En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les maladies infectieuses profiteraient du déclin environnemental, selon une publication du PNUE.

Des scientifiques ont découvert une corrélation entre l'émergence de maladies, connues et jusqu'ici inconnues, et les changements environnementaux considérables que subit actuellement la planète.

Risques  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Des scientifiques ont découvert une corrélation entre l'émergence de maladies, connues et jusqu'ici inconnues, et les changements environnementaux considérables que subit actuellement la planète.

Ces conclusions qui se basent sur des études menées par des experts, dont Tony McMicheol de l'Université nationale d'Australie, Bernard Goldstein de l'Université de Pittsburgh et Jonathan Patz, de l'Université de Wisconsin, apparaissent dans l'Annuaire GEO 2004/2005, une publication du Programme des Nations Unies pour l'environnement.

Des pertes de forêts, la construction de routes et de barrages, l'expansion urbaine et la transformation d'habitats naturels en domaines agricoles, l'exploitation minière et la pollution du littoral créent des conditions propices à l'essor de pathogènes, connus et nouveaux, souligne l'étude.

Selon le Professeur McMichael, l'évolution actuelle des infections est due autant aux changements environnementaux qu'au commerce, aux voyages aériens, à la migration ou aux conditions sociales.

Une hausse de température permettrait aux vecteurs et agents infectieux de se reproduire davantage et un réchauffement planétaire modifierait les habitats où les soumettrait à des stress supplémentaires. D'autres phénomènes comme les déplacements internationaux, l'évolution de nouvelles technologies et la mondialisation du commerce de produits agricoles favorisent également l'expansion de maladies infectieuses.

L'étude cite plusieurs exemples de maladies et notamment le paludisme et la dengue qui sont particulièrement sensible au changement climatique, le Neisseria meningitidis ( cause habituelle de méningite), qui se répand facilement dans les conditions poussiéreuses présentes dans le Sahel à la suite d'une longue sécheresse.
De plus, une étude au Sri Lanka montre que les zones minières sont devenues des foyers de paludisme, essentiellement à cause des eaux stagnantes de carrières abandonnées et une étude entreprise dans de petites mines d'or au Brésil, suggère que le mercure affaiblit le système immunitaire des miniers, les rendant plus susceptible à la malaria.
Une augmentation de cas de bilharziose, maladie parasitaire aux conséquences graves causée par des larves d'eau douce est lié à la perturbation de voies d'eau et de l'équilibre chimique de l'eau. C'est le cas autour du Barrage d'Aswan en Égypte et le long de la rivière Sénégal où ont été développés des projets d'irrigation.

Enfin, les spécialistes associent l'émergence à la fin des années 1990 du virus Nipah, hautement pathogénique, qu'on ne retrouvait jusqu'ici que dans les chauves-souris frugivores d'Asie, à la combinaison de feux de forêts à Sumatra et le défrichement de forêts naturelles en Malaisie pour faire place à des plantations de palmiers. Des chauves-souris à la recherche de fruits ont été en contact rapproché avec des cochons domestiques et ce qui a permis au virus de se répandre aux humains par le biais des éleveurs de cochons.

L'Annuaire GEO lie également la fièvre jaune et l'Ebola à la déforestation et ses implications. L'encéphalite équine occidentale et vénézuélienne et le typhus sont associés au défrichement de terres. La tuberculose, la peste bubonique et l'hantavirus pulmonaire sont liés à une urbanisation non planifiée. De plus en plus de bactéries infectieuses développent une résistance aux médicaments à cause des produits chimiques et antibiotiques présents dans les déchets des animaux de fermes. Il en résulte une susceptibilité accrue à l'hépatite, certaines diarrhéiques et bien d'autres infections.
La pollution atmosphérique due aux transports et aux usines est à l'origine d'une augmentation d'infections respiratoire. La pollution des eaux du littoral par des eaux usées à travers le monde est à l'origine de cas de choléra à travers le monde.

L'Annuaire se penche également sur l'impact du changement climatique sur la circulation des eaux océaniques ; présente les rapports sur l'état de l'environnement dans les différentes régions du monde et offre une rétrospective des développements importants en matière d'environnement en 2004.

L'annuaire de l'avenir de l'environnement mondial (GEO) 2004/2005 est disponible en ligne

Source : Avec le PNUE

Réactions1 réaction à cet article

 
Version française?

N'existe-t-il pas une version française de ce rapport? C'est un peu long pour tout lire en anglais...

Gilbert | 03 mars 2005 à 13h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…