En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Augmentation du crédit d'impôt en faveur des ENR et des économies d'énergie

Les mesures fiscales en faveur des énergies renouvelables et des économies d'énergie annoncées dans le Plan Climat intègrent la Loi de finances 2005 et remplacent les subventions ADEME. Une mesure positive mais qu'il convient d'analyser en détail.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
Annoncées dans le Plan Climat en juillet 2004, les mesures fiscales en faveur des énergies renouvelables et des économies d'énergie font partie de la Loi de finances 2005. Les crédits d'impôts accordés pour de nouvelles installations de productions d'Énergie renouvelable ou d'économie d'énergie sont en augmentation :

- Pour les habitations principales achevées depuis plus de deux ans, le taux est désormais de 15 % pour les chaudières à basse température individuelles et collectives et 25 % pour les chaudières à condensations.
- Sur les matériaux d'isolation thermique et les appareils de régulation de chauffage pour les habitations principales achevées depuis plus de deux ans, le taux passe de 15% à 25%.
- Sur le coût des équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable ou des pompes à chaleur (PAC) pour les habitations principales neuves ou anciennes, le taux passe de 15 % à 40 %.

La liste des équipements, matériaux et appareils qui ouvrent droit au crédit d'impôt est fixée par arrêté du ministre en charge du budget. L'objectif étant de promouvoir les produits ayant les meilleures performances énergétiques dont :
- les chaudières basse température et les chaudière à condensation,
- les matériaux isolants thermiquement y compris les vitrages et les volets isolants,
- les appareils de régulations : thermostats d'ambiance, robinets thermostatiques…
- les appareils de chauffage au bois : inserts, poêles, foyers fermés, cuisinières spécifiques et chaudières,
- les pompes à chaleurs géothermales et air/eau,
- les équipements de chauffage ou de fourniture d'eau chaude sanitaire fonctionnant à l'énergie solaire,
- les systèmes de production d'électricité utilisant des sources renouvelables dont le solaire photovoltaïque.

Cet arrêté précisera les caractéristiques techniques et les critères de performance minimale requis pour l'application du crédit d'impôt. Il sera disponible prochainement.

Notons que fiscalement, l'intérêt est évident : tout le monde bénéficie du crédit d'impôt, que l'on soit imposable ou non et ce, à l'inverse de l'abattement. En effet, le crédit d'impôt est soustrait du montant de l'impôt sur le revenu dû. Mais contrairement à la réduction d'impôt, qui ne peut pas faire l'objet d'un remboursement, un crédit d'impôt peut être partiellement ou totalement remboursé. De plus il ne dépend pas du niveau d'imposition : il est soit déduit directement de l'impôt à payer, soit remboursé.

Toutefois, la dernière mesure concernant les équipements de production d'ENR, remplace les subventions pour l'énergie solaire jusque-là accordées par l'ADEME. Ainsi, l'avantage financier pour les personnes désireuses d'installer de tels équipements apparaît finalement égal, voire inférieur aux anciennes subventions. Malgré cela on peut considérer que cette évolution est globalement positive puisque les subventions de l'agence étaient limitées par les budgets annuels. L'aide est désormais systématique et toute personne peut prétendre les obtenir !
De plus, et il s'agit d'un détail non négligeable, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) se voit libéré d'une lourde responsabilité, tant financière - à l'heure où son budget est en baisse - qu'en termes de temps consacré à l'instruction de dossiers de subventions.
Le crédit d'impôt sera en effet accordé sur présentation d'une facture de l'entreprise ayant réalisé les travaux ou d'une attestation fournie par le vendeur ou le constructeur du logement neuf lors de la déclaration de revenu. Les aides spécifiques régionales sont maintenues en l'état et cumulables avec e crédit d'impôt.

Les nouvelles incitations financières pour les ENR est plafonnée, mais largement au-delà des investissements habituellement remarqués : pour une même résidence, le montant des dépenses pris en compte ne peut dépasser, pour la période du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2009, la somme de 8 000 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée et de 16 000 € pour un couple marié ou lié par un PACS soumis à imposition commune. Cette somme est majorée de 400 € par personne à charge dont le premier enfant. Cette majoration est fixée à 500 € pour le second enfant et à 600 € par enfant à partir du troisième. (Ces majorations sont divisées par deux lorsque l'enfant est réputé à charge égale de l'un ou l'autre de ses parents).

Même si la mesure n'apporte aucune réelle augmentation des subventions pour la production d'énergie renouvelable et notamment solaire, l'incitation à adopter des équipements permettant de réduire les pertes d'énergie est claire et sera certainement bénéfique pour l'Environnement : la consommation d'énergie dans les logements est à l'origine de 25 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), d'où l'importance de mieux la maîtriser !

Réactions6 réactions à cet article

 
Re:autoconstructeur ?

Et non! Malheureusement, il faut la facture de l'entreprise qui va installer tes panneaux solaires, ou isoler ta maison, ou autre....
il faut savoir que maintenant ce sont les contrôleurs des impôts qui vont accorder ou non les aides (anciennement de l'ADEME)

Pour en savoir plus, contacte "l'Espace Info Energie" le plus proche de chez toi.

L'autoconstruction est une très bonne alternative, mais renseigne toi bien avant de te lancer dans des travaux coûteux et qui t'engagent sur le long terme...

Vincent

Vince
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Photovoltaïque : très insuffisant!

Produire son énergie électrique via des panneaux photovoltaïque est une bonne chose. Economiser l'électicité (quel que soit le mode de production), bien s'isoler et choisir un chauffage solaire (thermique!) sont peut être des solutions bien plus pertinentes et efficaces.

Avant de vous lancer dans une solution a priori, faites le bilan de vos consommations et de vos besoins. Ensuite, déduisez-en si l'effort doit effectivement être porté sur l'électricité (c'est peut-être le cas, je ne sais pas comment vous vivez...).

Enfin, il peut être interessant de réfléchir à l'impact environnemental (notament en fin de vie) des cellules photovoltaïques et des batteries qui vont avec... Je ne suis pas persuadé qu'à long terme on puisse considérer ce mode de production comme écologique...

Moi non plus, je ne suis pas partisant du nucléaire, mais il est très important de de raisonner intelligement, et de faire les bons choix....

Vincent

Vince
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bilan écologique du photovoltaïque

Vince,

si le PV est raccordé au réseau (le plus simple, et la solution la plus courante), il n'y a pas de "problème" de batteries. D'ailleurs les batteries au plomb se recyclent très bien...
En ce qui concerne le bilan des panneaux PV, en 3/4 ans ils produisent autant d'énergie que celle nécessaire à leur fabrication alors qu'ils sont garantis de 20 à 30 ans, et leur silicium (le plus répandu), qui est produit à partir du sable, est BEAUCOUP plus facile à recycler que l'uranium...

P.H.

Patrick Hubert, FinÆnviro
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Photovoltaïque : très insuffisant!

Ainsi que je l'ai déjà écrit par ailleurs, le fait de passer d'une subvention ADEME de 50% sur la TOTALITE de la facture, main d'oauvre comprise (avec un crédit d'impôt déjà existant de 15% sur le matériel seul après toutes subventions) en 2004 à un seul crédit d'impôt de 40% SEULEMENT, appliqué UNIQUEMENT sur le matériel APRES déduction des autres subventions (région Rhône-Alpes : 30%) en 2005 fait passer le retour d'investissement d'une petite (i-e chez un particulier) installation photovoltaïque de 13 ans à... 30 ans (soit la durée de vie estimée des capteurs) alors que l'onduleur devra sans doute être changé plusieurs fois sur une telle période.

Encore une fois, tout est fait pour empêcher la production d'électricité autre que nucléaire!!!

Yves | 26 janvier 2005 à 18h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
autoconstructeur ?

que se passe t il dans le cas d'une autoconstruction.
Peut on aussi bénéficier du crédit d'impôts sur les matériaux achetés (isolant en particulier) ?
J'ai cherché et je n'ai rien trouvé sur les sites ministériels (minefi ...)

cdlt

Emmannuel | 27 janvier 2005 à 22h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 19 mai 2006 à 04h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager