En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe lance un appel à projets sur la mobilité durable dans le cadre des investissements d'avenir

Transport  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°389 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°389
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

L'Ademe lance un nouvel appel à projets d'''accélération du développement des écosystèmes d'innovation performants'' dans le cadre des investissements d'avenir.

Pour être éligibles, les projets devront être portés par des entreprises et relever du domaine des transports, de la logistique ou de la mobilité durable. Ils devront également ''avoir l'objectif d'amener une technologie, un service, une solution, une approche, d'un niveau de maturité de laboratoire et un niveau de maturité démonstrateur''.

Ces projets innovants doivent concourir aux objectifs de la future loi d'orientation des mobilités et ''permettre d'améliorer les mobilités du quotidien pour tous les citoyens, sur tous les territoires grâce à de solutions de transports plus propres, plus efficaces et plus accessibles'', précise le cahier des charges.

Véhicules automatisés et connectés, mobilité intelligente, amélioration de la fiabilité des transports guidés (ferroviaires et par câble) et écoconception des infrastructures routières figureront parmi les projets éligibles, qui ne devront pas dépasser un coût total de deux millions d'euros et seront sélectionnés selon des critères d'éco-conditionnalité. La date butoir est fixée au 31 décembre 2019.

Portés par les entreprises, les projets devront être déposés avant le 31 décembre 2019.

Réactions1 réaction à cet article

 

La couverture en France de stations-services de carburant liquide (essence et gasoil) permet de circuler partout sans le souci de tomber en panne séche
Le développement de véhicules électriques imposera de juxtaposer à ces stations un nombre au moins équivalent de bornes de recharge Et si pour satisfaire différends lobbys, à ces deux énergies se rajoutent l'HYDROGENE, le GPL, le GNV, le METHANE et autre GAZOGENE ,les stations services seront pour le moins encombrées. A quel cout ? Avec quels financements ?
L' électricité comme l' hydrogene ne pourra concerner que les parcs de véhicules captifs rentrant tous les jours ou presque à la maison (transports en communs, administrations , véhicules de service d' entreprises, livraisons locales) soit enviro 5 millions de véhicules sur les 40 millions qui circulent en France Qu' est il prévu pour les 35 autres millions restant ?
La guere des lobbys pro et anti-eoliennes, pro et anti-solaires, pro et anti-hydrogène , etc, entrainant une chasse aux subventions au cout exorbitant mal maitrisé par un exécutif hésitant nous prépare un avenir énergétique plus qu' incertain

1noel2 | 19 février 2019 à 18h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…