En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Quelles sont les villes de France les plus polluées par la lumière ?

L'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN) a publié une cartographie de l'état actuel de la pollution lumineuse en France métropolitaine.

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les nuisances lumineuses en France touchent "tout le territoire, soit 66 millions de personnes, 36.000 communes et tous les milieux naturels", déplore l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN), en soulignant leurs impacts sur la biodiversité, la santé humaine (et le sommeil notamment) et sur la consommation d'énergie.

L'association alerte sur l'extension continue du parc d'éclairage public qui compterait désormais 11 millions de points lumineux selon l'Ademe, soit une augmentation de 89% entre 1992 et 2012. La puissance moyenne utilisée par chacun de ces points lumineux est de 160 W, ce qui représente une diminution de 10 W, selon une étude de l'Ademe datée de 2014. L'association recense également 3,5 millions d'enseignes lumineuses, avec une puissance totale installée proche de 750 MW.

   
Cartographie de la pollution lumineuse en France métropolitaine en 2015 © ANPCEN
 
   

Cette carte représente le niveau de pollution lumineuse, en 2015, visible depuis le sol. De très rares endroits en France "sont préservés", observe l'ANPCEN. La dominante jaune de la carte démontre que la qualité de la nuit en France, avant toute modulation de l'éclairage public, est "médiocre ou au mieux moyenne dans nombre de zones urbanisées". Les agglomérations génèrent des halos lumineux perceptibles "à forte distance". "La diagonale du centre avec un environnement nocturne en moyenne de meilleure qualité est liée à la faible densité démographique des espaces concernés et aux effets de masquage par le relief, atténuant la perception de la pollution lumineuse des villages se trouvant dans les vallées", ajoute l'association.

Depuis le 1er juillet 2013, un arrêté du ministère de l'Ecologie limite les durées d'éclairage nocturne pour les façades, vitrines et bureaux non occupés. A titre volontaire, "plus de 12.000 communes pratiquent désormais une extinction partielle ou complète de leur éclairage public pendant une partie de la nuit", relève l'association. La loi sur la transition énergétique, adoptée le 22 juillet dernier par l'Assemblée nationale, renforce la nécessité "d'exemplarité environnementale et énergétique de l'éclairage public" et sa prise en compte dans un volet spécifique des Plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…