En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Mer Baltique véritable poubelle chimique

Selon le nouveau rapport ''Clean Baltic within REACH?'' de WWF, les poissons de la Mer Baltique sont tellement contaminés par les produits toxiques qu'ils pourraient bien être interdits à la vente en Europe.

Risques  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Selon le nouveau rapport ''Clean Baltic within REACH?'' de WWF, Organisation Mondiale de Protection de la Nature, les poissons de la Mer Baltique sont tellement contaminés par les produits toxiques qu'ils pourraient bien être interdits à la vente en Europe.

La mer Baltique est une petite mer contiguë à l'Océan Atlantique. C'est une mer semi-fermée très peu profonde (en moyenne 55 m). Sachant que 4 à 25 ans sont nécessaires pour le renouvellement des masses aquatiques sur l'ensemble de la Baltique, on pourrait considérer à maints égards qu'il s'agit plus d'un grand lac que d'une mer* (certaines sources font même état d'un renouvellement sur 45 ans).

De plus, les basses températures de l'eau et de la surface glacière empêchent les produits chimiques de se dégrader rapidement.

Le rapport révèle notamment que certains gros poissons ne respectent pas les exigences européennes concernant les dioxines. Le taux de retardateurs de flammes bromés (PBDE) trouvé dans les harengs est 50 fois supérieur en Mer Baltique qu'en Atlantique. Les taux de biphényles polybrominés (PBB, interdits depuis 2000) et des PBDE chez les principaux prédateurs comme les phoques, les guillemots et les pygargues à queue blanche, sont deux fois plus importants dans la Mer Baltique que dans la Mer du Nord ou l'Océan Arctique. D'autres produits chimiques toxiques tels que les composants perfluorés ont été récemment trouvés chez les marsouins ainsi que chez d'autres espèces de poissons et d'oiseaux.

Le WWF estime que l'actuelle législation européenne sur les produits chimiques n'a pas réussi à protéger l'écosystème et la biodiversité de la mer Baltique et considère que la nouvelle législation sur les produits chimiques (REACH)** pourrait contribué à sa protection.

La réglementation européenne existante des produits chimiques n'est apparemment pas capable de fournir une protection suffisante, mais le débat sur la nouvelle politique européenne sur les produits chimiques donne l'espoir de voir un jour une Mer Baltique propre , déclare Lasse Gustavsson, directeur du programme « Mer Baltique ». REACH est l'opportunité d'une seule génération pour avoir des produits chimiques moins nocifs et un meilleur futur pour la vie sauvage et la vie humaine. De nouveaux marchés pour des produits plus sûrs et une plus grande confiance devraient être également de bonnes nouvelles pour l'industrie chimique .

* Source : Commission de l'environnement et de l'agriculture de l'Assemblée du Conseil de l'Europe, La pêche dans les mers semi-fermées d'Europe. Rapport (Doc 9373, 15 février 2002). Rapporteur: M. Wolfgang Behrendt, Allemagne.

**Les principales caractéristiques de REACH
Les producteurs et importateurs démontreront dans un dossier d'enregistrement qu'ils gèrent leurs substances chimiques de façon sûre. Les entreprises seront tenues d'enregistrer toutes les substances produites ou importées dans des quantités égales ou supérieures à une tonne par an par fabricant/importateur dans une base de données centrale gérée par l'Agence indépendante qui sera créée.

Les exigences d'information dépendront en grande partie du volume, mais pourront être ajustées en fonction des propriétés intrinsèques et des conditions d'utilisation. Les informations ci-après sont requises pour l'enregistrement :
-Les propriétés intrinsèques de chaque substance et les risques représentés ( propriétés physico-chimiques, toxicologiques et écotoxicologiques). L'expérimentation animale doit être maintenue à un minimum et les coûts seront réduits grâce au partage des données existantes;
-Les utilisations prévues et les possibilités et conditions de contact avec des personnes et/ou l'environnement;
-L'évaluation des risques pour la santé humaine et l'environnement;
- Une déclaration sur la façon dont les producteurs ou les utilisateurs gèrent les risques liés à l'utilisation de la substance. Pour les substances chimiques produites en faibles quantités (moins de 100 tonnes par an) et ne suscitant pas de préoccupations particulières, l'enregistrement sera suffisant.

Les données d'enregistrement seront examinées par les autorités compétentes des États membres. Une évaluation standard est obligatoire pour les substances commercialisées dans des quantités supérieures à 100 tonnes; son principal objectif est de réduire l'expérimentation animale. Les États membres auront également la possibilité d'évaluer toute substance et de demander des informations ou des essais supplémentaires en cas de doute sur les risques potentiels ou la qualité du dossier d'enregistrement.

Les substances les plus dangereuses seront contrôlées, leur utilisation étant soumise à une autorisation préalable. Cette autorisation permettra des utilisations spécifiques dans des conditions précises. Les entreprises demandant une autorisation devront démontrer qu'elles peuvent contrôler de façon appropriée les risques présentés par la substance chimique ou que les avantages socio-économiques de la substance sont plus importants que les risques. Les possibilités de substitution seront également examinées.

Réactions4 réactions à cet article

 
système, quand tu nous tiens !

J'ai été agréablement surpris, à l'époque de son élaboration, par le programme REACH dans la communuaté européenne.
Mais pourquoi, et cela reste inquiétant, laisser une porte ouverte à la commerciliation et à l'utilisation abusives de substances chimiques, en introduisant la notion d'autorisation si "les avantages socio-économiques de la substance sont plus importants que les risques" ????
C'est une faille, que les sociétés ne vont pas se priver d'utiliser, dans un système globale économique qui reste productiviste avant tout.
Jérôme

jéjélaspi | 03 mars 2005 à 12h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:système, quand tu nous tiens !

c'est aussi la faille que j'ai relevé....c'est une aberration environnementale!!!

Anonyme | 04 mars 2005 à 13h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:système, quand tu nous tiens !

Salut !!'!

Si c'est vrai que le "système nous tient", il n'est que le fruit acide de nos propres abus, abus dont nous prenons tous consciences peu à peu.

La révolution écologique ne se fera pas en un jour parce qu'elle est non-violente, prône le respect et, de cause à effet, un développement nécessairement lent.

Ce qui permet aux grands lobbies de la chimie, de l'automobile , l'énergie, etc.., de se préparer à une longue mutation...

La vigilance ne suffit pas, il faut surtout éduquer, comme vous et moi nous nous éduquons, soit en participant d'une manière ou d'une autre à la circulation de l'information écologique.

@B Christophe (Téo la pointe)

Téo la Pointe | 04 mars 2005 à 23h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
environnement ( nucléaire )

sur le papier on écrit tout ce que l'on veut bien, mais une question ? que fait-on pour débarasser la mer Baltique de ces sous-marins nucléaire qui pourrissent et polluent cette mer si magnifique?
Dès qu'i s'agit de mettre la main à la poche pour réparer tout ça , tous le monde ferme les yeux,,,c'est vraiment lamentable de réagir comme cela, et après ,on nous essai de nous culpabiliser avec des spots télé, pour la protection environnementale,, c'est une honte!!!!!!!!!!!!!!

Anonyme | 17 décembre 2009 à 16h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…