En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'avenir de la gestion des déchets radioactifs suscitent toujours autant de débat

Après les auditions de l'OPECST qui vise à préparer un rapport sur l'état de la recherche portant sur l'avenir de la gestion des déchets radioactifs en France, le gouvernement lance un débat national sur la gestion des déchets radioactifs.

Déchets  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Début 2006, le Gouvernement devrait présenter au Parlement un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs qui entend tenir compte des évaluations scientifiques, des propositions de l'Office parlementaire ainsi que des résultats d'un débat national sur la gestion des déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue.

En effet, la loi n°91-1381 du 30 décembre 1991 (loi Bataille) a prévu que le Gouvernement présenterait au plus tard en 2006, un projet de loi et la synthèse des recherches réalisées structuré autour de trois axes :

- la séparation et la transmutation,
- le stockage en couches géologiques profondes et
- l'entreposage de longue durée en surface.

L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) a commencé le 20 janvier dernier ses premières auditions qui vise à préparer un rapport sur l'état de la recherche portant sur l'avenir de la gestion des déchets radioactifs en France. Le réseau « Sortir du nucléaire » a prévenu aussitôt de son refus d'y participer. Le 27 janvier, elle donnait sont avis : les déchets nucléaires seront stockés dans des formations géologiques profondes mais des doutes persistent quant au long terme et cette solution suscite l'opposition des verts et des écologistes.

Pour la technique de transmutation (qui permet de transformer les actinides en substances à vie courte dans des réacteurs à neutrons rapide ), les experts avaient estimé dernièrement qu'à l'échéance de 2006 aucun élément majeur ne sera disponible pour prendre une décision autre que celle de poursuivre les recherches .

Pour l'entreposage, les débats se sont attardé sur la longévité du béton, dont aucun scientifique ne peut garantir la longévité au-delà de 120 ans

Le point de vue universel, c'est que le stockage dans des formations géologiques profondes est la meilleure façon ultime de traiter ce problème, a affirmé, le directeur du département énergie au ministère délégué à la Recherche, Bernard Frois, devant OPECST. Il existe un consensus scientifique international sur le stockage géologique, a-t-il ajouté lors des auditions. Les participants français aux auditions (Agence Nationale de la Gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA), Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA)) se sont attachés à souligner les progrès scientifiques et technologiques dans la maîtrise du stockage géologique, pour conclure à sa faisabilité.

L'ANDRA dispose d'un laboratoire souterrain à Bure pour étudier la possibilité d'enfouir en toute sécurité dans l'argile des matériaux à haute activité, dont la radioactivité reste dangereuse bien au-delà de 10.000 ans.

Mais en raison des incertitudes, a souligné M. Frois, la réversibilité est essentielle dans une première phase , avant qu'on décide de sceller ou non les tunnels de stockage.

Le vice-président de l'Association des élus meusiens et hauts-marnais, le conseiller général communiste Jean-Luc Gouzon, a dénoncé de son côté l'enfouissement éventuel à Bure, refusant que cette terre se transforme en poubelle nucléaire.

Les écologistes et les Verts se prononcent pour l'entreposage en surface ou subsurface, dans l'enceinte ou au plus près des centrales en excluant le stockage géologique qu'ils trouvent coûteux et dont la faisabilité n'a pas été démontrée.

Serge LEPELTIER, Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable et Patrick DEVEDJIAN, Ministre délégué à l'Industrie ont annoncé récemment l'organisation d'un débat national sur la gestion des déchets radioactifs.

Cette consultation, organisé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), autorité administrative indépendante, créée par la loi du 2 février 1995 relative à la protection de l'environnement, portera sur les options générales en matière de gestion des déchets de haute activité et de moyenne activité à vie longue et devrait être menée à l'automne 2005, dans un esprit de transparence et de dialogue, indiquent les ministres.

Chaque Français doit pouvoir s'informer et exprimer ses préoccupations sur un sujet aussi important pour la protection de la santé et de l'environnement. Car au-delà de l'évaluation technique et de la contribution de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques, il est nécessaire que l'information et la discussion ne soient pas réservées à un cercle restreint, soulignent t'ils.

Réactions4 réactions à cet article

 
C'est trop tard pour s'énerver

Je suis pas bien plus vieux que toi, approchant la trentaine, et ce que j'ai envie de dire c'est que c'est de toutes les façons trop tard pour s'énerver des choix d'il y a 40ans.
Il s'agit plutot de faire des choix que dans 40ans on ne nous reprochera pas de la même façon. Et pour ça la meilleure façon reste de tirer des leçons du passé. Et donc concernant l'enfouissement de déchets nucléaires, le meilleur exemple reste sans aucun doute l'exemple russe du site de Tomsk -7 qui a fété il y a deux ans leurs 40ans d'expérience en la matière (voir RYBALCHENKO A.) et ce qu'il en ressort pour l'instant n'est pas forcément joli joli, avec une pollution qu'ils suivent impuissants en direction de la Volga... Bref, tout ça pour dire que le site choisi pour l'instant est l'objet de multiples recherches et qu'il faut juste espérer qu'on aura su minimiser les risques plutot que de s'en remettre à une décision uniquement politique dont on connait la capacité à l'ineptie...

Maloyan
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bande de cons

C'est maintenant qu'on s'inquiète des déchets nucléaires. L'Homme pense ou agit bêtement. Si le nucléaire produits des déchets dangereux pour la santé et qu'on ne sait pas les traiter, alors pourquoi continuer à construire des nouvelles centrales... de merde!!!!
Il faudrait peut être penser à développer l'éolien et le solaire et réduire notre consommation d'énergie. En plus, ça crée de l'emploi. Bon d'accord ça produit pas autant que le nucléaire (quoique en Hollande 21%, Angleterre 10%, France ?) mais au moins ça rend pas malade. Le projet EPR crée aussi de l'emploi(bien que à long terme, non), mais on est pas sûr que ça marche et en plus ça coûte beaucoup trop d'argent: 30 milliards!!! Non mais ça va pas la tête. C'est qui le chargé de ce projet qui croit sauver la planète de la future crise énergétique. Homme, utilise ton intelligence... La France, c'est de la merde, merci à la génération 68 d'avoir pourri notre planète et d'avoir plongé les jeunes dans le doute et la peur de l'avenir. A 23 ans, c'est plutôt moche!!!
Je sais pas, je sais plus, désolé... mais on se trompe... je crois...

el mexicano | 10 février 2005 à 21h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bande de cons

Bonjour,
Je suis un petit peu plus agée que vous 2 mais reste dans la tranche de population qui "subit" la folie des hommes, des décideurs, de ceux à qui le pouvoir de faire, de ne pas faire, de détruire, appartient. Je suis extrêment pessimiste quant au devenir de la planète terre, mère nourricière, lorsque je vois qu'en cueillant par exemple des rosées des prés autour des vergers du Pilat, les champignons que je mange sont "contaminés" par les insecticides et autres produits qu'ils projettent pendant la saison. Je crains que le peu qui sera fait maintenant, ce sera tjrs mieux même si pas assez et trops tard que pas du tout. Mais effectivement c'est tellement dérisoire à côté du danger sur nos vies. N'oublions pas que nous vivons dans un monde extrêmement politisé et où SEUL l'argent de "certains" est roi, et que cela donne bonne conscience de faire un petit "pas pour l'homme, et pas grand chose pour l'humanité"....!!
Mais combien vous avez raison : à dire vrai le fond de ma pensée : dans une bonne soixantaine d'années maximum je serai dans l'autre monde et aujourd'hui je me dis que ce sera une bonne chose car je ne voudrais en aucun cas être les enfants qui vivront demain : je respire l'air pure maintenant mais peut-être demain en extropolent il faudra un masque à oxygène ....
Courage et ne fuyons pas.

claire | 11 février 2005 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
question sur le stockage

comment etre sur que le site ds lequel on va enfouir les dechets supportea tremblements de terre et volcanisme, et ce pour les milliers d'annes a venir???




je sais bien q la planete risk d'y passer avant ms on aura pas l'air bete si faut reparer des murs en plomb, sous terre, avec pleins de radiations plus les degats d'un seisme par ex...bon, en meme tps, ce sera le travil ds ouvriers, on leur dira que la radioactivite est restee ds les murs, tt comme le nuage de tchernobyl etait reste en allemagne !!
:

reveur | 15 septembre 2005 à 12h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager