En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Première opération du Mécanisme de développement propre au Maroc

Lafarge Maroc et le FFEM ont signé, mercredi dernier à Rabat au Maroc, une convention de partenariat pour le montage d'une première opération du Mécanisme de développement propre (MDP) focalisée sur un parc éolien de 10 MW.

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Lafarge Maroc, filiale du leader mondial des matériaux de construction, et le Fonds français de l'environnement mondial (FFEM) ont signé, mercredi dernier à Rabat au Maroc, une convention de partenariat pour le montage d'une première opération du Mécanisme de développement propre du protocole de Kyoto (MDP) focalisée sur un parc éolien de 10 MW.

Le projet, qui vise la création d'un parc éolien de 10 MW pour alimenter la cimenterie située à Tétouan, avait été approuvé par les autorités marocaines début janvier.

Cet accord, signé par l'administrateur directeur général de Lafarge Maroc, Jean-Marie Schmitz et le secrétaire général du FFEM, Marc Antoine Martin, en présence notamment du secrétaire général du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Eau et de l'Environnement, Amer Mohamed et de l'ambassadeur de la France à Rabat, Philippe Faure, s'inscrit dans le cadre de la volonté du gouvernement d'utiliser le MDP.

Cette usine ouverte, le 28 mai dernier et dotée d'une capacité ciment d'un million de tonnes a été construite pour répondre à la demande en pleine croissance des provinces du nord du pays. Elle représente un investissement total de 120 millions d'euros.

40 % de la consommation électrique de l'usine doit être fournie par l'énergie renouvelable de ce parc éolien. L'électricité produite se substituera à celle des centrales thermiques, et permettra de réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES).

L'administrateur-directeur général de Lafarge Maroc, Jean-Marie Schmitz, a indiqué que son groupe s'était engagé, globalement, à réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre pour sa production de ciment au niveau mondial entre 1990 et 2010.

Cette convention de partenariat ambitionne d'enregistrer le projet MDP auprès de la Convention cadre des Nations unies sur les changement climatiques (UNFCCC), organisme chargé de la validation, dans le cadre des accords de Kyoto, des droits ou crédits carbone avant le 30 juillet prochain et les réductions d'émissions certifiées avant le 30 juillet 2006.

Composé de douze aérogénérateurs, et d'une puissance de 10,2 mégawatts, le parc aura une production annuelle de 38 millions de kilowattheures ; il satisfera près de la moitié des besoins en électricité de la nouvelle cimenterie. Il permettra d'éviter l'émission de 30 000 tonnes de gaz à effet de serre et représentera un investissement d'environ 9,9 millions d'euros, d'après Lafarge Maroc.

Lafarge Maroc, société détenue à 50% par Lafarge en partenariat avec SNI (Société Nationale d'Investissement), est présent à travers 4 cimenteries à Bouskoura, Tanger, Meknes et Tétouan, dont la capacité totale s'élève à 4,2 millions de tonnes, avant extension de la capacité de Bouskoura. En 2003, Lafarge Ciments Maroc a réalisé un chiffre d'affaires de 275,3 millions d'euros et un résultat courant consolidé de 106,5 millions d'euros, en progression respectivement de 12,5% et 18,5% par rapport à 2002.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…