En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Présentation des études les plus récentes sur le réchauffement climatique à la conférence d'Exeter

Des scientifiques de tous pays et des responsables gouvernementaux d'une trentaine de pays se réunissent actuellement à Exeter en Grande Bretagne pendant trois jours pour faire un point sur le réchauffement climatique.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Des scientifiques de tous pays et des responsables gouvernementaux d'une trentaine de pays se réunissent actuellement à Exeter en Grande Bretagne pendant trois jours pour faire un point sur le réchauffement climatique.

24 études relatives à l'impact des gaz à effet de serre sur le climat seront présentées à une centaine de scientifiques et une soixantaine de ministres au siège de l'Office météorologique britannique, à quelques jours de l'entrée en vigueur, le 16 février, du Protocole de Kyoto adopté en 1997 et toujours refusé par les Etats-Unis.

La réunion d'Exeter doit mettre sur la table l'état des connaissances scientifiques, tenter de préciser les seuils dangereux, sans pour autant se prononcer sur les mesures politiques qu'il conviendrait d'appliquer, a indiqué le président de la conférence Dennis Tirpak. Les vingt-cinq prochaines années vont être décisives pour déterminer ce qui va se passer d'ici la fin du siècle (...). La conférence va tenter de rassembler les meilleures preuves possibles, a-t-il précisé.

La dernière grande conférence scientifique sur le réchauffement climatique s'était tenue en 2001 sous l'égide de l'IPCC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC)).

Les experts du GIEC prévoient une hausse de 1,4 à 5,8 degrés de la température moyenne à la surface de la terre d'ici la fin du siècle, sous l'effet des gaz libérés dans l'atmosphère par les activités humaines et le niveau de la mer monterait de 9 à 88 centimètres d'ici 2100 du fait de la hausse de température et de la fonte des glaciers et calottes glaciaires.

À Exeter, les études présentées sont les plus récentes et le président de la conférence a souligné qu'il n'y a plus aucun doute que le climat de la planète change et a indiqué que neuf des dix dernières années se sont révélées les plus chaudes depuis le début des relevés météorologiques en 1861. Il a enfin fait remarqué que la canicule (qui a frappé l'Europe en août 2003) avait provoqué près de 30.000 morts et 23 milliards d'euros de dégâts. Il a également précisé que la fréquence et l'intensité des épisodes de sécheresse s'était amplifié et que les écosystèmes terrestres et marins s'étaient modifiés.

Selon l'une des études, il reste à peine quinze ans pour faire en sorte que la pollution due au gaz carbonique se stabilise d'ici la fin du siècle à 550 parties par million c'est-à-dire deux fois le niveau de l'ère préindustrielle.
Si rien n'est fait, la Terre va dépasser de 2° Celsius les niveaux pré-industriels à une date comprise entre 2026 et 2060, estime la World Wildlife Fund (WWF) dans un rapport commandé à Mark New, climatologue à l'université d'Oxford. Le réchauffement climatique entraînera une hausse du niveau des mers, des inondations, des tempêtes, des sécheresses et l'extinction de certaines espèces animales.
Anthony Nyong de l'université de Jos au Nigeria, a ajouté que le réchauffement climatique en Afrique allait accroître l'incidence des inondations et des sécheresses, contribuant à augmenter les risques de transmission des maladies.
D'après d'autres études, une hausse moyenne de deux degrés se traduirait par une élévation des températures en Arctique comprise entre 3,2 et 6,6°C. Un tel réchauffement ferait fondre la calotte glaciaire et menacerait le mode de vie traditionnel des Inuits ainsi que la survie des ours polaires, d'après le WWF.

Parallèlement une étude parue dans la revue britannique Nature par l'équipe du Pr. Stainforth de l'université d'Oxford, estime en se basant sur plus de 2.000 modélisations que les températures moyennes pourraient augmenter de 1,9 à 11,5 degrés Celcius si le taux de gaz carbonique double. L'élévation pourrait donc être deux fois plus important que prévu jusqu'à présent .

Réactions5 réactions à cet article

 
A quand une réaction politique sérieuse

J'ai tout l'impression que nos chers hommes politiques vont chercher à jouer les experts politiques avant de réagir. Il faut dire que la tâche est ardue et implique un bouleversement radical de nos comportements actuels. Tout ceci dans un contexte d'explosion démographique.

Prenons les mesures qui s'imposent, développons les ENR, relocalisons le commerce, economisons l'énergie. Tant qu'il est encore temps.
C'est de la vie de nos enfants qu'il s'agit.

http://info.effetserre.free.fr

Bruno | 03 février 2005 à 23h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
individuellement soyons acteur

il est en effet temps d'agir, mais il serait facile t'attendre que les gourvernements prennent des décisions, et attendre toujours auprès d'eux
individuellement nous pouvons aussi prendre des décisions
chauffe eau solaire, voiture au GPL ou utilisation systèmatique du train où des transports en commun dans nos déplacements
devenir conso-acteur en achetant des produits de saisons et si possible qui n'ont pas fait des kilomètres avant d'arriver dans nos assiettes.
Tout ces gestes multipliés par autant de personnes ça fait des effets et pas de serre...
Mais sommes nous capable ne changer nos habitutes plus faciles, plus commodes, plus simple parfois?

john John | 04 février 2005 à 13h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
soyons acteur ET entrainons les autres!!

Bonjour,

pour rebondir sur ce qui a été dit, je voudrais dire que nous autres lecteurs de ce site, à priori concernés par les problèmes environnementaux, avons TOUS un ROLE IMPORTANT A JOUER, qui est celui de SENSIBILISER LES GENS DE NOTRE ENTOURAGE aux problématiques de l'environnement, en insistant sur les aspects positifs des actes que chacun peut faire.
IL EST IMPORTANT pour ce faire de ne pas alarmer les gens, ni de leur faire la morale, mais de montrer l'exemple et de prouver que l'on peut faire un tas de choses en faveur de l'environnement sans altérer notre confort, et même en se libérant des contraintes que la société veut nous imposer.
Exemple pratique: on n'a pas besoin de prendre sa voiture pour faire 1 ou 2 km en ville: marcher une demi heure ou faire 10 minutes de vélo par jour, ca fout la patate, ca réchauffe, on rencontre des gens à qui on dit même bonjour de temps en temps, et (cerise sur le gateau), c'est bon pour l'environnement!!!
Amis de l'environnement, osons etre nous mêmes et irradier nos proches et les proches de nos proches... bon j'arrete là, ca va devenir kitch...

gui | 04 février 2005 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:individuellement soyons acteur

le plus difficile en effet c'est de sensibiliser son entourage où des gens qui ne s'y intérèsse pas, sans leur faire la morale comme tu écris si bien.
face à cette difficulté avec un ami on a eu une idée:
faire de "l'éducation à l'environnement pour les adultes"
et pour cela on passe par les MJC, les associations sportives de villes et villages, les clubs de 3ème ages, les foyers ruraux de villes et village, les associations de parents d'élèves etc... qui eux se chargent de faire venir le monde.

une fois que l'on à le monde (25 à 40 pers)
on diffuse nos informations (comme cette new letters), sans être expert, sans rentrer dans les données scientiphiques et incompréhensives pour le commun des mortels, on sensiblise
qu'est ce que t'en pense?

john john | 04 février 2005 à 17h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:individuellement soyons acteur

Nous avons effectivement notre rôle à jouer, mais cela a malheureusement ces limites.
J'ai fait un site internet pour sensibiliser mon entourage au sujet. Cela me sert à communiquer avec tous les gens que je rencontre. Malheureusement face aux rouleaux compresseurs publicitaires, à la totale absence de réactions concrêtes de nos politiques (qui n'ont aucune perspective à long terme) et face à des économistes qui ne raisonnent qu'en terme de croissance immédiate, j'ai l'impression de précher dans le désert.
En discutant avec Jean-Marc Jancovici qui venait de faire une présentation dans l'amphithéatre de sciences-po, celui ci, toujours amateur de chiffres avait calculé qu'il lui faudrait 410 ans pour avertir de cette façon l'ensemble de la population française sur les enjeux et sur la nécessaire transition de notre economie.
Alors, Il ne faut pas se décourager, il faut démulitplier l'information, il faut faire attention à nos achats (c'est primordial, l'achat "moins cher" tue nos enfants), et peut être trouverons nous des commerçants interessés par l'ecologie (ca commence?) et les économies globales d'energies, des politiques interessés par le futur un peu lointain et des chefs d'entreprise qui pourront relocaliser leur activité et réemployer du personnel tout en économisant l'énergie.
L'augmentation inéluctable du pétrole va sans doute nous y aider, en espérant que ce ne soit pas trop tard pour le climat.

Courage chers amis

Bruno
http://info.effetserre.free.fr/

bruno | 10 février 2005 à 20h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager