En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'efficacité des plantes dépolluantes remise en cause par l'Ademe

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Dans un avis rendu public ce mardi 13 septembre, l'Ademe pointe à nouveau du doigt l'efficacité des plantes dépolluantes d'intérieur. Une quarantaine de ce type de plantes sont actuellement référencées dans les catalogues de vente des distributeurs spécialisés dont les jardineries. Or, ''les arguments commerciaux qui font généralement la promotion des plantes dites « dépolluantes » ne sont pas toujours fondés sur des études scientifiques'', indique l'agence qui participe depuis 2004 au programme national de recherche Phyt'air.

Le programme Phyt'air

Si des recherches scientifiques ont en revanche démontré en laboratoire la capacité de certaines plantes, via leurs substrats, à éliminer les polluants gazeux, l'efficacité des plantes en pot reste encore à prouver à l'échelle d'un logement, selon l'Ademe. "En laboratoire, en enceintes contrôlées, des plantes peuvent présenter une capacité à absorber certains  polluants gazeux. Cette capacité peut être influencée par différents paramètres physiques et/ou  biologiques. Dans les bâtiments, en conditions réelles d'exposition, l'efficacité d'épuration de l'air par les  plantes seules est inférieure à l'effet du taux de renouvellement de l'air sur les concentrations de polluants", explique l'Agence, en s'appuyant sur les études menées par Phyt'air.

En collaboration notamment avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment,l'association Plant'airpur, et la Faculté de Pharmacie de Lille, Phyt'air a en effet évalué, en conditions contrôlées en laboratoire, les performances d'épuration de trois plantes d'intérieur très répandues chez les particuliers : Pothos ou Lierre du diable, Plante araignée et Dragonnier. Trois substances chimiques ont également été à l'étude. Il s'agit du formaldéhyde (polluant majeur de l'air d'intérieur qui émane des mousses d'isolation, la colle à moquette, colles de bois), le benzène (solvant présent dans les peintures, encres, matières plastiques ou détergents) et le monoxyde de carbone (provoqué par les appareils de chauffage…). Résultats : les concentrations de monoxyde de  carbone (CO) ont diminué en plus forte proportion comparée  aux deux autres polluants benzène et  formaldéhyde. Le programme a notamment testé un  système biofiltré mais ''qui ne révèle pas de contributions  significatives à la diminution des niveaux de polluants observés dans les conditions de l'étude. L'efficacité  réelle de l'ensemble de ces systèmes reste à évaluer selon des protocoles standardisés (ou normalisés)'', estime l'Ademe.

La dernière phase du programme Phyt'Air, qui prendra fin en 2012, visait justement à tester les capacités d'épuration des plantes en jardinière dans des conditions réelles d'exposition. Toutefois, "l'ensemble des essais d'exposition réalisés  avec des sources multiples et complexes (type chauffage d'appoint, bâton d'encens et parquet en pin)  ne permet pas de conclure quant à une potentielle efficacité des plantes sur l'élimination des polluants  étudiés", selon elle.

La délivrance d'un label ''capacité d'épuration de l'air'' pour une plante apparaît donc ''largement prématurée'', avait déjà averti en juin 2010 Joëlle Colosio, chef du service d'évaluation de la qualité de l'air à l'Ademe, lors d'un colloque. D'autant que d'autres polluants de l'air intérieur (champignons, composés organiques semi-volatils ou COV, particules fines…) n'ont pas encore fait l'objet d'études.

Privilégier la ventilation et l'aération

Selon l'Ademe, la priorité reste la prévention et la limitation des sources de pollution accompagnées d'une ventilation ou plus généralement d'une aération des locaux. Ouvrir les fenêtres tous les jours, ne pas bloquer les orifices d'aération, entretenir les chauffe eaux et chaudières ou réduire l'utilisation de produits chimiques figurent parmi les préconisations de l'Agence en matière d'amélioration de la qualité de l'air intérieur.

Réactions5 réactions à cet article

 

Peut-être attendre la fin du programme? Sinon pourquoi faire ce type de recherche si les conclusions sont tirées avant la fin?

simon | 14 septembre 2011 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

l'ademe ne fait pas vraiment avancer le shmilblicq avec se genre de conclusions ,même si leur efficacité n'est que légére elles constituent un appoint non négligeable, ne sont pas dangereuses et permettent aux gens de se sensibiliser à la biodiversité.Donc une étude a caractére négatif qui ne va pas dans le sens du rôle de l'ademe

lio | 14 septembre 2011 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La réalité ne suit pas toujours les désirs. Même si les resultats complets d'enquetes ne sont pas encore disponible il est important que l''ADEME insiste sur le point essentiel aerer et ventiler ? Cette etude me sugg-re aussi que les techniques de depollution restent limitées et que l'essentiel est de chercher a diminuer la source de pollution, c'est à diminuer la maladie plutot que de mobiliser la technique pour trouver une solution a la maladie

fleurent | 16 septembre 2011 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
je suis pépiniriste amateur ,32 ans de services dans le domaine de l'agriculture,en retraite aujourd'hui je m'interresse a l'elevage chez moi (mon exploitation)des plantes par semis-boutturage-marcotage et gréffage:plantes toxiques et dépolluantes merci.

Ouadah | 13 septembre 2012 à 17h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai! ADEME has it right! This was known more than 20 years ago, and it is good that this important French agency is on record providing some balance to the campaigns of the commercial indoor plant interests and the researchers they fund to support their claims.

Hal | 02 janvier 2014 à 15h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…