour de l'investissement est voisin de 4,5 ans.
En dehors du secteur de la tannerie, ce nouveau procédé de récupération énergétique des graisses peut être utilisé dans des secteurs producteurs de gras et notamment les abattoirs pour lesquels les enjeux d'élimination des graisses sont très importants. Le procédé peut également être appliqué aux bacs à graisses de flottation issues des stations d'épuration urbaines.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…