En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Signature d'un accord franco-belge pour la recherche sur la transmutation des déchets nucléaires

Le CNRS et le SCK•CEN viennent de signer un contrat, dans le cadre d'un projet européen qui ambitionne la réalisation d'un prototype qui permettra notamment d'ouvrir la voie à des études sur la transmutation des déchets hautement radioactifs.

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Dans le cadre d'un projet européen Myrrha, le CNRS et le Centre d'étude de l'énergie nucléaire belge (SCK•CEN) viennent de signer un contrat.

Ce projet ambitionne la réalisation d'un prototype qui permettra notamment d'ouvrir la voie à des études sur la transmutation des déchets hautement radioactifs.

Ce prototype devrait être la première démonstration d'une nouvelle catégorie de systèmes nucléaires appelés Systèmes pilotés par accélérateur ou SPA, installation sous-critique contrôlée par une source externe de neutrons, constituée d'un accélérateur de protons de haute puissance et d'une cible.
Dans un réacteur, la fission nucléaire est initiée en bombardant les noyaux fissiles par des neutrons. Ensuite, la fission d'un noyau s'accompagnant toujours de la libération de neutrons, ceux-ci peuvent à leur tour provoquer la fission d'autres noyaux et la libération d'autres neutrons, et ainsi de suite. Ces fissions en cascade forment ce que l'on appelle une réaction en chaîne. Dans un réacteur, cette réaction doit être contrôlée pour ne pas s'emballer. Un réacteur classique fonctionne en régime critique : les combustibles utilisés (certains sont fissiles quand d'autres absorbent les neutrons) permettent qu'un seul des neutrons libérés à chaque fission provoque une nouvelle fission. Dans un réacteur sous-critique, les combustibles sont choisis de manière à ce que moins d'un neutron par fission induise une nouvelle fission. Un tel réacteur ne peut donc maintenir la réaction en chaîne par lui-même. Il doit être alimenté en neutrons par une source externe, ce qui minimise le risque potentiel d'accident d'emballement. (source CNRS)

L'accord prévoit qu'en collaboration avec d'autres partenaires européens, le SCK•CEN pilotera le développement du réacteur sous-critique et de la cible tandis que l'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules du CNRS conduira le développement de l'accélérateur linéaire de haute puissance. Ce contrat marque le début de la conception technique et de la réalisation des programmes de recherche connexes, la construction du prototype devant commencer vers la fin 2011.

Ce système permettrait de transmuter les déchets nucléaires et ainsi prouver qu'il est techniquement possible de transmuter des déchets hautement radioactifs, indique le CNRS.

La transmutation est la transformation d'un isotope en un autre par une réaction nucléaire induite par des neutrons (capture ou fission) de manière à transformer des isotopes radioactifs à vie longue en isotopes radioactifs à vie plus courte ou en isotopes stables en vue de réduire l'inventaire radiotoxique à long terme des déchets radioactifs. Les déchets pouvant irradier durant des millions d'années pourraient ainsi être transformés en déchets qui se désactivent à un niveau naturel au bout de trois à sept cents ans.

Ce système permettrait aussi la production de radio-isotopes à usage médical ne pouvant pas être produits dans les systèmes actuels, ou encore la R&D de matériaux avancés pour des utilisations spatiales et dans les télécommunications, ajoute t'il.

Réactions1 réaction à cet article

 
Enfin une bonne idée dans le nucléaire

Voilà quelque chose qui devrait être une priorité pour réduire les déchets nucléaires dont on ne sait que faire.
J'espère que ce projet sera mené à bien et qu'il portera ses fruits, sans pour autant que cela conduise à l'abandon des énergies renouvelables!!!

Caro | 24 février 2005 à 13h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…