En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le recentrage de l'activité de Séché Environnement avance

Le groupe français de traitement et de stockage des déchets Séché Environnement a annoncé pour l'exercice 2004 un chiffre d'affaires pro forma (hors cessions effectuées) de 332 millions d'euros, en croissance de 3,4 % par rapport à 2003.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Séché Environnement, groupe français de traitement et de stockage de tous les types de déchets (hors radioactifs), qu'ils soient d'origine industrielle ou issue des collectivités territoriales, a annoncé pour l'exercice 2004 un chiffre d'affaires pro forma (hors cessions effectuées) de 332 millions d'euros, en croissance de 3,4 % par rapport à 2003.

À l'International, le chiffre d'affaires s'inscrit en progression de +3,2 % à 25,4 millions d'euros. Conformément aux objectifs, il est en recul de 10,6 % par rapport à l'augmentation du chiffre d'affaires publié en 2003. Le groupe a en effet poursuivi sa stratégie de recentrage sur son coeur de métier, le traitement et le stockage de déchets en France qui s'est traduite par une active politique de cessions en France et à l'International, ainsi que par le désengagement progressif d'activités peu rentables. Actuellement, 60% de ce plan a été exécuté.

Au 31 décembre 2003, Séché Environnement s'était désengagé de 5 filiales ou participations appartenant à ses activités de services, positionnées en amont de son coeur de métier, le traitement et le stockage de déchets (Tredest, VATD, Hygiène Médicale, Gardet et de Bezenac, Nord Recyclage).
En avril, le groupe avait cédé encore deux de ses filiales : AMD et Sorediv.

Séché Environnement maintient son objectif de croissance soit une croissance moyenne annuelle de 7% l'an sur la période 2003/2005 avec une marge opérationnelle supérieure à 15,5% sur le périmètre cible et un ratio d'endettement de 50% au titre de l'année 2005.
L'activité des ''déchets industriels dangereux (Déchet Industriel Dangereux (DID))'', dont le CA s'inscrit à 200 ME a augmenté de +7,6% et l'activité ''Déchets industriels banals (DIB) & ordures ménagères'', s'affiche en hausse de 4,2% à 86,9 ME.

Le 1er Juillet dernier, Suez avait aussi annoncé sa stratégie de recentrage sur son coeur de métier : l'Energie et Environnement en finalisant la procédure de cession de Noos, opérateur de réseaux câblés en France. Cette cession s' était ajouté aux désengagements successifs engagés par le groupe dans Coditel, cablo-opérateur belge, de Codenet, réseau national de fibre optique en Belgique, de M6 et de Paris Première.

Réactions1 réaction à cet article

 
Recentrage d'accord, et la R&D ?

Une entreprise qui se reconcentre sur son coeur de métier c'est bien. Ou du moins cela peut permettre de réinvestir dans la Recherche afin de trouver des méthodes éfficaces (innovantes même) pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution.
Quand est -il ?

Peut-on y voir un espoir pour qu'enfin la directive sur les déchets de juillet 2002 soit enfin appliquée ?

Mon optimiste me donne envie d'y croire, mais bon ...

benjam1 | 10 février 2005 à 21h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager