En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La loi sur l'eau bientôt finalisée

Le présent projet de loi sera accompagné de mesures en matière réglementaires ou de réorganisation des services afin d'optimiser l'action publique et a vocation à constituer le texte central de la politique française de l'eau.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Serge Lepeltier avait indiqué récemment que le projet de loi sur l'eau serait soumis au Parlement avant l'été.

Le texte, envoyé vendredi 7 janvier au Conseil d'Etat, devrait être présenté en conseil des ministres en mars. Il vise notamment à permettre à la France d'atteindre un bon état écologique des eaux en 2015, en vertu de la législation européenne. La version proche de celle qui sera soumise au parlement est désormais disponible.

Le présent projet de loi, constitués de 57 articles, sera accompagné de mesures en matière réglementaires ou de réorganisation des services afin d'optimiser l'action publique et a vocation à constituer le texte central de la politique française de l'eau.

Les grands axes du présent projet sont les suivants :
- Rénover l'organisation institutionnelle, notamment les agences de l'eau et le conseil supérieur de la pêche.
- Lutter contre les pollutions diffuses
- Reconquérir la qualité écologique des cours d'eau
- Renforcer la gestion locale et concertée des ressources en eau
- Simplifier et renforcer la police de l'eau
- Donner des outils nouveaux aux maires pour gérer les services publics de l'eau et de l'assainissement dans la transparence.
- Réformer l'organisation de la pêche

Ce projet de loi a notamment pour objet de faciliter le « décloisonnement » écologique des cours d'eau (article 4). L'article 6 renforce les sanctions administratives en cas de non-respect de prescriptions imposées en application de divers articles du code de l'environnement. L'article 23 crée un fonds de garantie chargé d'indemniser les dommages causés par l'épandage de boues d'épuration urbaines, dès lors que la responsabilité de ces dommages ne peut être imputée au producteur de boues ni à l'agriculteur. L'article 46 crée un Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA), établissement public de l'Etat à caractère administratif, qui se substituera à l'actuel Conseil supérieur de la pêche.

Réactions2 réactions à cet article

 
Question pour la surveillance de l'eau

Ma réaction commence par une question :
Est-ce que le conseil supérieur des pêcheurs ou le nouveau ONEMA assure sa surveillance avec la DRIRE organisme de surveillance des installations classées ??
Les pollutions ne viennent pas que de chez les agriculteurs me semble-t-il.
Les petites pollutions ne sont pas toujours révèlées par la DRIRE.
Les analyses imposées dans les agréments préfectoraux sont rarement faites et encore moins mises à la disposition du citoyen.

doucette | 21 janvier 2005 à 02h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 18 mai 2006 à 20h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager